Friperie : les risques de l’importation incontrôlée

1

FRIPERIESi la friperie profite au plus grand nombre, elle ne doit pas nuire à la santé, à l’environnement et au développement du secteur industriel

Quel est l’impact de l’importation anarchique de la friperie sur notre population et le commerce ? Que faire ? La question mérite d’être posée. Le constat est réel puisque que même les autorités reconnaissent l’impasse qui existe aujourd’hui, autour de l’importation incontrôlée et anarchique de la friperie au Mali. Autrefois, la notion de friperie ou « yougou yougou » en bambara, pour le commun des Maliens, renvoyait systématiquement à l’habillement moins cher ou à l’achat de vêtements usés. Aujourd’hui, cette notion, à bien des égards, a évolué face au phénomène de prolifération et d’envahissement de la ville de Bamako, des centres urbains de l’intérieur et même des villages les plus reculés, par les innombrables boutiques de casse et points de vente de friperie.

Aussi, dans les marchés, les quartiers périphériques, les coins de rue, au bord des routes, partout sont exposés des produits de friperie de tous genres. Prolifération.A Bacodjicoroni ACI ce commerce fleuri. Un propriétaire de magasin qui n’a pas voulu décliner son identité nous a confié  ce qui suit : « je suis malien d’origine, mais je suis né et j’ai grandi au Congo. Je suis arrivé pour la première fois au Mali en 2005, à cause de la guerre au Congo. Après mon arrivée, la boutique de friperie de ma famille était la seule à Lafiabougou Hamdallaye ACI. En 2008, j’ai ouvert une annexe dans la zone de Bacodjicoroni Golf. Aujourd’hui, on compte au minimum une cinquantaine de boutiques de friperie dans cette zone. Je suis issu d’une famille très pauvre. Tout jeune, je n’ai jamais porté que la friperie. Au Congo, la friperie est un gros business. Et cela nous a inspiré. Nous faisons ce travail, parce qu’on n’a pas autre chose. L’écoulement est très lent. Mais ça nous fait vivre».

Il a attiré l’attention sur le fait qu’actuellement, ce commerce est en pleine expansion à Bamako. « Aujourd’hui, nous possédons une entreprise familiale dans le domaine de la friperie regroupant au total cinq boutiques de vente de casse américaine. Mon souhait est qu’un jour, je puisse ouvrir un grand magasin commercial digne du nom » Devant l’ampleur du phénomène de prolifération de la friperie, plus d’un s’interroge sur le bien fondé de la chose. Les opinions divergent. Beaucoup estiment que la friperie est une chance pour le plus grand nombre. D’autres estiment qu’il faut s’en méfier. Pour notre interlocuteur, la friperie nourrit beaucoup de personnes parce qu’elle est fournit des emplois. Il emploie lui même huit (8) personnes. Les lieux de provenance varient et on peut trouver des produits normalement consommables. Autre constat : cet immense marché attire, aujourd’hui, la majorité de la population.

Mais Il convient de souligner que si autrefois la friperie était destinée aux « pauvres », aujourd’hui, face à la diversité de l’offre, tout le monde (nantis et moins nantis) y trouve son compte. La gamme de marchandises est très variée allant des objets flambants neufs aux vieilleries. La friperie a une clientèle variée. Les prix sont accessibles à toutes les bourses. Les offres varient des traditionnels vêtements usés aux véhicules, en passant par les objets ménagers : marmites, couverts poêles, louches, torchons, verres et assiettes de tous genres en porcelaine et plastic. L’éventail couvre tout ce dont la ménagère peut rêver : vélos, matelas, téléviseurs, frigos, draps et couvre lits, oreillers, berceaux et jouets pour bébé, matériel pour équiper les jardins d’enfants, pour ne citer que ceux- ci. Notre interlocuteur ajoute: « ma boutique a évolué et ressemble aujourd’hui à un super marché.

Elle est fréquentée par des personnes très respectables, par des nantis et des moins nantis. Chacun y trouve son compte. Les futures mamans et les propriétaires de jardins d’enfants figurent parmi mes plus gros clients. Ils viennent s’équiper en berceaux, jouets pour enfants, linge pour bébé, balançoires, toboggans, petits vélos, voitures électroniques etc. Je revends même des livres. Avant le coup d’Etat de 2012, je pouvais faire venir 2 à 3 conteneurs par mois des USA. Maintenant, je peine à faire venir un conteneur en deux mois ». Un autre propriétaire de magasin explique qu’au lieu de payer un téléviseur neuf au marché (écran plat) à 250 000 FCFA, les gens préfèrent payer à la casse à 80 000 – 150 000 FCFA. Tout ce qu’on vend à la fripe est moins cher. Au delà du prix, les gens payent pour la qualité.

Par exemple, à la veille de la rentrée scolaire, de nombreux parents d’élèves préfèrent acheter les sacs à la « fripe » parce qu’ils sont solides par comparaison aux sacs moins chers en vente sur le marché. La vente de matelas à ressort est florissante sur le marché de la « fripe ». Un revendeur a expliqué qu’il peut écouler une cinquantaine de matelas. Les commandes continuent. Dans ce milieu, un matelas à ressort de 03 places se vend entre 100 000 et 120 000 FCFA. Une femme indignée devant un tapis sale et déchiqueté a fustigé le laxisme de l’Etat face au problème. « Je pense et je ne suis pas seule à croire que les blancs ont trouvé en nos pays un dépotoir pour leurs ordures. Même les objets ayant appartenus à leurs chiens sont déversés ici et achetés par nos pauvres populations qui n’ont aucune idée du danger qu’elles encourent ».

Danger pour la santé. Le Directeur de la DNCC, Modibo Keïta explique que la libéralisation est une bonne chose, mais qu’il faut une politique commerciale nationale cohérente. Il a mis l’accent sur le fait que la libéralisation n’est pas contraire à la préservation de la vie des personnes et à la protection de l’environnement. Ce n’est pas une entrave au commerce. Il estime que, si la friperie profite au plus grand nombre, elle ne doit pas nuire à la santé, à l’environnement et au développement du secteur industriel. Par ailleurs, elle tue le commerce. Et le Directeur de la DNCC de conclure : « le commerce de la friperie ne doit pas créer des problèmes de santé. Mais il n’est pas évident que ce soit le cas au Mali, puisque la seule unité de traitement (avant mise vente) existante ne fonctionne plus.  Les vieux réfrigérateurs, ordinateurs, etc. peuvent contenir des produits dangereux pour la santé et créer des problèmes environnementaux.

Les pneus d’occasion payés et jetés au bout de trois mois dans la nature deviennent des nids de prolifération des moustiques parce qu’en hivernage, ils se remplissent d’eau ». Selon les données de la Direction nationale du commerce et de la concurrence (DNCC), les intentions d’importation de friperie en 2010 sont estimées à 3. 261 453 427 FCFA, en 2011 à 3. 460 118 474 et en 2012, à 3. 404 769 803 FCFA soit plus de 10 milliards de FCFA. Les pays de provenance de la friperie sont : les USA, l’Allemagne, la Pologne, la Hollande, la France, le Canada, la Chine, la Belgique, l’Italie, l’Espagne, la Bulgarie, l’Arabie Saoudite, le Sénégal, la Tunisie, le Maroc, le Togo, le Pakistan, la Corée du Nord, l’Afrique du Sud, le Liban, la Guinée, le Ghana. Il faut aussi noter que les gens profitent de toutes les situations pour amener la friperie. Par exemple, les importateurs de voitures ou autres articles profitent de l’occasion pour bourrer les véhicules de toutes sortes de friperies sans déclaration.

Evoquant la question, le Directeur commercial de Fofy industrie, Lassine Koné, souligne que les importateurs de friperie livrent une concurrence déloyale à l’industrie du matelas. Cela se ressent au niveau des clients et des revendeurs qui ne parviennent plus à écouler leurs marchandises « made in Mali ». « Pour la plupart des cas les vendeurs de « fripe » cèdent des matelas usés à bas prix, douteux pour la santé. Mais la population ne comprend pas. Ils vendent des matelas à 50 000 – 70 000FCFA alors que nous vendons les matelas orthopédiques à 180 000FCFA (2 places). La casse tue le commerce et le marche. Elle concurrence illégalement les entreprises nationales. Il faut y mettre fin », a t-il insisté. Prétraitement.

La solution ? Le responsable de la DNCC estime que le secteur privé doit formuler de façon très claire ses besoins afin que l’Etat puisse l’accompagner, puisque ce sont les privés qui importent la friperie. Il s’agit également de sensibiliser la population et les opérateurs économiques sur les effets négatifs de ce commerce sur la santé et l’environnement. L’Etat doit prendre des mesures réglementaires pour protéger la population. Et il revient au SP de s’organiser Concrètement, pour réduire l’importation de friperie, M. Keïta propose de sensibiliser la population sur les dangers pour la santé. Personne ne sait d’où viennent ces nombreux matelas et draps ayant peut-être appartenu à des personnes malades. Il s’agit aussi pour l’Etat de prendre des mesures pour décourager l’importation de la friperie en demandant, à l’importateur d’apporter la preuve que les produits ont fait l’objet d’un prétraitement.

Le phénomène de la « fripe » n’est pas propre au Mali seulement. Il prospère dans des pays comme l’Angola, le Congo, le Togo ou la Guinée. Où des bateaux entiers de fripe accostent et où la marchandise coûte encore moins chère. Certains importateurs maliens préfèrent aller payer les conteneurs à Lomé ou à Conakry plutôt que d’en importer des USA ou d’autres pays parce que cela revient moins cher. Actuellement dans le monde, tout un business est organisé autour du commerce de friperie. Aux USA par exemple, de nombreuses organisations caritatives sont à longueur de journée à la recherche de dons toutes natures à remettre au CICR. En cas de pléthore de ce qu’ils collectent, elles revendent pour réinvestir l’argent dans la satisfaction des besoins des orphelins et des victimes des catastrophes.

F. MAÏGA

LES éTATS-UNIS A L’ARRET, AU PIED DU«MUR BUDGETAIRE»

Des centaines de milliers de personnes travailleront sans être payées ou resteront à la maison sans salaire, a indiqué hier le président américain, Barak Ozama, lors d’un point de presse à la Maison-Blanche, lundi, en début de soirée . L’État emploie 01 million de civils et 1,4 million de militaires, dit-il. « Les immeubles à bureaux vont fermer, les chèques de paie seront reportés, les services vitaux pour les aînés, les vétérans, les femmes et les enfants seront affectés. Les commerces et notre économie vont vraiment en souffrir », assurait le président Américain.

Obama demande aux Républicains de faire preuve de bon sens. « On ne paralyse pas un gouvernement à cause de divergences politiques », a-t-il déploré, faisant référence à la demande des Républicains de suspendre la mise en place de sa réforme de la santé, en échange de l’adoption d’un budget. Trois propositions allant dans ce sens de la Chambre des représentants, à majorité républicaine, ont été rejetées lundi par le Sénat, à majorité démocrate. Barack Obama prévient que, quoiqu’ il arrive, sa réforme du système de santé entrera en vigueur mardi. Plus de 30 millions d’Américains dépourvus de couverture médicale pourront désormais y avoir accès. « Une faction d’un parti à la Chambre des représentants n’a pas le droit de paralyser tout un gouvernement pour remettre sur les rails un combat qu’elle a perdu lors des dernières élections ».

Les tractations vont se poursuivre, mais, en attendant, les Etats-Unis vont devoir se mettre au ralenti, faute d’argent disponible dans les caisses. Quelque 800 000 fonctionnaires se retrouvent en congés forcés et sans salaire. Ces dernières heures, les textes ont fait la navette entre la Chambre des représentants et le Sénat. Mais en réalité, les parlementaires n’ont pas avancé d’un iota. La Chambre a envoyé au Sénat des textes de Loi de finances qui retardaient d’un an la mise en place de la réforme sur la protection sociale. Mais les lignes commencent à bouger au sein du parti républicain. Puisque la crise est consommée, que personne n’a cédé, les élus vont peut-être, enfin, négocier. Tout est possible.

Au sein du parti républicain, on a assisté au cours de la nuit à une rébellion des modérés, qui ont voté contre leur parti pour éviter une mise en chômage technique des fonctionnaires. Mais ils n’étaient pas assez nombreux : quelques voix ont manqué. Cela signifie que certains commencent à se lasser de cette guerre contre la Loi sur la couverture sociale. Mais en attendant que les élus parviennent à trouver un accord, 800.000 fonctionnaires américains sont en chômage technique. Cela signifie que de nombreux secteurs tournent au ralenti, ou ne fonctionnent pas du tout. La NASA est presque complètement fermée : 97 % des 18 000 employés sont forcés de rester chez eux.

PARTAGER

1 commentaire

  1. bonjour a toute le monde je vit en suisse .je doit envoie bientôt deux container de fripe .j’ai de question .
    si quel qun pouvais me répondre 1 le prix de ballon de différent taille et combien coûte la douane d’une container de 20 et 40 pied de fripe
    et le transport de Dakar a Bamako merci 😉

Comments are closed.