Incendies survenus au marché rose de Bamako : Les victimes bientôt recensées et dédommagées

0

C’est  suite aux incendies survenus en 1993 et en 2014 que les occupants du marché rose ont jugé nécessaire de mettre en place une Commission d’identification des victimes. Cette Commission a tenu une assemblée générale le mardi 1er juin 2016 au Grand marché de Bamako, communément appelé «marché Rose». Ladite assemblée générale était  présidée par le président de l’Association des victimes de l’incendie du marché rose de Bamako (Avimr), Gaoussou Coulibaly, en présence de plusieurs occupants et victimes du marché, des responsables de la mairie du District de Bamako ainsi que ceux de la Chambre de commerce et d’industrie.

 C’est sous un hangar plein de monde que le président de l’Association des victimes de l’incendie du marché Rose, Gaoussou Coulibaly, a pris la parole pour expliquer l’objectif principal de la présente assemblée générale. Il dira, dès l’entame de ses propos, qu’il s’agit de recenser tous les titulaires de place, occupants et les victimes de l’incendie afin de les installer sur un autre espace du marché, en attendant de reconstruire la partie incendiée.

À en croire M. Coulibaly, la première nouvelle salutaire qui ressort de cette assemblée générale est l’acquisition de partenaires techniques et financiers pour la reconstruction du marché. «Il y a déjà plusieurs partenaires et  bonnes volontés au niveau de la mairie et de la Chambre de commerce et d’industrie qui veulent reconstruire le marché incendié. Raison pour laquelle la Commission d’identification des victimes des incendies a demandé à tous les occupants concernés de se conformer aux règles et exigences des agents de recensement pour un dénouement heureux de l’opération de recensement, afin que le marché soit reconstruit, pour le bonheur de tout le monde», a-t-il informé.

Par ailleurs, après les incendies survenus en 1993 et en 2014 au marché Rose de Bamako, la Commission des victimes, en collaboration avec la mairie du District de Bamako, a initié beaucoup d’actions dont elle en a tiré d’enrichissantes expériences. «Nous avons de l’expérience et nous serons en mesure de faire le recensement des occupants, victimes des côtés brûlés dans notre marché. Nous voulons recenser les gens, à condition qu’ils soient titulaires de places et victimes pour les remettre dans leurs droits», a clarifié M. Coulibaly.

«Nous invitons tous les occupants du marché Rose à rester sereins et à  travailler ensemble, main dans la main, car c’est l’union qui fait la force», a-t-il conclu.

 

Ousmane DIAKITE/Assétou Y. SAMAKE (Stagiaires)

PARTAGER