Séquestration et torture de Boukary Daou : Cascade de plaintes contre le directeur de la SE

11

Au cours d’une conférence débat sur les violations de la liberté de la presse hier à la Maison de la presse, les organisations professionnelles ont annoncé vouloir porter plainte contre le directeur général de la sécurité d’état pour séquestration et torture de notre confrère Boukary Daou.

Boukary Dao et Oumar Mariko
Boukary Dao et Oumar Mariko

L’information a été donnée par Mahamane Hamèye Cissé, président du comité de crise.  « Nous avons eu des informations relatives aux traitements cruels, inhumains et dégradants lors de ses 9 jours de détention dans les locaux de la sécurité d’Etat où il a été séquestré, cagoulé, dénudé, menotté, enchainé, assis prostré dans la position du forçat et jeté dans une cellule infestée de moustiques toute la nuit », a dénoncé le conférencier  qui a vigoureusement condamné « les traitements inhumains, cruels et dégradants que le confrère a subis ». Avant d’annoncer que les avocats de Boukary Daou vont déposer une plainte contre le directeur de la Sécurité d’état contre qui  le député Oumar Mariko, secrétaire général du parti Sadi,  soutenant les auteurs du coup d’Etat du 22 mars 2012, a porté plainte lundi dernier pour « enlèvement et séquestration » en février, a annoncé son avocate, Me Mariam Diawara.

« Je viens au nom de mon client, M. Mariko, de déposer une plainte » devant la Cour suprême « pour séquestration et enlèvement contre la sécurité d’Etat du Mali », a déclaré Me Diawara. La Cour a confirmé avoir reçu la plainte.

Dimanche, la formation de M. Mariko, le parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’intégration (Sadi), a adressé à des journalistes un récit de M. Mariko de ce qu’il qualifie « enlèvement/séquestration ».

Il y affirme avoir été arrêté avec brutalité dans les bureaux d’une ONG qu’il dirige par des agents de la sécurité d’Etat.

« Ils me bousculèrent dans leur voiture. Une fois, à l’intérieur, ils m’enfilèrent les menottes et une cagoule », dit-il. Il ajoute avoir été conduit dans les locaux de la Sécurité d’Etat et enfermé « dans un local insalubre avec une odeur nauséabonde d’ammoniac d’urine ».

« Le lendemain aux environs de midi, mes geôliers m’enlevèrent les menottes et dans l’après-midi vers 15h ils m’enfilèrent à nouveau la cagoule et m’emmenèrent en voiture dans un bureau », poursuit-il.

Selon lui, un officier lui a indiqué qu’il a été brutalement arrêté pour refus d’obtempérer. Il a affirmé avoir aussi été interrogé sur ses relations avec des Bérets rouges, membres d’une ancienne unité d’élite qui s’opposèrent aux militaires ayant renversé en mars 2012 le président Amadou Toumani Touré.

Il a aussi dit avoir été interrogé sur ses relations avec les islamistes qui contrôlaient le nord du Mali jusqu’au début, en janvier, d’une intervention militaire française appuyée par des troupes africaines pour les en chasser.

Ces différentes plaintes confirment la détérioration des droits de l’homme au Mali depuis le coup d’état du 22 mars 2012. Depuis cette date, on a enregistré 63 cas d’agression contre les journalistes, d’où la dégringolade du Mali dans le classement des pays respectant la liberté de presse de Reporter sans frontière.  Du 25e rang mondial, notre pays n’occupe aujourd’hui que la 99e place. Un recul de 74 places qui n’honore pas les autorités de la transition si elles ont encore souci de l’image du pays.

Youssouf Coulibaly

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. @janjon ne te fache pas. Apres tout je ne suis que Toto. Effectivement j’ai été bref par rapport à Mariko. Je m’en excuse. Maintenant ouvre bien tes deux yeux. je sais pas Mariko est qui pour toi, mais c’est un satan. Un mal eduqué qui a failli bruler son propre pays. Un delinquant depuis le temps de l’AEEM qui n’arrive pas à grandir. Son corps devient vieux mais son esprit se croit toujours au Lycee entrain de sauter sur chaque occasion pour perturber l’ordre public. Que ça soit la SE, un SOTRAMA qui l’aurait ecrasé ou que son propre coeur decide de lui quitter…. eh bien je dirais bien fait pour lui.
    MAriko et ces delinquants à la SE ne sont que deux faces d’une même piece. Alors on s’en fou de ce qu’ils peuvent se faire.

  2. Toto
    “Il peut essayer de se cacher derrière une institution aujourd’hui. Mais demain il va être personnellement responsable de ses actes.”

    Rigoureusement exact! Et tu devrais meme ajouter: Ses donneurs d’ordres aussi, meme s’ils se prennent pour De Gaulle!!!

  3. Je ne comprends pas la demarche de ce journaliste!!!
    Comment associer les déboires (ou prétendus tels) d’un minable en soif de notoriété comme Mariko, avec un évènement aussi grave que l’arrestation et la détention arbitraires d’un JOURNALISTE par une…………………..SECURITE D’ETAT!!!
    La meme en l’occurrence qui laisse un palais présidentiel se faire envahir par des badauds ou un president se faire assassiner!…
    Quand aux abrutis qui se frottent les mains de l’arrestation de Daou, ceux-là sont vraiment FAITS par nature pour se faire botter le c… à coups de rangers comme d’autres sont prets par nature à se faire coloniser ou se faire soumettre à l’esclavage!…
    Applaudissez, tas de malades! Applaudissez les treillis qui vous dirigent à coups de botte!!! Mais N’OUBLIEZ JAMAIS que sont les memes qui ont laissées vos propres mamans du nord se faire fouetter comme des chiennes, ou vos propres tontons, vos propres petits frères et vos propres grand frères se faire trancher des mains!!!
    Applaudissez l’arrestation de Daou, applaudissez!!! C’est grace à des débiles comme vous qu’il y a encore sur cette planète des pays où de simples soudards peuvent prendre les rènes!!!
    Et surtout, suppliez-les bien de cogner plus fort quand ces macaque en treillis viendront vous-meme vous coffrer! VOUS ETES FAITS POUR CA!

  4. Sans cautionner l’injustice je dirais que Mariko mérite pire que tout cela.

    Ceux qui sont séquestrés par le directeur actuel de la SE doivent se dire cela. Tôt ou tard le vent va tourner. Ils auront l’occasion de porter plainte contre ce monsieur. Regarder les clients actuels de la court pénale internationale.

    Il peut essayer de se cacher derrière une institution aujourd’hui. Mais demain il va être personnellement responsable de ses actes.

    • TOTO , toi bon à rien ,tu affirmes bien que Mariko mérites au delà de son arrestation et en même temps tu sollicite l’nfer au directeur de la SE , comment vouloir une chose et son contraire? Tantôt tu applaudis des 2 mains et ton cul gonflé à bloc la punition endurée par Mr OUMAR MARIKO et ce sans discernement et sans raison valable à ce que je sache parceque tu n’avances aucun argument pour ton auto jubilation humm? Heureusement que tu n’es qu’un inconnu ignoré dans ce pays assis sur ton séant de chimpanzé et travesti derriere ton petit écran d’ordi à prendre tes désir comme des réalités , tu es malsain et mal éduquer sinon tu aurais jamais se gonfler de la souffrance d’un prochain, Fasoden jugu de pure espèce.

  5. Tout ces gens n’ont rien vu d’abord. Ils se donnent à la SE, ils indisposent la tranquillité du et veulent que les autorités ne réagissent pas. Si ces leaders politiques malhonnêtes et mauvais journalistes continuent à se montrer apatrides, les autorités militaires vont toujours intervenir pour mettre de l’ordre dans les choses. Il faut de plus en plus durcir leur conditions de détention au niveau de la SE et ailleurs. Merci

  6. Ce qui est dramatique dans cette affaire, c’est l’absence de réaction de ceux qui ont vraiment subi les exactions de la Sécurité d’Etat (des leaders politiques, des journalistes, même des marabouts). Tous ceux qui ont été tabassés, fracturés du bras, de la jambe ou du dos, arrêtés arbitrairement, doivent se liguer pour porter plainte contre le Gouvernement malien (bien sûr que ceux qui ont eu le crâne fracassé en sont exclus). C’est l’occasion ou jamais de réagir alors que la MISMA et la FRANCE sont encore là. Sinon après les élections, les choses risquent de se compliquer encore…

    • vous rien vu d’abord, donc c’est la MISMA ou l’Armée française qui va empêcher la SE de faire son travail, tu te trompe, il faut ce desordre la créer par les inconscients politiciens et leurs Mendiants journalistes cessent, Il faut rétablir l’autorité de l’Etat, un pays ne peut pas vivre comme ça comme des sauvages.

      Vous n’avez rien vu d’abord, c’est la junte qui va manager les elections aucun des inconscients politiciens ne seront jamais président.

    • Nope , Nada , Nnnnnnnnno, No & No , pauvre malien type , on aurait préféré que tu dises au Malien de se dresser et sortir massivement pour balayer cet ordre nouveau installé et qui nous gouverne sans l’assentiment populaire , le message dvrait être le suivant : demander aux maliens de se soulever dans un élan révolutionaire pour balayer ce régime de transition imposé aux maliens saans leur agrément , en petit lâche de lachété légendaire tu veux qu’on soumette encore de plus notre honte et notre souffrance aux forces étrangères venues nous mettre d’avantage sous tutelles que de nous libérer…la seule chose qui vaille ajourd’hui aux maliens c’est une prise de la bastille prime afin que nous retrouvons notre salut et l’espérance…Un Peuple unit en BLOC peut venir à bout de tout et tout et comme dirait le pôète PATIENCE ET LONGUEUR DE TEMPS FONT PLUS QUE FORCE NI QUE RAGE.CESSONT D’ËTRE DES ETERNELS ASSISTES.

    • Nonalinertie

      “C’est l’occasion ou jamais de réagir alors que la MISMA et la FRANCE sont encore là.”
      On ne communique pas souvent, mais j’ai toujours beaucoup de considération pour tes posts; à la fois nuancés et bien écrits! 😉

      Ceci dit, à mon sens il ne faut pas rever; Tant la misma que le france ne prendront (helas) jamais le risque de se frapper elles-meme du sceau d’infamie “INGERANCE”!

      Seules, leur PRESENCE peut dissuader les porcs en embuscade de tenter quoi que ce soit de trop “visible”, mais meme si je le souhaite, on aura jamais d’intervention de qui que ce soit pour des affaires “internes”… Et c’est bien pour cela qu’il faut nous dépecher de réduire à néant les pitres de kati et leurs complices ministres en kaki!

Comments are closed.