Azar Libre Service et Amandine: Les employés maliens victimes de licenciement abusif

0
47

Mépris, injustice, licenciements abusifs sans motif valable, voilà autant de faits et d’actes qui frappent  les employés et plus particulièrement des maliens à Azar libre service et  l’Amandine au su et au vu de tout le monde.

Malgré les cris de détresse  de ces employés transformés presque en esclaves, les autorités du pays restent sourdes à l’appel de leurs compatriotes qui souffrent de leur chair et de leur esprit.  Selon nos informations les gérants de ces deux services à savoir Tony Farah et Samuel sont très connus pour leur arrogance et leur mépris envers les employés maliens. Ainsi la moindre petite erreur est impardonnable et conduit immédiatement à un licenciement sans préavis. Ces gens  poussent l’outrecuidance à dire que l’administration et la justice maliennes se trouvent dans leur poche et que ces licenciés peuvent aller se plaindre là où ils veulent. « Lorsque je suis arrivé le matin, mon gérant m’a dit que je peux rentrer à la maison car j’ai fauté. Lorsque j’ai voulu en savoir, il m’a dit que la décision a été prise et qu’on ne reviendra plus là-dessus et on m’a dit d’aller se plaindre là où je veux. Que je peux aller à la Haye car au Mali tout est verrouillé » confie  A.B,  ancien employé à l’Amandine. Ce qui est inadmissible, c’est surtout la discrimination faite entre les maliens et les maghrébins  ou libanais.    Ainsi à défaut d’être injustement renvoyé, ces employés voient leurs maigres salaires (20.000FCFA ou 30.000FCFA) coupés sans explication valable. La question que tout le monde se pose, c’est de savoir si toutefois le PDG de ces deux services en la personne de Bassam Azar est-il au courant de ces pratiques inhumaines de ces deux gérants ?  Si tel n’est pas le cas, il doit vite agir car la justice divine est là pour trancher entre lui et les victimes à moins qu’il ne soit pas complice.

Amara Kouyaté

 

 

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.