Front social : L’APMA se braque contre le régime

0
0

Au delà de sa lutte contre la spéculation foncière, la corruption et la mauvaise gestion des ressources, l’Association appel du Mali (APMA) que dirige Adama T. Coulibaly, veut s’attaquer  aux autres maux qui minent notre pays. Elle l’a fait savoir le week-end dernier lors d’un point de presse organisé à son siège à Daoudabougou près du lycée Kankou Moussa.

 

Dans une déclaration remise à la presse, l’APMA  dénonce le laxisme, c‘est à dire le silence coupable de l’Etat face à la gestion de la crise au nord Mali ; le recul de notre démocratie dans ces dix dernières années à cause de la gestion consensuelle du pouvoir prônée par le Président de la République Amadou Toumani Touré ;  les détournements  des deniers publics notifiés dans le rapport du vérificateur général Sidi Sosso Diarra ; la gestion opaques de nos ressources minières ; la liquidation des entreprises et sociétés d’Etat comme les Aéroports du Mali ; Trans Rail ; la Comatex; la CMDT ; la Sotelma/Malitel entre autres. Et les récentes atrocités commises  sur nos militaires au nord Mali par des bandits armées.
Du coup, l’APMA exige la publication sans condition de la liste des militaires décédés et cela permettra aux familles respectives de faire leur deuil. « Il ne sert à rien de cacher la vérité car le peuple malien est informé », a-t-il ajouté. Selon ce document, « cette situation sécuritaire risque de porter préjudice à la tenue des élections générales de 2012. D’une part, elle souhaite que l’argent distribué aux partis politiques comme subvention annuelle soit retiré et mis à la disposition de l’armée pour la défense de la patrie. Et de l’autre côté, il demande qu’ATT et son régime soient mis en cause pour haute trahison et exige son départ de Koulouba sans condition ».
A.B.D

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.