Situation des immigrés subsahariens en Libye : L’Association malienne des expulsés interpelle encore le gouvernement

0

L’évolution de la crise libyenne affecte manifestement la vie de milliers de migrants subsahariens, pris dans la tourmente politico-militaire, sans aucun recours, ni issue.

Pour rappel, plusieurs organisations de défense des droits de l’homme et de soutien aux migrants avaient dénoncé les conditions de vie très précaires des migrants établis en Lybie. Cette situation a engendré bien avant la crise des violations de droits et des abus envers les travailleurs migrants et subsahariens en particulier.

 Suite à la mission d’observation de l’AME et Médecins du Monde France à la frontière Tunisie- Libye, précisément au Camp de Transit des Rapatriés de Choucha en Mars 2011, l’AME et ses partenaires ont fait plusieurs déclarations pour alerter la société civile malienne , l’opinion publique et internationale sur les violations des droits des migrants en Lybie.

 Parallèlement, nous avons tenu des conférences de presse et réunions d’informations, sur les violences subies par des milliers de rapatriés ainsi que les conditions de prise en charge à mettre en place lors des arrivées des travailleurs immigrés acheminés vers le Mali. En soulignant aussi bien qu’un nombre important de nos compatriotes et migrants subsahariens sont encore bloqués dans la crise libyenne, à la recherche de moyens pour survivre.

 Depuis que les insurgés sont rentrés à Tripoli, les conditions de vie des migrants se trouvent amplement dégradées. Des organisations présentes sur le terrain donnent l’alerte sur la situation catastrophique de ces migrants, sur le plan sécuritaire et humanitaire.

 La vie de ces migrants est en danger en Libye. Ils sont dans une situation d’isolement sans pareil, reclus dans des camps ou logements de fortune. Ces derniers subissent un grave amalgame parce qu’assimilés à des mercenaires. De ce fait ils sont poursuivis, violentés, lynchés au quotidien. Des reportages de journalistes sur le terrain ont montré l’ampleur des effets de cette crise politico- militaire sur les immigrés sub sahariens dans ce pays frère Africain. Nombre d’entre eux cherchent à joindre un pays limitrophe ; voire emprunter les voies maritimes pour trouver refuge en Europe, via les cotes italiennes de Lampedusa.

 L’AME exprime toute sa compassion pour ces centaines de vie perdues, tant par le refoulement dans le désert qu’au pied de la forteresse Europe. Nous dénonçons les exactions physiques et les pressions psychologiques appliquées aux immigrés en Libye avec des préjugés malsains.

 L’Association Malienne des Expulsés interpelle ici et maintenant

 Les insurgés et le peuple libyen à : Préserver la vie et les biens des travailleurs migrants en évitant les amalgames ; Faciliter la communication et les visites humanitaires dans les camps et lieux de vie des migrants en interne et avec l’extérieur ; Promouvoir les droits des travailleurs étrangers et la tolérance entre les peuples en Libye ; Informer et sensibiliser l’opinion publique, les services de santé, et les hommes armés libyens sur la prise en compte des droits travailleurs migrants subsahariens ;

 Le Gouvernement malien à : Engager des échanges avec les autorités Libyennes pour rendre effectifs les droits des travailleurs Maliens et subsahariens en particulier en Lybie et pour assurer une bonne gestion des opérations d’acheminements, de regroupements et des rapatriements vers les pays d’origine ;

 La société civile malienne à : Venir en aide aux compatriotes rapatriés et aux migrants de retour forcé vers le Mali Renforcer le soutien des compatriotes maliens établis et bloqués à l’heure actuelle en Lybie

La communauté internationale à : Assurer l’assistance humanitaire et la sécurité des immigrants en Libye, dans les zones de transit et en mer, Faciliter l’accès aux soins et à l’hospitalité pour les personnes en situation de demande d’asile

Les organisations de la Solidarité internationale à : Renforcer la veille sur la situation générale des migrants en Libye et dans tout le bassin méditerranéen pour témoigner sur les abus et dénoncer les violations des droits des migrants Se donner les moyens pour des missions exploratoires en Libye pour faire l’état des lieux ; Diffuser largement vers les pays d’origine des migrants pour informer les opinions nationales sur la situation de leurs ressortissants en Libye.

13 septembre 2011 par Association Malienne des Expulsés Immigration – communiqués partis amis et associations – Droit humain

 

PARTAGER