Distributions alimentaires gratuites / Les marchés précocement sous tension

0

Le Commissariat à la sécurité alimentaire (Csaa) a fait la restitution, à son siège, hier, du lancement à Ségou, de la première opération de transport de céréales pour des distributions gratuites.L’ opération a été effectuée, mardi dernier, en présence du gouverneur de Ségou, du préfet et des élus de Ségou, des représentants des structures régionales de développement et des Partenaires techniques et financiers. Le lancement a concerné 6 communes : Diongana, Fanga, Gory, Konsiga, Markaffo et Soumpou dans le cercle de Yélimané pour 1298 tonnes.

 Le Commissaire à la sécurité alimentaire Yaya Nouhoum Tamboura a indiqué que le système d’alerte précoce a identifié 104 communes  classées à difficultés alimentaires pour 1.699.467 personnes et 55 communes classées à difficultés économiques pour 1. 193.328 personnes. Les besoins d’intervention, a-t-il dit, ciblent 2.892.795 habitants. Il a aussi annoncé des conditions d’élevage  préoccupantes qui risquent de provoquer une soudure précoce  pour le bétail et les éleveurs.

 De même, a-t-il soutenu, les pêcheries sont peu fournies à cause de la faiblesse des crues des cours d’eau. Yaya Nouhoum Tamboura a ajouté que les prix des céréales sont déjà élevés pour la période et affichent des niveaux qui présagent de marchés précocement sous tension pour le Mali et la sous région. A cet effet, a-t-il assuré, le gouvernement a initié un plan d’action d’urgence d’un coût de 103 milliards prévoyant des actions à court terme de 19 milliards.

Le plan d’action selon le Commissaire, a été communiqué aux partenaires techniques et financiers. Au nombre des actions urgentes figurent les distributions alimentaires gratuites portant sur 45.886 tonnes de mil/sorgho. Elles concernent, selon le Csa, dans un premier temps, 104 communes réparties entre les régions de Kayes, Koulikoro, Ségou, Mopti et Tombouctou.

 Pour faire face aux difficultés, le Csa  a attiré l’attention sur la nécessité de renforcer la fonctionnalité des organes de gestion de la sécurité alimentaire, de réactiver les outils de gestion de proximité, notamment pour la reconstitution des banques de céréales et de mener des activités génératrices de revenus et d’éviter le bradage des récoltes.       

Baba Dembélé

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER