Démolition des réalisations sur les lits et servitudes des cours d’eau : IBK tient la promesse

0
Démolition des réalisations sur les lits et servitudes
Ibrahim Boubacar Keita

Les occupations illicites des domaines de l’Etat sont devenues un phénomène courant et inquiétant dans notre pays, notamment  en ce qui concerne certains cours d’eau non flottable du District. Ces occupations irrégulières sont à l’origine de nombreuses inondations hivernales. Elles sont effectuées en violation des différents schémas et plans d’urbanisme. Pour mettre fin à cette situation le gouvernement Mara a décidé de prendre le taureau par les cornes. A travers de nouvelles mesures prises lors du dernier conseil des ministres.

 

 

Faut – il le rappeler, à l’issue des assises nationales des Etats Généraux du foncier, tenues du 7 au 11 décembre 2007 devant  le constat  déplorable des occupations illicites et anarchiques des domaines de l’Etats, par des personnes privées il a été recommandé la libération totale des lits et servitudes des cours d’eau non flottables.  Mais  rien n’a été fait pour éviter ou maîtriser les conséquences de ces occupations.

 

 

Du coup ce qui devait arriver arriva. Les  inondations dévastatrices de 2013. A  la suite des quelles, l’impérieuse nécessité de procéder à la  libération totale des lits et servitudes des cours d’eau non flottables. Notamment par le président de la république lui-même. Qui lors de son discours d’investiture a promis de tirer au clair cette affaire. C’est ainsi que les plus hautes autorités ont ordonné aux départements techniques concernés de situer les responsabilités, d’en rechercher les causes et les circonscrire pour que cela ne se produise plus. il a été  également demandé de sanctionner les fautifs.

 

 

Des enquêtes des services techniques, il a été  établi que les servitudes et les lits de ces cours d’eau non flottables sont occupés par 776 occupants de différents statuts.

 

 

Les mesures rigoureuses et préventives du gouvernement Mara !

A en croire au ministre Mahamane Baby, porte parole du gouvernement  compte tenu de l’imminence de l’hivernage et les difficultés de financement, il est prévu une intervention graduelle d’information et de sensibilisation sur seulement 50% des habitants des six cours d’eau. La présente communication portera sur Woyowayako en commune IV, Tingoléet Molobalini en commune I, pour un total de 379 occupants. Le choix est fait sur la base des plus forts risques que présentent ces trois cours d’eau.

 

 

Selon toujours le porte parole du gouvernement, les actions envisagées par les Ministères concernés pour éviter les inondations, consistent à procéder dans les meilleurs délais à  une vaste campagne d’information, de communication et de sensibilisation sur les occupations illicites sur toutes l’étendu du territoire national. Qui sera suivie d’une prise de sanctions contre les autorités et les agents fautifs impliqués. Pour  maintenant procéder à la  libération totale des servitudes des cours d’eau identifiés comme à risque immédiat pour le District. Dans la même dynamique le gouvernement entend mettre  en œuvre de mesures d’accompagnement et d’assistance aux déguerpis. Ce n’est pas tout, il est prévu aussi  le surcreusement du chenal des cours d’eau et l’aménagement des servitudes libérées.

 

 

Le ministre Baby a indiqué que  la mise en œuvre des actions envisagées se fera selon un chronogramme bien élaboré, couvrant deux mois dont un consacré uniquement  à des campagnes de sensibilisation.

 

 

A signaler  que les cas d’occupation sur les 6 sites  ayant fait l’objet d’enquêtes des services techniques ne sont pas tous légaux car il y en a  des  occupations sans titres ni droits ; et celles  précaires ou provisoires. Cependant d’autres détiennent  des  titres fonciers.

 

 

« Pour tous ces cas, il sera procédé à la démolition des réalisations conformément à la loi » a dit le ministre.

Toutes choses qui nécessiteront à la fois  des indemnisations ou réparations, mais également des poursuites judiciaires pour les constructions non autorisées. Et des sanctions administratives et judiciaires  contre les agents fautifs de l’administration.

 

 

En effet, par cette mesure de démolition de toutes les réalisations situées dans les servitudes engendrant l’annulation de toutes les décisions d’attribution de parcelles dans les servitudes les autorités publiques viennent d’anticiper sur un problème qui coupait le sommeil à tous les citoyens de la capitale.  Qui  y voient une réduction des risques d’inondations répétitives, mais surtout la restauration de l’autorité de l’Etat.

Fily Sissoko

Commentaires via Facebook :

PARTAGER