Formations Droits de l’homme : l’appui de la MINUSMA

0

Formations Droits de l’homme : l’appui de la MINUSMA

« Pas de droit sans paix et stabilité ; pas de paix et de stabilité durable sans un vrai état de droit dont une des préconditions essentielles est d’ailleurs, l’accès à la justice pour tous et la bonne connaissance des droits par tous les citoyens. » Des mots prononcés par Son Excellence Günter Overfeld, Ambassadeur d’Allemagne au Mali ce lundi 23 février, lors de la cérémonie d’ouverture de la Deuxième session de formation en droit international pénal et droit international des droits de l’Homme, cette citation du diplomate allemand, traduit le degré d’importance que revêt la bonne pratique du droit dans la sortie de crise et le retour de la paix au Mali.

 

Co-organisée par l’Institut International des Droits de l’Homme, la Fondation allemande Friedrich Naumann pour la Liberté et la MINUSMA, cette session de formation en droit international pénal et droit international des droits de l’Homme a pour but de permettre à une cinquantaine d’acteurs du secteur judiciaire malien, de renforcer leurs capacités en la matière : « Contrairement aux formations classiques durant lesquelles les participants reçoivent des cours plus théoriques, cette session a ceci de particulier qu’elle permet d’outiller les participants en connaissances théoriques mais aussi pratiques, en vue de leur permettre de contribuer à une meilleure administration des dossiers judiciaires complexes, traitant de violations graves du droit international pénal, du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme » a expliqué M. Guillaume Ngefa, Chef de la Division des Droits de l’Homme de la MINUSMA et représentant du Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme des Nations Unies.

 

 

Au-delà de la cinquantaine d’avocats, de magistrats, d’officiers de police judiciaires et de militaires maliens, une cinquantaine d’autres participants sont venu de 17 pays différents, parmi lesquels le Niger, la République Démocratique du Congo, le Burundi, le Congo ou encore le Tchad.  Le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, la Suisse et le Canada, sont les pays d’où viennent les experts chargés de dispenser les différentes formations. Ces universitaires, professeurs agrégés et autres avocats spécialisés, exposeront sur des thèmes comme « Les incriminations et les règles de droit pénal général applicable » ; « le droit des réfugiés » ; « la justice transitionnelle » ou encore « l’approche organique de la CPI ». C’est un total de 13 cours et deux conférences qui se tiendront dans l’enceinte de l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune B. Mbeye, depuis le 23 février jusqu’au samedi 28.

 

Après s’être réjouit de la tenue de cette nouvelle formation, et s’agissant du contexte de reprise des pourparlers d’Alger, le Représentant Spécial Adjoint du Secrétaire Général des Nations Unies (RSASG), M. Arnauld Akodjènou, a rappelé que : « Les Nations Unies ne ménageront aucun effort, afin qu’entre autres, les questions relatives à l’obligation de rendre compte des crimes graves passés ; aux droits des victimes ; à la protection des femmes et des enfants ainsi qu’au retour des personnes, réfugiées ou déplacées, soient au cœur des discussions et dument intégrés dans le projet d’accord final », avant d’ajouter que « la paix et la réconciliation nationale ne peuvent se construire sans justice, sans vérité et sans réparation ».

 

Au plus haut niveau de l’Etat malien, on se réjouit de la tenue d’une telle formation. Le Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, M. Mohamed Diarra, a tenu à affirmer l’importance qu’accorde le Premier Ministre au renforcement de l’Etat de Droits démocratique au Mali.  Pour le Garde de Sceaux, « cette session de formation est une session qui arrive à son heure. Notre pays est à la croisée des chemins […] La présente session qui vient de prendre en charge le développement de l’expertise nécessaire et requise pour que notre système judiciaire et les autres systèmes administratifs soient capables de prendre en charge ses préoccupations, de les adresser et de les traiter correctement, est de notre point de vue quelque chose à saluer ».

 

De nouvelles capacités pour quels résultats ?

 

Cette session de formation va donc doter de nombreux acteurs du secteur en nouvelles capacités. Quelle en sera concrètement l’utilité sur le terrain ? A cette question, le chef de la Division des Droits de l’Homme de la MINUSMA, Guillaume Ngefa répond : « On peut s’attendre à ce qu’il y ait une accélération des enquêtes judiciaires, à ce que les victimes soient mieux représentées, on peut également s’attendre à ce que les Cours et Tribunaux soient plus performants, en somme : une meilleure lutte contre l’impunité ».  

 

 

Mission des Nations Unies au Mali – MINUSMA

PARTAGER