Face à la hausse vertigineuse de certains produits alimentaire sur le marché : La directrice de Lawal international, Kadiatou Lah implore le Président IBK de faire baisser les frais de dédouanement des produits alimentaires

2

Kadiatou Lah, directrice de la société Lawal international spécialisée dans la commercialisation des produits alimentaires, a échangé avec les hommes de média, le lundi dernier au siège de sa structure. Principal point à l’ordre du jour de cette rencontre,  la hausse des frais de  dédouanement des produits importés dans notre pays entrainant à son tour  la hausse des prix de certains produits dont des légumes et pommes de terre.

D’entrée de jeu, la responsable de la société Lawal internationale a expliqué sa démarche comme celle d’une citoyenne qui entend apporter sa contribution pour l’essor du pays et le bien-être de ses compatriotes.

“Aujourd’hui, force est de reconnaitre que depuis un certains temps, les autorités ont augmenté les frais de dédouanement de tous les produits importés. Cette mesure, même  si elle peut s’expliquer pour des raisons économiques, je pense que compte tenu de certains facteurs, des produits alimentaires comme les légumes et les pommes de terre devraient être exemptés de cette hausse” a expliqué Kadiatou Lah. A l’en croire, 70% des légumes qui sont consommés au Mali sont importées du Maroc, de l’Afrique du Sud, de l’Espagne, de la Hollande…

Cette hausse d’environ 30 à 35% des frais de dédouanement a fait que, selon Kadiatou Lah, le pays a vécu l’un des ramadans les plus chers. Cela, pour la simple raison que les produits alimentaires comme la pomme de terre, vendue auparavant à 300 ou 400 Fcfa le kg, s’est retrouvée à 600 Fcfa, le kilo de la tomate, lui aussi, est passé de 800 1500 Fcfa…

“Toute cette hausse s’explique par le fait que les conteneurs ou camions de pommes de terre, de tomates ou d’oignons  étaient dédouanés à 4 millions de Fcfa avant, maintenant ou nous demande 5 à 8 millions Fcfa pour ces mêmes camions. Avec l’hivernage, nous sommes dans une période difficile car la production locale n’est pas suffisante” a fait remarquer notre interlocutrice.  C’est pourquoi, pour soulager non seulement les consommateurs, mais aussi les commerçants de cette filière, la directrice de Lawal international a invité le président de la République à baisser les frais de dédouanement de ces produits alimentaires, à l’image de nombre de pays de la sous -région (Burkina, Côte d’Ivoire…) où selon elle, les camions des mêmes produits sont dédouanés entre 700 000 et 800 000 Fcfa.

En clair, Kadiatou Lah a imploré le président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta de faire un clin d’œil aux consommateurs de ce secteur qui souffrent énormément de la hausse des tarifs douaniers à l’importation.                       

   K.THERA

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Le dédouanement se fait sur la base du tarif extérieur commun de la CEDEAO.
    Elle n'a pas à se préoccuper du sort des consommateurs car d'autres savent mieux faire ça qu'elle.
    On lui demande tout simplement de ne pas compromettre les droits de douane en déclarant correctement ses marchandises à la douane sans tricherie.

Comments are closed.