Dialogue intercommunautaire sur la paix et la sécurité : Les élus de l’hémicycle et ceux du HCL se déportent à Kayes

0
0

Jeter les bases d’un renforcement de conscience et  de la cohésion nationale, tel est  l’objectif visé par le  forum de Kayes devant se tenir du 1er au 2 février 2012. En prélude de cette rencontre, l’honorable maître Amidou Diabaté vice président du comité de suivi du dialogue intercommunautaire et interrégional sur la paix  et la sécurité a tenu un point de presse dans la salle  Aoua Keita de l’assemblée nationale, le vendredi 27 janvier 2012.

Une réponse au forum de Mopti tenue à Mopti en mai 2008,  le forum de Kayes est la 3ème du genre organisée par les élus de la nation pour permettre un échange entre les différentes communautés, faisant  en sorte que les différentes populations  se retrouvent en vue d’un brassage. Selon Me Amidou Diabaté, le choix de la région de Kayes n’est pas fortuit. C’est une région où les conflits font résurgence, sont légion, a-t-il indiqué. Selon lui, la position même de la région (une région frontalière avec certains pays limitrophes du Mali) fait que les conflits fonciers sont constatés souvent  ça et là dans cette région. Maître Amidou Diabaté dira que  le forum de Kayes est donc un appel à la paix.

Ce forum a-t-il indiqué va se pencher sur l’intégrité territoriale, la mise en œuvre des accords. Il  doit aussi faire en sorte qu’on puisse éviter le renouvellement des conflits par les mécanismes mis en place en dégageant de nouvelles pistes réelles. L’honorable Diabaté n’a pas manqué  d’apprécier  l’implication du gouvernement qui, selon lui, permettra une  prise en charge de la rencontre. Alors, ce forum doit mobiliser 90 millions de FCFA, car deux cents (200) participants seront attendus dont certains seront des pays frontaliers du Mali.

A ses dires, le budget du  forum de Kayes est assuré par la Suisse et l’assemblée Nationale. Pour l’instant 75 millions sont déjà mis à la disposition des organisateurs. Le conférencier a souhaité une plus grande implication des hommes de médias en vue d’intensifier ce dialogue intercommunautaire et une bonne compréhension des populations sur les droits de l’homme et la promotion de la culture de la paix. A Mopti, il a été crée un comité  de suivi pour le maintien de ce dialogue, a-t-il rappelé.

Fakara FAINKE.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.