Espace d’Interpellation Démocratique : Toujours des griefs sans solution

0
1





La 16ème édition de l’espace d’expression démocratique(EID) s’est tenue le samedi dernier au centre international des conférences de Bamako. Un millier de dossiers indexant les différents services publics du pays étaient sur la table du jury qui a pris note des réponses données par des membres du gouvernement.

 

La  seizième  édition de l’espace d’interpellation démocratique à vécu, c’est du moins ce que l’on peut dire à l’issue de ce plateau d’échange et de réflexion qui  concoure à une démocratie pluraliste au service du peuple.

L’espace d’interpellation démocratique a pour objet principal d’informer les opinions publiques nationales et internationales sur l’état des droits de l’homme au Mali et contribuer de façon active et pédagogique à la réalisation d’une culture démocratique nationale et d’impulser de façon significative la politique de promotion et de protection des droits et libertés des citoyens. Aussi, elle est une fierté nationale, non seulement par son caractère original mais aussi parce qu’il s’agit d’une tribune d’expression populaire permettant aux citoyens lambda de participer au contrôle de la gestion des affaires. Cet exercice qui tire son origine dans la riche culture du Mali, basée sur le dialogue, l’écoute et la concertation, s’est intégrée au fil du temps dans l’arsenal institutionnel du Mali et apparait aujourd’hui comme un instrument privilégié de bonne gouvernance, élément essentiel du projet de développement économique et social de son excellence Amadou Toumani TOURE. La tenue de cette 16 ème édition qui s’inscrit dans une tradition établie, prend une teinte particulière compte tenu du contexte dans lequel il intervient notamment, celui des reformes politiques du Président de la République et l’organisation prochaine des élections générales. En ouvrant les travaux, le ministre de la justice garde des sceaux Maharafa Traoré a tenu tout d’abord à rendre compte des suites réservées aux interpellations et recommandations de la 15ème édition de l’espace d’interpellation démocratique. En ce qui concerne la 15 ème édition, 88 dossiers d’interpellations ont été reçues par le jury. A l’issue des délibérations le jury a formulé à l’endroit du gouvernement des recommandations structurées en onze points. Sur l’espace d’interpellation démocratique, le jury a souhaité qu’une réflexion soit conduite avec la commission de dépouillement des interpellations sur les critères de classement des interpellations. Il a également demandé que soit renforcé le caractère pédagogique de l’EID. Et cela par son extension à tout le pays et que l’on trouve une meilleure organisation permettant de renforcer son crédit et son efficacité.

Concernant l’extension de l’EID à tout le pays et la recherche d’une meilleure forme d’organisation, le gouvernement dans le cadre des projets de reforme politique du Président de la République a décidé de confier l’organisation de l’EID au Médiateur de la République. Cette année à travers ce point le jury d’honneur a attiré l’attention du gouvernement sur la lutte contre la corruption, le retard de paiement des indemnités de licenciement de nombreux travailleurs et sur la bonne gouvernance. Tous les mots qui entravent la gestion des biens publics et ses personnes ont été martelés en long et en large par les différents intervenants.

 Il faut rappeler que c’est le premier ministre, chef du gouvernement qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cette 16ème Edition de l’espace d’interpellation démocratique et a profité  de l’occasion pour visiter les stands des produits des  structures pénitenciers du pays, exposés dans le cadre de la journée nationale du détenu.

 

Baba Dembélé

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.