Bienvenue au Maroc : Tel est le sens que l’on pourrait donner à l’annonce d’une nouvelle vague de régularisation de migrants dans le Royaume du Maroc.

1

«Décision Royale », a – t – on appris. Cette importante décision a été annoncée le 12 décembre dernier. La politique migratoire, prônée par le Maroc et qui a toujours visée l’intégration économique et sociale, ne serait pas étrangère à la décision de S.M le Roi Mohamed VI. Intégration qui concerne évidemment les personnes en situation irrégulière issues des pays principalement d’Afrique Subsaharienne. Autrement, le Sénégal, la Guinée, le Mali, le Niger, etc.

Lors de sa récente tournée africaine, Son Excellence  le Roi Mohamed VI avait été félicité par de nombreux Chefs d’Etat pour sa politique migratoire. « Ceci n’a rien d’étonnant quand on connait l’accueil réservé par les Marocains à leurs hôtes. En effet, les qualités d’hospitalité, de bienveillance et de cordialité, sont ancrées dans notre culture et nos traditions séculaires », avait annoncé le Roi dans son discours du 20 août 2016. Et d’ajouter : « Le Maroc a longtemps récusé les méthodes suivies par certains pour traiter les questions de la migration, méthodes qui, se sont, d’ailleurs, révélées inopérantes. Par contre, il est fier de l’action qu’il mène dans le domaine de l’accueil et de l’intégration des immigrés. Et il ne reviendra pas sur cette approche pratique et humanitaire’’.

Faut-il rappeler que sous la clairvoyance de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc avait mené avec succès une telle opération. C’était en 2014. A cette occasion, d’après les Observateurs, l’on avait assisté à la régularisation de plus de 25.000 migrants.

Et notons que cette bonne nouvelle tombe bien pour plusieurs panafricains dont les ressortissants viennent d’être refoulés d’Algérie. Belle opportunité pour eux donc de mesurer le degré de sécurité de leurs relations avec l’un ou l’autre. De 264 Maliens sont entrés au pays fatigués, émoussés, certains avaient de la peine à parler. Les rares témoignages font cas de ‘’pertes de biens’’, de ‘’travail’’, de ‘’tout’’. D’autres s’interrogent sur le sens des liens de coopération entre le Mali et l’Algérie tant prônées par les plus hautes autorités des deux pays. Ils expriment leur colère et leur indignation tout en vomissant ladite coopération.

B.Koné

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. A partir du moment où un pays ouvre ses frontières et promet la régularisation on ne peut que saluer l’opportunité offerte et se réjouir…
    Reste que les ressortissants régularisés devront trouver un logement,et du travail…
    L’état marocain ne va pas créer des emplois publics pour eux, donc il faut que les entreprises privées les embauchent , et si elles le font il faut que cela soit à des tarifs décents..
    Peut-être par fidélité au roi certains embaucheront , mais quelle sera la réaction de la population ?
    Affaire à suivre après cette première étape prometteuse ..

    Mme Merkel avait donné un signal très fort mais la machine s’est emballée et la grogne de certains allemands a enclenché un rétro pédalage..
    N’oublions pas qu’elle et venue au Mali aussi pour rapatrier des maliens ..

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here