Maliens de Libye : Le retour volontaire se poursuit

0
Maliens de Libye : LE RETOUR VOLONTAIRE SE POURSUIT

Ils sont 173 à regagner Bamako mardi soir à bord d’un vol spécial, affrété par le gouvernement, en collaboration avec l’OIM

La campagne de sensibilisation initiée par le ministère des Maliens de l’extérieur dans le but de convaincre nos compatriotes en danger sur le sol libyen de rentrer au bercail, semble porter fruit. Après une première vague de 170 personnes arrivées en décembre dernier, 173 autres ont regagné Bamako, mardi soir, à bord d’un vol spécial « GHADAMES AIR », affrété par le gouvernement malien en collaboration avec l’Organisation internationale des migrations (OIM).

A leur descente d’avion, nos compatriotes, jeunes pour la plupart, étaient attendus au bas de la passerelle par le ministre des Maliens de l’extérieur, Abdourhamane Sylla, accompagné de membres de son cabinet. On notait également la présence du représentant-pays de l’OIM, Bakary Doumbia, ainsi que de plusieurs membres du Haut conseil des Maliens de l’extérieur.

« C’est un chaos indescriptible qui règne là-bas, il fallait partir ou périr », déclare, aussitôt descendu de l’avion, l’un des passagers dans un bambara approximatif. « Nous étions conscients du danger sur la route de l’exode, mais nous n’avions jamais imaginé pareille situation », ajoute-t-il.

« Il y a juste trois jours que je suis sorti de prison », lance un autre d’un air crispé. « Vu le désordre qui règne là-bas, on ne se soucie plus si vous êtes en condition régulière ou pas. Un Arabe peut venir à tout moment vous réclamer, à tort ou à raison, de l’argent que vous lui devez. Si par malheur vous êtes fauché, vous devenez l’objet de toutes sortes de torture avant de vous voir jeté en prison comme un vulgaire chien.

Je remercie le gouvernement malien int refoulésde m’avoir extirpé de ce gouffre », conclut-il, visiblement soulagé de rentrer chez lui.

Deux d’entre eux, blessés par balle, sont descendus sur fauteuil roulant avant d’être embarqués dans l’ambulance de la Protection civile. Cela témoigne, selon le ministre des Maliens de l’Extérieur de la dangerosité de la menace qui pèse sur nos compatriotes. En leur serrant la main un à un, le ministre Sylla les a assurés de la détermination du gouvernement à les accompagner dans cette dure épreuve. Comme leurs prédécesseurs, les nouveaux arrivants ont été conduits à la direction régionale de la protection civile pour des soins.
Évoquant le cas des Maliens qui ont récemment été « sauvagement » chassés du Gabon, Abdourhamane Sylla a vivement condamné l’acte qu’il qualifie de contraire aux règles internationales de la migration. Il assure que toutes les leçons en seront tirées.

De son coté le représentant de l’OIM, Bakary Doumbia, a salué l’option faite par nos compatriotes de revenir. Tout en invitant les autorités maliennes à poursuivre la collaboration, il a appelé les futurs candidats à l’immigration à emprunter la voie normale.
L. ALMOULOUD

PARTAGER