Crépuscule des tyrans : la très redoutable CPI

1

La Cour pénale internationale que l’on la chérisse ou que l’on la haïsse joue un rôle profondément tenu dans la retenue de certains de nos tyrans. Elle est de plus en plus crainte, elle est de plus en plus redoutée. Elle est aussi de plus en plus critiquée du fait, selon ses détracteurs, qu’elle ne s’occupe que des faibles. Elle ne pourchasse que les responsables  des pays  faibles. Comme si, dans les grandes  démocraties, de redoutables tyrans s’éternisent au pouvoir. Pour mémoire, le président équato-guinéen a connu 7 présidents américains. Et, il est encore là. Quid de Paul Biya ?

De quoi en est-il ?

La compétence de la CPI est subsidiaire, autrement di,t c’est à défaut ou à la défaillance de la juridiction nationale du mis en cause que la CPI peut intervenir. À supposer que du fait des relations incestueuses IBK-Sanogo, que ce dernier ne soit convenablement jugé, c’est alors la CPI qui s’en chargera.

Beaucoup soutiennent qu’Israël ou du moins certains de ses dirigeants auraient dû se trouver à la CPI. D’Israël, parlons-en un peu. Nul n’a vu, depuis que le monde est monde, les autorités israéliennes massacrer les Israéliens. Les élections sont régulièrement organisées et sans contestation. Un ancien président a passé 5 ans en prison non pour viol mais pour attouchements sexuels.

L’ancien Premier ministre israélien, Ehud Olmert, est en prison pour corruption. Ce qui lui est reproché, est de cinquante fois moindre que les surfacturations liées aux achats des équipements militaires du Mali. S’il se trouve encore des individus qui pensent qu’Israël n’est pas démocratique, donc que par ricochet, sa justice ne leur inspire pas confiance, dommages même Freud ne peut rien.

Pour Georges Bush fils, les anti-CPI disent que cet ancien président américain doit s’y trouver. Georges Bush fils, en voulant venger les USA du 11 septembre, était parti trop loin. Mais que les mécontents saisissent la très indépendante justice américaine. Les USA ne sont pas une République bananière. Les juges sont recrutés très sérieusement et sont foncièrement indépendants.

Beaucoup de personnes pensent que Sarkozy mérite la prison pour son action en Libye. Mais que l’on attaque en justice en France. La justice française attribue gracieusement des avocats à tous les damnés de la terre. Point de cautio judicatum solvi (les étrangers ont accès gratuitement à la justice). Ce n’est  pas en France qu’intenter un procès est chose compliquée.

Israël, les USA, la France ont des juridictions qui fonctionnent. Pourquoi au lieu de se plaindre dans son coin, les bons samaritains, les bien-pensants n’actionnent-ils  pas la machine judiciaire ?

Sur un autre plan

Qui peut sérieusement jurer que sans la menace de la CPI, Blaise Comparé n’aurait pas fait massacrer son peuple et rester président à la date d’aujourd’hui ? Qui peut sérieusement affirmer que sans la menace de la CPI, Yaya Jammeh, l’inculte auto-proclamé professeur, guérisseur de sida,  n’aurait pas engagé sa nation sur la voie de la guerre civile ? Qui peut honnêtement soutenir que le Malien  Al faqi, démolisseur de monuments historiques, serait traîné devant la justice sans la CPI ? IBK et son régime ont osé libérer des criminels assassins plus dangereux qu’Al faqi sans procès ?  Où était la bien-pensante exultée, exaltée et agitée ? Mais de grâce.

Laurent Gbagbo a organisé des élections. Il a été battu. Un minimum de décence aurait voulu qu’il s’en aille. Il n’a pas voulu, il est dans son humiliation. Qui peut soutenir que les femmes violées et tuées au Zaïre allaient connaître la justice sans la CPI ? En Guinée-Conakry tout près, les femmes manifestant pacifiquement dans un stade ont été violées et tuées. À la date d’aujourd’hui, y a-t-il eu justice ? Où sont les patriotes éveillés et réveillés remparts du néo-colonialisme ?

On nous parle de juger les Africains en Afrique comme Hussein Habré. Mais de quoi parle-t-on ? Juger 30 ans après les faits et sur financement de ceux-là que l’on appelle les impérialistes. Bon Dieu, Bon Sang !

Il y a un courant de pensée occidental, suprématiste qui veut faire fermer la CPI. Le  discours  de cette école est  simple : Ils  sont entre eux,  qu’ils  se massacrent, laissons-les faire. Nous vous épargnons la suite de leur logique dont il suffit juste de lire Robert  Malthus pour comprendre.

Ce discours, nous ne le partagerons jamais, car les enfants et les femmes ne sont en rien responsables de ce qui leur arrive. La femme en travail qui meurt sur une charrette en voulant rejoindre un dispensaire n’est pas fautive dans la surfacturation d’IBK, pour faire un parallélisme terre-à-terre. Il y a plus de 400 ans, un grand a écrit : «Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux»

Disons à Mody Ndiaye de l’URD que contrairement à ce qu’il souhaite contre sa faim future, oui à une centrale d’achat pour minimiser les fraudes dans nos ministères. Commençons par demander à IBK de déclarer publiquement ses biens. Demandons à l’ami des riches, le nouveau riche Soumaïla Cissé, de demander à IBK la déclaration publique de ses biens.

Se laisser voler, c’est cela le début de la tyrannie, n’en déplaise à Aminata Dramane Traoré et compagnie. La tyrannie a mille et une facettes. «Mal  nommer les  choses, c’est ajouter au malheur du monde». Que voulez-vous ?

Boubacar SOW

                                                                                                                 boubacarsow@hotmail.fr

PARTAGER

1 commentaire

  1. Laurent Gbagbo n’a pas perdu les elections comme tu veux bien le faire croire. La politque c’est le jeu des textes, et les textes en vigueurs en Cote D’Ivoire ne font mention des Etat-Unis ou La France pour la proclamation des resultats.
    D’ailleurs d’apres ces meme textes la proclamation des resultats devrait se faire dans les locaux de la commission electorale et non dans un hotel. Ce geste aurait invalidé les elections ici aux Etat-Unis.
    La cour Constitutionelle est l’instance de recours selon les textes Invoriens et non la resolution des Nations-Unies.
    Et comme l’Empereur Romain Tiberius Cesar une fois observait: “The Law is concerned with what’s done and not what will be done. What will be done is unknown.”
    Donc on peut affirmer sur la base de ce dicton que personne ne sait ce que ferait Yaya Jammeh, ni Blaise Compaore. La justice ne s’emballe pas de la speculation. Vous pouvez admirer les pay occidentaux, cela va de votre droit., mais sacher que la souverainété ne s’accommode pas d’ingerence.
    On devrait laisser à L’Afrique le droit d’explorer d’autres chemins sans pression aucune. L’occident a fait pire en matiere de carnage humanin et cela pendant 1000 ans jusqu’à ce que leur propre conscience collective s’éveille.
    Alors de grace, laissez le temps aux Africains de regler leur propre problemes.

    Si tu savais lire, tu saurais que la fondation de la democracie, c’ est la loi qui est aussi promulguée dans Le Koran.

    LHomme Faust
    Boston, MA. USA

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here