La réforme du secteur de la justice au Mali : Vers le renouveau de la justice malienne

1
Pouvoir judiciaire au Mali : Indépendance, dives-vous ?

Comme s’il s’agissait de rĂ©pondre Ă  l’une des prĂ©occupations exprimĂ©espar le parquet gĂ©nĂ©ral prĂšs la cour d’Appel de Bamako, Daniel TĂ©ssouguĂ©, une table ronde organisĂ©e par la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) en partenariat avec la fondation Friedrich Ebert, sous la prĂ©sidence du ministre de la Justice, Garde des Sceaux et des Droits de l’Homme, Mme Aminata MallĂ©. La dite rencontre avait pour thĂšme: la rĂ©forme du secteur de la justice malienne avec les dĂ©fis et perspectives, a eu lieu Ă  Bamako.

En effet, cette Ă©niĂšme rencontre serait-elle la meilleure dĂ©marche afin de promouvoir un renouveau de la justice malienne ? L’un des trois maillons incontournable pour le dĂ©veloppement d’une nation à tout point de vue, le secteur de la justice en rapport avec les besoins de l’heure doit s’amĂ©liorer voire se racheter en terme de crĂ©dibilitĂ© aux yeux du citoyen lambda. La solution semble ĂȘtre trouvĂ©e Ă  travers l’initiative de cette table ronde Ă  l’intention des diffĂ©rents acteurs intervenant dans le domaine de la justice par la commission nationale des droits de l’homme (CNDH).

La prĂ©sidente de la commission dans sa note dira que l’objectif de la table ronde est de rĂ©flĂ©chir sur le fonctionnement de la justice, les dĂ©fis auxquels la justice est confrontĂ©e afin de faire une contribution dans le sens de la rĂ©forme de la justice entamĂ©e par les autoritĂ©s. ‘’Nous savons aussi que la rĂ©forme de la commission nationale des droits de l’homme fait partie aussi de la rĂ©forme de la justice parce que depuis 1989, le Mali est en train de chercher Ă  crĂ©er une institution nationale de droit de l’homme crĂ©dible avec le statut, mais sans succĂšs’’, a-t-elle soulignĂ©. ‘’Donc nous allons pousser ce processus-là’’. Au terme de cette table ronde un rapport de conclusion sera adressĂ© au ministre de la justice. ‘’La justice demeure la responsabilitĂ© premiĂšre de l’Etat mĂȘme si elle est malheureusement en panne de crĂ©dibilitĂ© aux yeux du citoyen lambda’’ a-t-elle reconnue. En prĂ©sidant cette table ronde, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux et des Droits de l’Homme, Mme Aminata MallĂ© disait que les thĂ©matiques inscrites Ă  l’ordre du jour de cette table ronde sont riches et variĂ©es. Elles portent notamment sur les meilleures rĂ©ponses Ă  la demande citoyenne d’équitĂ© et les nouveaux enjeux liĂ©s au narcotrafic, au terrorisme et au blanchiment des capitaux. Elles concernent Ă©galement les moyens Ă  mettre en Ɠuvre afin de rendre effectifs le contrĂŽle interne des juridictions et des services, l’application des mesures disciplinaires ainsi que le dĂ©sengorgement des juridictions et des maisons d’arrĂȘt, a-t-elle prĂ©cisĂ©.

Dans le cadre des orientations fixĂ©es par les plus hautes autoritĂ©s, en concertation avec les acteurs de la justice, le dĂ©partement est Ă  pied d’Ɠuvre pour reformer profondĂ©ment le secteur de la justice.
C’est dans cette optique que s’inscrit le lancement du projet d’appui à la justice au Mali (PAJM). Le programme d’urgence pour le renforcement du systùme judiciaire et la mise en Ɠuvre de l’Accord issu du processus d’Alger est en cour d’adoption par le gouvernement.
Ces projets de rĂ©forme viennent s’ajouter Ă  ceux dĂ©jĂ  exĂ©cutĂ©s et qui selon elle, ont permis d’amĂ©liorer les conditions de travail des services judiciaires et l’accĂšs Ă  la justice. Il permettra de renforcer les acquis et de poser des jalons supplĂ©mentaires afin de rendre la justice malienne encore plus performante et davantage respectueuse des droits de l’homme.

Traoré Mah Bellem

PARTAGER

1 commentaire

  1. Honte à vous . Servir les riches , démunir les pauvres , racketter en se servant de la loi telle est votre devise.
    LE CITOYEN MALIEN N’A PAS DROIT À LA JUSTICE , PARCE QUE VOUS ETES CORROMPUS .
    👿

Comments are closed.