Education à la citoyenneté : Où est passé le civisme ?

0

Le ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales a procédé hier, au Centre internationale de conférence de Bamako, au lancement du programme national d’éducation à la citoyenneté 2005-2006. Ce programme vise, 15 ans après l’amorce du processus de démocratisation dans notre pays, à contribuer à l’éveil d’une conscience citoyenne chez les populations les plus vulnérables qui n’ont qu’un accès limité à l’information politique et juridique relative à leurs droits et devoirs ainsi que les opportunités de leur participation à la vie de la société.

 

Ce lancement du programme national d’éducation à la citoyenneté (PNEC), qui marque une importante dans le processus de notre jeune démocratie, est une initiative du département de l’Administration territoriale et des collectivités locales. Il a pour objectifs de renforcer la culture de la démocratie et des droits humains dans notre pays, de consolider le sentiment d’appartenance des Maliens et Maliennes à leur société démocratique, et de stimuler la participation des citoyens à la vie démocratique.  En tant que programme d’éducation à la citoyenneté, le PNEC s’adresse à toute la population malienne en général, mais vise particulièrement les couches les plus vulnérables que constituent les femmes et les jeunes.

Par le biais de six grands volets éducatifs, ce programme 2005-2006, selon son coordinateur, Sounkalo CISSOUMA, créera des espaces de dialogue entre les citoyens et l’Etat sur le leurs droits et devoirs respectifs. Ceci, d’autant que l’unanimité est faite autour de la faible participation des populations au processus de gouvernance démocratique et dans la gestion des affaires publiques. Pour ce faire, le PNEC, a-t-il indiqué, s’est donné comme ambition de former des citoyens qui adhèrent aux valeurs démocratiques et se montrent capables d’engagement et d’action transformatrice dans leur milieu. Il s’agira donc de faire acquérir par ces citoyens des connaissances civiques, de développer en eux des habiletés, des attitudes et des valeurs leur permettant de participer à la construction d’une démocratie juste et équitable. Ainsi, dans la phase actuelle du programme, 28 thèmes d’émission constitueront, selon M. CISSOUMA, l’ossature du volet télévisuel. Quant à la campagne radiophonique, elle impliquera 50 radios locales sur un potentiel d’environ 200 sur l’ensemble du territoire. Avec les boîtes à image, 3500 villages et fractions bénéficieront des séances d’animation de proximité. Quant aux séances projections, elles concerneront 80 villages à raison de deux projections par village.

Pour sa part, le ministre Kafougouna KONE a fait remarquer que ce lancement intervient au moment où les élections présidentielles et législatives (dont notre pays s’apprête à organiser) se profilent à l’horizon. Aussi, intervient-il au moment où la majorité de la population malienne, 15 après l’amorce du processus de démocratique en cours dans notre pays, ne maîtrise pas son nouvel environnement politique et institutionnel ainsi que ses opportunités de participation à la vie de la société. Dès lors, la consolidation des acquis démocratiques au Mali, a-t-il indiqué, requiert des efforts indispensables d’inclusion, d’adhésion et de participation des citoyens au projet démocratique de l’Etat. Héritier de la campagne nationale d’éducation civique à la veille des élections communales de mai 2004, le PNEC 2005-2006, selon le ministre, se veut un espace d’expression pour l’Etat et ses partenaires qui souhaitent contribuer à l’éveil d’une conscience citoyenne chez les populations les plus vulnérables à travers de formes de communication qui favorisent un rapprochement entre l’Etat et ses sujets.

Par Mohamed D. DIAWARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER