Risque des migrations irrégulières : Le ministère des maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine célèbre la journée internationale des migrants.

0
0





Le samedi 17 décembre dernier, le terrain Sakaly de Medina-coura a abrité le lancement de la campagne nationale d’information et de sensibilisation sur les risques de la migration irrégulière sous la présidence du ministre des maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine.


En effet cela fait la quatrième année consécutive que le département des malien de l’extérieur organise une campagne nationale d’information et de sensibilisation sur les risques de la  migration irrégulière. Le constat a été fait qu’un grand nombre de migrants irréguliers meurent chaque année dans leurs tentatives de traverser les frontières terrestres et maritimes. La migration irrégulière met en danger le bien-être et les vies des migrants et cause d’énormes préjudices matériels et moraux à leur famille. Elle entraine selon les organisateurs, en outre, une perte importante des ressources humaines pour le pays c’est ces raisons qui ont poussé le gouvernement à travers le ministère des maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine à organiser chaque année une campagne nationale d’information et de sensibilisation en vue de prévenir la jeunesse contre les conséquences négatives de la migration irrégulière. Déjà l’impacte des éditions précédentes se fait sentir. Le lancement de l’édition 2011 à la veille de la célébration de la journée internationale des migrants a été pour le ministre Badra Alou Makalou l’occasion de saluer toutes les communautés africaines au Mali, pour leur participation aux activités et leur garantir un diatiguiya digne des maliens. Le ministre dira que « le Mali est et sera toujours une terre africaine pour les africains ». Selon lui : « malgré les insuffisances, nous devrions nous réjouir des facilités de circulation et d’intégration aux seins de l’espace CEDEAO. Ce qui a considérablement réduit les migrations irrégulières et leurs conséquences négatives ». Pour terminer l’orateur demandera à la population malienne « de considérer les autres communautés comme des frères et leurs faciliter l’intégration ».

 

ALBADIA DICKO

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.