Mali : l’avocat Daouda Ba rentre à Bamako

15 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Daouda-Ba est notamment spécialiste du droit du travail et du droit bancaire. © Elmerich

L’avocat malien, associé de Vaughan depuis 2006, pilote la première installation du cabinet parisien en Afrique. Avec pour objectif de développer ses activités dans toute la sous-région.

Établi à Paris en 2005, le cabinet d’avocats d’affaires Vaughan (dix associés) se lance à l’international en ouvrant son premier bureau à Bamako. Arrivé de France le 15 octobre, le Malien Daouda Ba, lui-même associé depuis 2006, pilotera le démarrage des activités. « Nous démarrerons avec deux autres collaborateurs locaux et une assistante », précise-t-il. Si les premiers voyages ont été effectués en novembre 2011 afin de prospecter les clients potentiels du pays, la crise dans le Nord a légèrement retardé une implantation initialement prévue en mars 2012. « Je suis revenu en juin, puis un peu plus tard avec l’un des deux associés fondateurs, Alexis Moisand, raconte Daouda Ba. Entre-temps, nous avions gagné un client. »

Initialement spécialisé dans le droit social, le cabinet Vaughan s’est diversifié dans l’immobilier, la fiscalité, la concurrence et les fusions-acquisitions. Ses clients sont des industriels, des éditeurs de logiciels, des logisticiens ou des transporteurs. À Bamako, le premier client est un groupe malien « spécialisé dans l’ingénierie et le conseil qui souhaite se transformer en holding », précise Daouda Ba. « Nous visons les secteurs des banques, des télécoms, de l’ingénierie et des mines, mais aussi l’État », ajoute-t-il.

À 40 ans, ce fils d’un fonctionnaire de Ségou (la deuxième ville du pays) a fait une grande partie de ses études à Bamako. Après l’École nationale d’administration, il obtient un diplôme supérieur d’université en droit du travail et de la sécurité sociale en 2001. Il poursuit son cursus à Paris, où il obtient un DEA de droit social en 2002 et un doctorat de droit privé en 2004 à l’université Panthéon-Assas. Il conclut son cycle en 2005, avec un certificat d’aptitude à la profession d’avocat, et s’inscrit aux barreaux de Paris (2006) et de Bamako (2011).

Cibles

« J’ai toujours eu pour projet de rentrer à Bamako. Avec le potentiel d’affaires du pays et de sa région, c’est une des raisons pour lesquelles Vaughan a décidé de s’implanter ici », indique-t-il. La Guinée, le Niger, le Sénégal, le Burkina Faso ou encore la Côte d’Ivoire sont les futures cibles du cabinet. Marié et père d’un petit garçon, Daouda Ba entend s’installer avec toute sa famille si les activités du bureau décollent. À lui de concrétiser.
Vendredi, 28 Décembre 2012 13:56

Par Michael Pauron/  Lire l’article sur Jeuneafrique.com

15 Réactions à Mali : l’avocat Daouda Ba rentre à Bamako

  1. orlane

    Les jaloux vont maigrir, plutôt que d’applaudir cette initiative, on le critique, soyez solidaires entre vous cela changera

  2. Traore SABA

    Bravo félicitation daou ce qui critique ton choix sont même peut être pas malien
    Je pense que tu servirais d exemple à des milliers de talent malien expatrier qui hésite encore à rentrer