La Journée panafricaine des femmes célébrée hier : “Nous devons prendre à bras le corps le problème de l’éducation pour en faire une éducation de qualité pour les filles” dixit Mme Kéïta Aminata Maïga

0

panafricaineLe Mali, à l’instar des pays africains, a célébré hier 31 juillet la journée panafricaine des femmes. Le thème ” rôle des femmes et des jeunes filles dans l’éducation, les sciences et les nouvelles technologies en vue d’une renaissance africaine ” de cette édition, met au défi de réfléchir de manière critique à la problématique de l’éducation des femmes et des filles ainsi qu’à leur formation à la science. L’événement était placé sous le parrainage de la première dame, Kéita Aminata Maïga.

Le choix du thème “ rôle des femmes et des jeunes filles dans l’éducation, les sciences et les nouvelles technologies en vue d’une renaissance africaine “ de ce 52è anniversaire de l’OPF s’explique par le fait que l’éducation des femmes et des filles reste essentielle pour le développement économique, social et politique de nos Etats. Cependant, les résultats restent mitigés et varient d’un pays à un autre.

 

En effet, selon le rapport sur le contrôle mondial de l’éducation pour tous, plus de la moitié des 74 millions d’adolescents non scolarisés sont des filles. Deux tiers des 800 millions d’adultes dans le monde qui ne peuvent ni lire ni écrire sont des femmes. Ces chiffres, selon la Secrétaire exécutive régionale de l’OPF pour l’Afrique de l’Ouest, Diallo Kama Sakiliba, prouvent à suffisance que très peu de filles arrivent au bout de leurs études au regard de leur environnement social et économique.

 

Pour la ministre de la Promotion de la femme, Sangaré Oumou Bah, le progrès des femmes est un progrès pour tous.

 

Dans notre pays, explique-t-elle, malgré leur nombre (50,4%) et leur présence dans tous les secteurs de l’économie, les Maliennes sont victimes d’une marginalisation résultant de la combinaison de nombreux facteurs. Il s’agit notamment du poids des coutumes et des traditions. C’est pourquoi ce thème est en adéquation avec la politique nationale genre du Mali, dont l’orientation n° 2 est axée sur le développement d’un capital humain apte à affronter les défis du développement socio-économique du pays, de la réduction de la pauvreté, de l’intégration africaine et de la mondialisation.

 

Pour la première dame, Mme Kéita Aminata Maïga, cette célébration est le moment privilégié de rendre hommage aux pionnières. Une occasion également de montrer qu’en dépit des problèmes, il est aisé de constater que certaines femmes ont pu gravir les échelons pour donner l’exemple. Il est temps de retenir que l’éducation de la femme et de la fille est un droit. A cet effet, “ nous devons prendre à bras le corps le problème de l’éducation pour en faire une éducation de qualité pour les filles “ dira t- elle.

 

La journée a été l’occasion pour trois femmes scientifiques de faire des témoignages sur leur parcours. Le défilé des communautés africaines vivant au Mali, la remise des prix aux quatre meilleures filles du DEF et du Bac a été le temps fort de cette célébration.

 

 

Fatoumata Mah Thiam KONE

PARTAGER