« Le Mali sous IBK : Un an après, la nation toujours trahie »

9
Doumbi Fakoly
Doumbi Fakoly écrivain malien

Doumbi Fakoly, écrivain malien et non moins Président du Rassemblement pour la Réhabilitation de la Religion Négro-africaine-Maaya (3RNA-Maaya) qui n’est plus a présenté, vient de publier un livre intitulé : « Le Mali sous Ibrahim Boubacar Keita : Un an après, la nation toujours trahie ». Ce livre de 151 pages, publié par les Editions Menaibuc en France, est un condensé de toutes les déceptions  actuelles des maliens. Lisez l’introduction que Doumbi-Fakoly a rédigée pour son livre !

 

 

Avec 77 % et des poussières des voix, le plébiscite qui a porté Ibrahim Bubacar Keta au pouvoir, le 11 août 2013, s’est voulu l’expression de l’aspiration profonde du peuple malien à un changement radical dans la manière de conduire les affaires de l’Etat, hier caractérisée par une innommable déliquescence du sens moral de tous les anciens dirigeants, ou presque.

 

Pareille confiance, jamais accordée à un(e) candidat(e) dans notre pays, a été un vibrant témoignage de ralliement et de soutien du peuple malien dans ses différentes composantes culturelles, cultuelles et religieuses.

 

C’est que le peuple malien voyait en celui qu’il a choisi de porter à Kuluba, le moindre mal, parmi tous les candidats, pensant qu’il dégageait une aura plus grande de patriotisme, de courage, d’honnêteté et qu’il était animé du sens de l’honneur et pétri d’humanisme.

 

D’autant plus que les deux points forts de sa campagne électorale ont fait l’effet d’un baume dans le cœur des Maliens.

 

A savoir la libération de Kidal et la lutte drastique contre la corruption et l’enrichissement illicite afin de mettre fin à l’impunité de ces fonctionnaires aux grands boubous gominés, subitement devenus riches de plusieurs dizaines de milliards de F Cfa sans avoir gagné à la loterie nationale, ni au tiercé, ni hérité d’un(e) riche donateur (trice) ?

 

Mais un an après son arrivée au pouvoir, le peuple malien, chaque jour un peu plus, est convaincu d’une absence de volonté politique qui prend le dessus sur ses belles et prometteuses promesses électorales.

 

Le Président Ibrahim Bubacar Keta est-il pris au piège de certaines réalités du pouvoir qui déroulent, à sa grande surprise, une panoplie de chantages s’adossant à de puissantes pressions secrètes ?

 

Mais gouverner n’est-il pas de prévoir ?

 

Le candidat Ibrahim Bubacar Keta et ses camarades de conquête du pouvoir ont-ils failli dans leur appréciation de la configuration politique nationale et internationale et, par conséquent, ont-ils mal préparé leur accession au pouvoir ?

 

 

C’est à ces questions que ce livre, qui n’a pas la prétention d’être exhaustif, tente d’apporter quelques éléments de réponse.

 

Doumby-Fakoly

Ecrivain malien et Président du 3RNA-Maaya

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. Quand je pense au bilan d’IBK je me pose la question de savoir si vraiment je suis encore dans le Mali de 1992…..

    C’est une desullusion totale….. L’inconscience, le vol a ciel ouvert, le manque de courage, de vision, la traîtrise, la mégalomanie pathologique, la malhonnête intellectuelle, sont juste quelques traits de caractère de ce maudit cafard avec sa gueule de latrine publique….

    Le peuple doit s’assumer et se révolter en masse. Il faut aller le bastonner sur ses grosses fesses… de merde….et le foutre dehors avant qu’il ne soit trop tard… C’est lui qui doit être corrige pas Dioncounda….

    Mais ou est donc passe Mariko…… le cheytane National….?

  2. secouter les 77% qu on parle souvant n est pas une refference.qui ne connait pas que c est sont les militaires qui ont bourre les urnes (sanogo +tous les camps militaire du mali +les religieux qui ont ete trompe par in challa)=77%

  3. Le temps d’Alpha et ATT est déjà passé nous vivons au présent donc défende vos propre bilan les RPMiste et ses acolyte .

  4. Tu dis quoi de ATT et de Alpha? Tu dois dégager un résume de ces deux régimes aussi bande d’hypocrite.Tu peux mettre ton plume dans ton cul.

  5. Le résumé du livre paraît intéresant.Ce qu’il faut savoir c’est que le pays été trahi par IBK.Jamais au Mali, nous n’avionsvu une telle symphonie de mémoire collective pour décrier un homme et son clan dans l’accaparement des richesses du peuple malien.Jamais nous n’avions vu un regime en intelligence flagrante avec la mafia.Jamais nous n’avions vu un regime narguer le peuple au prrpre et au figuré.Jamais nous n’avions vu un regime rassembler au tour du président tous les gueulards et gueulardes de la Rep.Jamais nous n’avions vu un regime offrir le Mali tel un OPA aux grandes putaines de la REpublique.Jamais nous n’avions vu un regime dont les ténors tremblent au vu d’une bouteille de whisky, du bon vieux vin payé à des milliers de francs Cfa; somme pouvant servir à trouver des dizaines d’emploi aux jeunes du Mali.jamais nous n’avions vu un régime payer les chaussettes à la des chars,payer des tenues à la place des avions de combat, des missiles.. jamais , jamais ns n’avions vu cela.

  6. Merci pour un recit poignant et clair, jamais au Mali on a vu la famille gouvernee, jamais au Mali on a vu la famille et les amis se partager le gateau Mali de facon crue, jamais au Mali on vu le nepotisme a ciel ouvert, la corruption generalisee et l’arrogance inhumaine. IBK a decu tout le monde ses electeurs et meme ses enemis sont surprise de l’ampleur de la gabgie et des depenses de prestige d’IBK.

  7. Les Maliens ont été longtemps bercé par la légende de Soudjata Keita, et aucun homme politique n’a osé expliqué à la population que CONTE et RÉALITÉ sont différent.
    Les journalistes n’ont pas fait aussi leur boulot, car Alpha Oumar Konare et ces anciens collaborateurs nous aurai édifier quel genre de personnalité les Maliens ont voté à 77%.

  8. “IBK et ses camarades ont-ils mal préparé sont accession au pouvoir ?”

    Je ne sais pas, mais ce qui est évident est que IBK lui n’est pas du tout préparé à gouverner un pays. Ilssemble n’est pas fait pour devenir ne serait-ce qu’un bon chef de quartier. 8) 8) 8) 8)

Comments are closed.