Nouveau drame de l’immigration : L’Etat français accusé “de non-assistance” à un Malien suicidé

1

Un jeune Malien est décédé vendredi sans doute après s’être jeté du 8e étage du foyer qui l’hébergeait à Châlons-en-Champagne (Marne), a appris l’AFP lundi de source judiciaire, le drame pouvant être lié à sa situation irrégulière.

Le Réseau Education sans frontières (RESF) a associé la mort du jeune homme à sa peur d’être expulsé de France et a accusé “l’Etat et le Conseil départemental coupables de non-assistance à jeunesse en danger”.

“Le décès est dû à des contusions internes multiples suite à une défenestration et l’hypothèse privilégiée est celle du suicide”, a déclaré à l’AFP Eric Virbel, procureur de la République de Châlons-en-Champagne.

Denko S., un Malien de 16 ans, a été retrouvé “inconscient” vendredi soir par un résident au pied du foyer d’hébergement où il résidait depuis le 22 novembre dernier, selon le parquet.

Il occupait l’une des 73 chambres pour mineurs isolés mises à disposition par cette structure gérée par une association.

“Il n’est pas passé par la +Jungle+ de Calais mais a traversé l’Italie avant de se présenter spontanément au commissariat de Reims le 3 novembre dernier”, a ajouté M. Virbel.

Le jeune homme n’était pas encore connu des services préfectoraux, car il n’en était qu’aux prémices de ses démarches administratives, a indiqué la préfecture de la Marne.

Le parquet de Châlons-en-Champagne a précisé que le Conseil départemental, ayant “un doute sur sa minorité”, procédait à des vérifications mais que l’adolescent n’était concerné par “aucune procédure administrative ou pénale”.

Pourtant, l’antenne châlonnaise du RESF a associé la mort du jeune homme à sa peur d’être expulsé de France.

“Il s’est jeté du 8e parce que (…) il n’aurait pas supporté l’idée humiliante qu’on vienne l’arrêter et le mettre en prison”, selon un communiqué de RESF, qui estime que “l’Etat et le Conseil départemental sont coupables de non-assistance à jeunesse en danger”.

“Ces jeunes sont mal accueillis (…) Ils sont maintenus dans une situation de torture psychologique qui dure parfois des mois, en attendant de connaître leur sort”, a aussi dénoncé Marie-Pierre Barrière, membre de RESF à Châlons-en-Champagne.

De son côté, le parquet a souligné qu’”aucun élément n’a montré que des policiers seraient intervenus auprès de ce jeune” au moment du drame ou en amont.

Une marche silencieuse, à l’initiative de RESF, aura lieu aujourd’hui à 15 h à Châlons-en-Champagne.

M. D. avec AFP

PARTAGER

1 commentaire

  1. En Europe la France est considérée comme le pays des Africains…
    Combien d’africains dans le sport français à tous niveaux ..Que seraient devenus ces sportifs en Afrique ?
    Dans les années 1973 la France a mis en place le regroupement familial pour que les pauvres africains puissent vivre en famille …
    Ces familles bénéficient de tous les avantages que les français de souche (école,logement,allocations..etc)
    Est-ce là les agissements mauvais d’un pays contre Nous ?
    Le Mali comme d’autres états d’Afrique reconnaissent que l’argent envoyé par ces expatriés est vital ..Ce qui veut dire que cet argent n’est pas dépensé en France ..
    J’ai du mal a croire qu’un enfant né en Afrique soit obligé d’aller vivre en France systématiquement..
    Ce drame …encore un est de la faute des autorités africaines qui n’ont pas le courage de dire que l’immigration clandestine est dangereuse et qu’elle n’est pas défendable..
    Et puis pour tous ceux qui retournent au pays , arrêtez de faire briller votre argent ..pensez que ceux qui restent sont plus valeureux que ceux qui ont profité du choix d’un chef d’entreprise français …
    Je suis persuadé que certains d’entre nous oublient de penser à leur sort
    si ils étaient restés en Afrique et pire ils ne le disent pas à leurs enfants ..ils profitent ..
    Et en plus le Mali exige un visa

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here