Intervention française au Mali : La grande joie dans les villes du pays

1 réaction [-] Texte [+] Email Imprimer

Du Sud au Nord, les populations maliennes se sont réjouies de l’appui rapide français sur la ligne de front dans le cadre de la libération des territoires envahis par des djihadistes. À la chute de la ville de Konna aux mains des islamistes sans foi ni loi, le président malien a sollicité une intervention rapide de la France afin d’éviter le pire. Car, la situation avait dépassé tout le peuple malien. Lequel peuple meurtri craignait la prise de Bamako.

Fort heureusement, le président français, François Hollande, a répondu favorablement à l’appel de son homologue malien. Cela, en intervenant à travers des raids aériens, dans un premier temps, dans les localités de Konna. Toute chose qui a permis aux troupes maliennes de reprendre le contrôle de la ville de  Konna, tout en procédant à des ratissages musclés dans les rangs des «fous» de Dieu.

Après avoir envoyé des militaires à Bamako pour la sécurisation de leurs ressortissants, la France a intensifié les raids aériens afin de saboter les positions des djihadistes dans les trois régions occupées. À cet effet, les populations du Mali ont eu un ouf de soulagement. Il y a eu en effet l’unité nationale autour de cette intervention militaire dans notre pays. Mieux, dès le samedi, deuxième jour de l’intervention, des gens circulaient librement dans les rues de Bamako en brandissant le drapeau français. «Vive la France…Vive François Hollande», disaient-ils.

Tout comme ces jeunes, les autorités politiques et militaires ont remercié la France pour avoir sauvé notre pays d’une catastrophe. Les populations bamakoises ont salué, à sa juste valeur, l’opération de la France. Car, suite à l’intervention des forces françaises, le peuple malien s’est enfin rendu compte que son Armée est moins équipée par rapport aux envahisseurs. Et qu’il fallait ce soutien indéfectible des Français. Tout comme à Bamako, de Kayes à Mopti en passant par Koulikoro, Sikasso et Ségou, l’unanimité a été faite sur la nécessité de l’arrivée des forces françaises dans notre pays. Aucune voix ne s’est levée contre. D’ailleurs, le bombardement des forces françaises a encore rehaussé la cote de popularité du président François Hollande dans ces régions.

À Gao et à Tombouctou, les populations hurlaient le nom de la France et de son président pour sa décision salutaire. Selon nos sources jointes au téléphone, dans ces localités, les jeunes manifestent leur soulagement en écoutant de la musique et en fumant dans les rues, comme pour rendre grâce à la France de François Hollande.

À l’aube des bombardements de Kidal, le dimanche dernier, certaines populations manifestaient leur inquiétude. Mais, cela a été de courte durée, même si ce n’était pas apprécié par toute la population. Car, il faut reconnaître que cette localité (Konna) est la base arrière des envahisseurs. En réalité, l’intervention française aux côtés de l’Armée malienne a fait l’unanimité totale dans les grandes villes du Mali.

Oumou DIAKITE     

 
SOURCE:  du   15 jan 2013.    

Une Réaction à » Intervention française au Mali : La grande joie dans les villes du pays

  1. MALaCOM X

    LE NEGRE DANSE ET CHANTE!! VIVE LA FRANCE!!…

    « D’un point de vue militaire, je pense que le MNLA n’existe plus ».

    Mr Tieman Coulibaly, a tout résumé. CETTE PHRASE, PETITE QU’ELLE NE SOIT EST LE CONCENTRÉ DE L’AVENIR DU MALI. SON DÉCRYPTAGE EST LE SUIVANT:
    1- LE DEAL DIPLOMATIQUE EST DÉJA FAIT: C’EST LA FRANCAFRIQUE QUI A INTRODUIT LE DOSSIER MALIEN Á L’ONU, CAR SEULE LA FRANCE EST A CETTE POSSIBILITÉ (DANS LA TETE DU NEGRE) ET AUCUN AUTRE MEMBRE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L’ONU.

    LE NEGRE DANSE ET CHANTE!! VIVE LA FRANCE!!…

    2- LE MALI ET LA SOUS-RÉGION RESTENT ENCORE POUR ENCORE 100-200 ANS DANS LE « MONROE » FRANCAIS.

    LE NEGRE DANSE ET CHANTE!! VIVE LA FRANCE!!…

    3- LA FRANCE RÉCUPERE SON PLAN INITIAL DE CRÉATION D’UN ÉTAT DANS LE
    NORD-MALI ET CELA A ÉTÉ ACCEPTÉ PAR LA DIPLOMATIE MALIENNE:

     » …. « D’un point » de vue « militaire », je « pense » que le MNLA n’existe plus. … »
    L’EXPRESSION EST FORMULÉE DE MANIERE Á CE QU’ELLE PASSE
    INAPERCUE.

    LE MINISTRE CORROMPU DOIT SAVOIR QUE LE MNLA NE PEUT PAS ETRE
    UNE NOTION POLITIQUE AU MALI, INTÉGRAL ET INDIVISIBLE.

    DANS CETTE QUESTION IL NE PEUT Y AVOIR « UN POINT DE VUE », UN « AUTRE POINT DE VUE », UNE FACETTE ET UNE AUTRE, MILITAIRE, POLITIQUE, ÉCONOMIQUE, RÉLIGIEUX, GÉOGRAPHIQUE,.ETC ETC.. .

    LE NEGRE DANSE ET CHANTE!! VIVE LA FRANCE!!…

    4- MR TIÉNAN SOUFFLE DÉLJA LES BASES DU FÉDÉRALISME, DE L’AUTONOMIE TERRITORIALE, NOTIONS SI CHERES Á LA FRANCE.

    LE NEGRE DANSE ET CHANTE!! VIVE LA FRANCE!!…

    LE NEGRE, MEME YANT UNE CERVELLE DE POULE, DEVRAIT SAVOIR QUE CES BANDITS DE « AQMI-MNLA-ANSARDINE-MUJAOT » ONT FAIT DES MILLIERS DE KILOMETRES AVEC LEURS ARMES LOURDES ET SOPHISTIQÉES, SOUS LES YEUX VIGILANTS DE LA FRANCE ET DE L’OTAN, AN TRAVERSANT DES FRONTIERES DE PAYS POUR ARRIVER AU MALI.

    LE NEGRE DANSE ET CHANTE!! VIVE LA FRANCE!!…

    VIVE LA FRANCE, VIVE LE POMPIER PYROMANE, CHANTE ET
    DANSE LE NEGRE!!!