Plus de 700.000 “très diplômés” en France sont des étrangers

0
1

AFP – La France compte 6,24 mil­lions de "très diplô­més" (mas­ters, grandes écoles et doc­to­rat), dont 710.000 "immi­grés", selon une étude du Secrétariat géné­ral de l’immigration consul­tée ven­dredi par l’AFP.

"La part de très diplô­més est un peu supé­rieure parmi les immi­grés que dans la popu­la­tion totale", observe l’étude de Samuel Menard et Sylvain Papon, char­gés de mis­sion au minis­tère de l’Intérieur.

Au total, ce sont 780.000 "très diplô­més" qui ne sont pas nés fran­çais, la dif­fé­rence avec 710.000 repré­sen­tant ceux qui ont acquis la natio­na­lité française.

Les res­sor­tis­sants des pays de lUnion euro­péenne, des Etats-Unis, du Canada, du Japon mais aussi de Chine "res­tent plus sou­vent étran­gers" quand ceux du Vietnam, du Cambodge, du Laos et du Liban acquièrent la natio­na­lité fran­çaise, remarque l’enquête.

Les pays dori­gine les plus repré­sen­tés sont lAl­gé­rie et le Maroc (66.000 cha­cun) et la Tunisie (26.000). Entre ces trois pays du Maghreb, s’intercalent le Royaume-Uni (40.000) et l’Allemagne (30.000).

Certains pays bien repré­sen­tés dans la popu­la­tion immi­grée le sont moins parmi les très diplô­més: cest le cas de lIta­lie, lEs­pagne, le Portugal ou encore la Pologne (78.000 pour les 4 pays).

Les effec­tifs de pays dAfrique (hors Maghreb) sont "assez faibles" alors que cer­tains pays sont au contraire "sur­re­pré­sen­tés": Liban (16.000), Roumanie et Vietnam (15.000 cha­cun). LAmérique du Sud ou cen­trale est très peu représentée.

En France, 41,3% des doc­to­rants sont étran­gers, une "pro­por­tion très élevée, carac­té­ris­tique des pays très attrac­tifs qui offrent un sys­tème d’enseignement supé­rieur de qua­lité et ont tissé un réseau grâce aux liens his­to­riques et lin­guis­tiques", note l’étude.

Sur l’ensemble des étudiants entrés en France en 2002, un tiers y est tou­jours pré­sent. Ils "semblent s’installer dura­ble­ment en France, soit qu’ils se sont mariés, soit qu’ils ont trouvé un emploi, soit quils détiennent encore, pour 10% dentre eux, un titre de séjour +étudiant+, selon l’enquête.

L’étude ne prend pas en compte les per­sonnes nées fran­çaises mais de parents étran­gers, en rai­son de l’interdiction des sta­tis­tiques ethniques.

AFP – 06/01/2012

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.