Interdiction de l’utilisation des feux d’artifice : Les contrevenants s’exposeront a des sanctions

0

Le ministère de la Sécurité et de la Protection civile informe, en cette veille des fêtes de fin d’année, l’opinion publique nationale que l’importation, la vente et l’utilisation des feux d’artifice (pétards) sont purement interdites sur toute l’étendue du territoire national. Le message a été lancé, hier, au siège de ce département, par le conseiller technique, Bakoun Kanté, commissaire principal. Il intervenait lors d’une conférence de presse organisée à cet effet. La rencontre avec la presse a aussi enregistré la participation de tous les responsables des organisations de commerçants ou leurs représentants.

Cette mesure d’interdiction, pour le conférencier, vise à prévenir les dangers drastiques et déplorables liés à l’utilisation, de façon générale, de ces « jeux explosifs ». « L’utilisation des pétards trouble l’ordre public en créant une confusion grave, surtout en cette période d’insécurité. Les citoyens peuvent assimiler leurs bruits aux coups de feu et vice versa », a dit le commissaire principal, en rapportant une anecdote. Quelques jours après l’attaque terroriste, le 20 novembre dernier, de l’hôtel Radison Blu, un enfant utilisa un pétard dans les environs. L’événement aurait provoqué une panique presque générale dans le quartier, au point de mobiliser des forces de défense et de sécurité. « Les populations avaient confondu la forte détonation à une attaque terroriste », a déploré le conseiller technique. Avant d’ajouter qu’une telle confusion complique le travail des forces de défense et de sécurité nationales.

Outre cet aspect, les feux d’artifice sont aussi à l’origine de plusieurs incendies qui sont très souvent vite circonscrits par les éléments de la protection civile. Compte tenu de l’immensité du danger que les feux d’artifice représentent pour nos concitoyens, il a invité les commerçants, pilier indispensable de notre économie, à la bonne compréhension des raisons légitimes et légales de la mise en place de cette mesure. Avant de solliciter leur appui et accompagnement, dans le cadre de la sensibilisation et l’observation stricte de l’interdiction. « En cas de manquements constatés, tout citoyen, où qu’il se trouve, peut alerter les forces de sécurité nationale en appelant gratuitement le numéro vert : 80 331 », a insisté Bakoun Kanté. Il a assuré que des agents viendront aussitôt après l’appel interpeler les fautifs. Comme ce fut le cas les années précédentes où plusieurs personnes ont été interpellées au niveau des différents commissariats, a-t-il rappelé. Les associations de commerçants, par la voix de leurs leaders présents dans la salle, se sont engagées à en informer leurs militants partout où ils se trouvent sur le territoire national. Après avoir reconnu l’utilité de l’établissement de cette mesure d’interdiction, le secrétaire général du Syndicat national des commerçants détaillants (SYNACODEM), Cheik Oumar Sacko, a promis que des réunions seront organisées avec les militants à cet effet.

En réponse aux multiples questions des confrères, le conférencier a expliqué qu’il ne devrait pas y avoir de stocks de pétards disponibles sur le marché national. Car, a-t-il justifié, la mesure d’interdiction existe non seulement depuis 5 ans, mais aussi l’utilisation de pétards est interdite par le Code pénal du 20 août 2001 dont l’alinéa 20 de l’article 325 interdit aussi l’usage des feux d’artifice. Selon ce texte, la sanction est contraventionnelle en cas d’usage simple. Elle peut aussi être judiciaire, selon la gravité de l’acte.

« Les commerçants qui seront pris avec des stocks de feux d’artifices seront présentés au procureur », a prévenu le conférencier, avant d’en appeler au bon sens de chacun.

C. M. TRAORE

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here