Commune de Wassoulou-Balle (YANFOLILA) : La destitution programmée du maire élu

2
Modibo Sidbé et Bocary TRETA
Modibo Sidbé et Bocary TRETA

La destitution très probable du maire des Fare/Anka wuli, investi en décembre dernier dans la Commune de Wassoulou Ballé, fait polémique. Elle fait suite à une décision de justice tardive du Tribunal administrative concernant un cas  d’irrégularité aux communales du 20 novembre 2016.  Les deux  députés du cercle de Yanfolila, Mamédi Sidibé (RPM) et Yaya Sangaré  (Adéma/PASJ), seraient derrière cette décision de justice qui divise Yanfolila. Un nouveau front du refus en gestation.

Le Tribunal administratif à la suite d’une requête de l’Adéma/PASJ contre une certaine Fatoumata Traoré, candidate inscrite sur la liste RPM en même temps assesseur du même parti dans un bureau de vote à Yanfolila, va chambouler les résultats des communales dans la Commune de Wassoulou-Ballé, où le maire Fare/Anka wuli venait d’être intronisé.

La requête introduite par l’Abeille n’arrangeait pas l’Adéma/PASJ, mais plutôt la tête de liste du RPM avec lequel il n’était même pas en alliance. La dame Fatoumata Traoré ferait-elle partie des plans du RPM, en perte de vitesse dans la localité, pour gagner les élections ?

“Le fond du problème, nous explique Modibo Sidibé (un homonyme du chef du parti), membre des Fare à Yanfolila, les deux députés, constatant la chute vertigineuse de leur cote de popularité dans la zone à travers leur échec aux communales du 20 novembre, ont signé une entente pour changer les donnes en leur faveur et garder leur hégémonie sur le cercle et au sein de la majorité présidentielle”.

Les deux députés, en discorde il y a peu, font désormais cause commune, laissant de côté leur différence. Ils  ont tenté de jouer le coup de maître puisque la décision du Tribunal est en leur faveur. Notre source assure que de gros sous ont été mis en jeu pour influencer le juge en charge du dossier.

Les notabilités et la population de Yanfolila, informées de cette cabale contre un digne fils de la localité, ont pris position en faveur du nouveau maire élu, en mettant en garde le préfet contre toute modification de la décision du bureau communal qui avait déjà investi le maire issu du rang politique des Fare/Anka wuli. Déterminés, les deux élus n’abandonnent pas leur projet et voulaient que la décision du Tribunal administratif soit appliquée à leur profit.

Poussée dans son dernier retranchement, la population de Yanfolila a craqué et marché la semaine dernière sur la préfecture avec en tête les cadres des Fare, de l’URD et des jeunes pour signifier au préfet leur désaveu de la décision de justice en faveur du parti au pouvoir.  Comme si cela ne suffisait pas, les chefs de villages se sont réunis après cette marche pour dire à l’unisson non à la décision de justice tardive. Ils ont dénoncé l’attitude des députés cités dans cette affaire.

Le hic, c’est que l’Adéma et le RPM, deux partis de la majorité n’étaient pas sur la même liste. Pourquoi le député de l’Adéma/PASJ s’est laissé entraîner dans ce jeu trouble ? Mystère !

En tout état de cause, Yanfolila est sur les dents si rien n’est fait pour calmer les ardeurs des parties en présence.

O.D.

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Nous sommes vraiment fatigués par des alliances basées sur le partage du gâteau . Député ADEMA-PASJ , député RPM , c’est la même salade. La Mairie est une gestion de proximité. Ces députés qui veulent diviser la population ne cherchent que leurs propres intérêts . Nous sommes en 2017 et non en 1992.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here