Fin de cavale pour Soumi

7
Soumi-evade
Soumaila Dembélé alias Soumi

Le malfrat Soumaïla Dembélé dit Soumi a été lynché par une foule déchainée, ce vendredi 15 août 2014 à Golonina, au moment où les éléments de la force spéciale de la Sécurité d’Etat l’appréhendait.

 

En effet, après l’arrestation du terroriste Wardosène, suivie de celle de sa copine Koumani Diabaté, le malfaiteur Soumaïla Dembélé, complice du terroriste dans l’évasion de la grande prison de Bamako, était parvenu avec les complicités de son frère Moussa Dembélé et Youssouf Traoré, réparateur de motos à Faladiè, à quitter le Mali pour se rendre en Côte d’Ivoire, le 27 juillet 2014.

 

Il rejoignit ainsi un de ses mentors ivoiriens, Abou Wattara qui lui a fait croire que le terrain était bien favorable présentement sur le territoire ivoirien pour l’exécution de leurs sales entreprises de banditisme.

 

C’est au début de cette semaine que Soumi a recu un coup de fil d’un membre de sa bande depuis Kayes pour lui suggérer une opération juteuse dans la capitale du Khasso. Ce dernier avait ciblé un spéculateur d’Or qui disposait d’une quantité importante du précieux métal.

 

Soumi accompagné par cinq bandits ivoiriens ont donc décidé de venir effectuer cette opération, sans oublier de souligner à leur informateur de repérer d’autres endroits qui pourraient les intéresser. Celui-ci avait cibler certaines caisses d’épargne de Kayes pour l’occasion.

 

 

Ils sont  arrivés à Bamako, le jeudi dernier vers 04 heures du matin et ont été accueillis et logés par le réparateur Youssouf Traoré et Moussa Dembélé.

 

Sur conseil de ses compagnons ivoiriens, Soumi n’utilisa point le téléphone et se déplaçait sur moto en portant toujours un casque.

Sans éveiller les soupçons, les éléments de la SE ont aussi entrepris une surveillance humaine en vue de les appréhender. Cette surveillance a durée toute la journée du jeudi et pendant la matinée de ce vendredi.

 

Sachant que Soumi avait pris contact avec un vendeur de motos à Golonina, près du cimetière, afin de s’en procurer deux autres engins pour effectuer le déplacement à Kayes, les éléments de la S.E ont peaufiner une opération pour arrêter Soumi et deux de ses compagnons qui étaient avec lui sur une moto Jakarta bleue.

 

A quelques mètres de son lieu de rendez-vous, il a vite compris qu’il était tombé dans le piège tendu et a voulu rebrousser chemin lorsqu’ils récurent un coup de volant. Soumaïla Dembélé et ses deux accompagnateurs commencèrent à tirer sur les agents. Ces derniers ripostèrent tout en les poursuivant à l’intérieur du quartier. La population qui a compris que les agents poursuivaient en fait des malfaiteurs, commença à scander « aux voleurs ». Et Soumi touché à l’épaule s’écroula au niveau des bureaux de l’huicoma à Golonina . Au moment où les éléments s’apprêtaient à lui passer les menottes, la foule commença à lui lancer des pierres qui finissent par l’achever.

 

 

Soumaila Dembélé alias Soumi était condamné à la peine de mort pour association de malfaiteurs, assassinats, vols.

 

Les complices Youssouf Traoré et Moussa Dembélé ainsi que Ibrahima Ly et Bourama Traoré, chargés de l’organisation matérielle des opérations de brigandage ont été arrêtés.

 

Correspondance particulière

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Quand on pousse l’analyse, est ce que ce Soumi ne vaut pas mieux qu’IBK. Ce Soumi peut être une victime de la mauvaise gouvernance qui cause des dommages à des particuliers. Quand à IBK , bien doté par l’Etat (fonds de souveraineté et multiples avantages), il ne peut s’ empêcher de piller son Pays qui lui a tout donné. IBK qui n’a pu s’ empêcher d’assassiner l’espoir de tout un peuple. Qui de Soumi et deIBK est plus coupable. A mon avis c’est IBK.

  2. Vous êtes vraiment grave, même un bandit de grand chemin lynche par la population est la faute de IBK ?vous n’êtes obligés d’aimer IBK j’en conviens mais ne soyez pas malhonnêtes jusqu’à dire que tout est sa faute cas même.les voleurs et les bandits ont été lynchés au Mali depuis un certain temps même quand IBK n’était au pouvoir

    • Vous avez raison, cette tradition malienne de lyncher a mort les voleurs a commencer sous moussa…

      Ce n’est pas la faute de ibk… Cependant il doit travailler pour restaurer la justice et la police…

    • Vous avez raison, cette tradition malienne de lyncher a mort les voleurs a commencer sous moussa…

      Ce n’est pas la faute de ibk… Cependant il doit travailler pour restaurer la justice et la police…

  3. salut,nous regrettons bcp pour l’election de ce monsieur qui n’a aucun respect pour les maliens,ce ibk soit disant kankeletigui mdrrrrr!on ne sait quoi dire! 😥

  4. L’arbitraire conduit toujours vers des guerres civiles et l’explosion d’un pays inévitablement.
    Que tu sois noir ou blanc, sache une chose, la Mauritanie est trainée vers le bord du précipice inévitablement par une poignée d’ horde soldatesques incompétentes sur tous les plans. La seule chose qu’ils ont su semer depuis en 1978, c’est la division des mauritaniens d’abord en noir et blanc, ensuite en tribus et ethnies. Ils ont ancré le racisme et l’esclavage dans l’esprit de certains compatriotes maures avec une verve du panarabisme synonyme de la suprématie de la race arabe ou berbère sur les noirs. Le faux général Aziz a tellement volé, trahi l’armée, pour sauvegarder ses biens mal acquis, cet homme ne partira pas à la fin de son mandat sans un coup d’état ou effusion du sang. Tous les ingrédients sont réunis pour que la Mauritanie sombre dans les abimes profonds des eaux troubles d’une guerre civile dont les principaux perdants seront ces maures qui se sentent intouchables surtout invincibles croyant jouir la protection éternelle d’un puissant pouvoir raciste, esclavagiste et cultivant la ségrégation raciale au plus haut sommet de l’état. Depuis l’avènement des pouvoirs militaires maures, il n’est pas bon d’être militant des droits de l’homme à fortiori militant abolitionniste. Des hommes et femmes sont harcelés, traqués nuit et jour, leur seul crime connu de nos jours est d’avoir osé dire stop au racisme, à l’esclavage et aux inégalités dans le pays. Cheikh Ould Vall, Boubacar Ould Yatma et Hanena Ould Mboirik des militants abolitionnistes croupissent en prison depuis plusieurs mois avec des fausses accusations pendant que le fils délinquant du fou faux général Aziz, Badr Ould Mohamed Abdel Aziz tire sur des femmes en toute impunité, se tire dessus, il se pisse dessus sous l’effet des produits psychotropes et coule la vie douce en toute liberté. Les militants séquestrés sont privés de soins avec interdiction de visites etc….donc leur situation est catastrophique alors qu’ils n’ont commis aucun crime ni enfreint la loi. Le village de Niabiana dans le sud de la Mauritanie vient de subir une semaine durant un état de siège total des autorités à la cherche nous dit on d’un jeune vagabond maure qui a fugué le domicile familial, alors peut déduire dans se pays, il n’y a plus d’espoir donc l’issu devient de plus en plus explosif. Les trois détenus abolitionnistes doivent être libérer immédiatement sans condition.

    Diko hanoune
    http://haratine.blogspot.fr/2014/08/larbitraire-conduit-toujours-vers-des.html

Comments are closed.