Migrants en Méditerranée: 58 morts et plus de 100 portés disparus en une semaine

1
Migrants en Méditerranée: 58 morts et plus de 100 portés disparus en une semaine
Des migrants secourus par des gardes-côtes libyens, le 23 mai 2017 au large de la ville libyenne de Tajoura / © AFP/Archives / MAHMUD TURKIA
Le nombre des migrants ayant péri en mer la semaine dernière est monté à 58, tandis que plus de cent autres sont portés disparus, selon un nouveau bilan établi par l’AFP avec le HCR, l’OIM et les gardes-côtes libyens.

Au total, plus de 10.000 migrants ont été secourus au large de la Libye du 22 au 28 mai et la plupart ont été conduits en Italie, dans des conditions souvent difficiles.

Mais, dans le même temps, un total de 50 corps sans vie de personnes, dont beaucoup de femmes et d’enfants, mortes noyées en mer ou asphyxiées ou bien encore écrasées au fond des canots, ont été transportés jusqu’au territoire italien, a relevé le Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR).

Parallèlement, les gardes-côtes libyens ont retrouvé sept corps autour d’un canot dégonflé auquel s’accrochaient encore 77 survivants – les passeurs entassent en moyenne entre 100 et 140 personnes sur ces embarcations – et leurs homologues tunisiens le corps d’une femme sur un canot qui dérivait depuis 48 heures avec 126 personnes à son bord.

Mais des migrants secourus par des pêcheurs égyptiens et arrivés vendredi à Crotone (sud) ont raconté que 82 de leurs compagnons de voyage avaient disparu lorsque leur canot s’était dégonflé après quelques heures en mer, a déclaré mardi le HCR.

Et d’autres parvenus lundi à Pozzalo (Sicile) ont expliqué qu’une vingtaine de personnes présentes dans leur embarcation avaient disparu en mer dans les mêmes conditions, a quant à elle dit mardi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Selon le HCR, de nombreux migrants racontent aussi avoir été attaqués en mer par des hommes armés qui leur ont volé tout de qu’ils avaient, y compris le moteur de leur canot, tandis que plusieurs ont été blessés par balle.

Les derniers drames enregistrés portent le nombre des morts et disparus au large de la Libye à 1.481 (selon l’OIM) et à 1.720 (selon le HCR) depuis le début de l’année.

Sur la même période en 2016, les deux organisations avaient fait état d’environ 2.500 personnes ayant péri, dont plus de mille la dernière semaine de mai.

(©AFP / 30 mai 2017 18h55)

PARTAGER

1 commentaire

  1. Hier c étaient les américains, les français aides en cela par des rois,des empereurs dont nos illustrés historiens modernes ont taxe de naïfs et aujourd’hui au 21e s un autre trafic se fait devant nous et personne ne parle,on crie au loup mis aucun chef d état africains n a le courage d indexé l Italie sous peine de subir les représailles de l union européenne.
    L Italie sous le fallacieux couvert d aide,encourage l immigration, accorde les papiers de réfugiés pour avoir des noirs bons prix pour ses champs de tomates et combler son déficit de collectes de sa sécurité sociale du à la baisse de son taux de natalité.
    Quand la Cpi de Fatou bensouda veux s attaquer aux trafiquants libyens,c est revoltant.
    Si tous les migrant secourus par les gardes cités italiens étaient ramenés sur les cotes africaines,leurs points de départ longtemps ce trafic des temps modernes aurait pris fin.
    L objectif des migrant c est d aller en europe,en mettant le principe de reconduite au point de départ les trafiquants libyens n auraient eu aucun client car soit le clandestin se noyait ou reconduit au point de départ après sauvetage.
    Personne n en parle par peur ou par ignorance,c est bien l Italie qui encourage le phénomène.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here