In memorium : L’Ambassade des USA rend hommage à Martin Luther King

4

Dans le cadre de la commémoration de la journée Martin Luther King, l’Ambassade des USA dans notre pays, en partenariat avec l’Ecole Normale Supérieure  de Bamako, a organisé ce mardi 16 janvier 2018 une conférence débat sur « l’héritage de Martin Luther King ».  Occasion pour les étudiants et d’autres participants de mieux connaitre cet homme noir qui s’est sacrifié pour la cause des noirs aux Etats Unis.

C’était dans l’amphithéâtre  de l’Ecole normale supérieure (ENSUP) en présence des centaines d’étudiants, du corps professoral de l’EN-Sup, des lycéens, etc.

Icone de la lutte pour les droits civiques  aux Etats Unis dans les années 1950, Martin Luther King, le natif de l’Atlanta, a consacré toute sa vie à défendre la cause des hommes de couleur, de prédominances noires aux USA. Sa stratégie de combat contre la ségrégation, « la non-violence » inspirée de Mahatma Gandhi a marqué tout le siècle. Et c’est dans le souci de propager son idéologie de non-violence que l’ambassade a organisé cette conférence débat. « Le point le plus important est qu’il a lutté de manière non violente. Je pense que les Maliens doivent s’inspirer de lui. La lutte non violente est essentielle pour avancer la société. », a affirmé la  directrice des Affaires publiques par intérim, Emma Moros.

Plus connu à travers son discours « I have a dream »  « Je fais un rêve », pour Martin Luther King Jr, non moins  pasteur de l’Eglise baptiste Ebenezer, cent ans après l’abolition de l’esclavage, le noir vit sur son ilot de pauvreté au milieu d’un vaste océan de prospérité matérielle. Mais cela n’a pas empêché au combattant de droits civiques de rêver de l’égalité entre les hommes de couleur dans ce pays.

«  Je vous le dis ici et maintenant, mes amis ; bien que nous ayons à faire face à des difficultés aujourd’hui et demain, je fais toujours un rêve. C’est un rêve profondément  ancré dans l’idéal américain….Je fais un rêve que mes quatre petits-enfants  vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau mais sur la valeur de leur caractère. Je fais un rêve qu’un jour, les petits garçons noirs et les petites filles blanches pourront se donner la main comme frères et sœurs », disait-il.

Séduits par la philosophie du protagoniste de  la marche sur Washington en 1963, les participants à la conférence ont  apprécié l’initiative.

Né le 15 janvier  en 1929, il était l’un  des enfants de Martin Luther King Sir, pasteur de l’Eglise baptiste ebenezer et Alberta Williams King, une ancienne enseignante. Il fut renommé “Martin’’ quant il avait  6 ans.

Martin Luther King Jr a été tué à bout portant le  4 Avril 1968 dans le balcon de son 2è étage  de Lorraine à Memphis Motel, Tennessee le lendemain de son discours prophétique “I’ve Been to the Mountain top”,  « Je suis arrivé au sommet de la montagne ».

Cette conférence annuelle  rentre dans le cadre des programmes d’échanges culturels visant à promouvoir la compréhension mutuelle entre le Mali et les Etats Unis.

Ousmane Sagara

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. On peut imaginer l’embarras d’un ambassadeur Américain sur le sol Africain…

    Voici un livre qui dit le rôle de Martin Luther King et de bien d’autres Noirs américains
    LES NOIRS AMERICAINS
    Des champs de coton à la Maison Blanche
    écrit par Nicole BACHARAN
    éditions PERRIN
    bibliographie impressionnante et beaucoup de réferences pour les recherches

  2. I know MLk is a great man I will be happy him to be celebrated with African American in mali not the hypocrite white american to showing African American values to Mali

  3. MLK Jr. was a great man! Grace a’ ses efforts et ceux de ses partisans dont plusieurs etaient des blancs, THE CIVIL RIGHTS ACTS DE 1964 EXISTE!

  4. Voilà des hypocrites américain blanc ses eux qui utilise les noirs américains de attaques maliens mêmes de leurs abusé j’ai été victime pour sa des manipulateurs première classe

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here