Processus de la justice transitionnelle : L’Assoprofen à pied d’œuvre à Mopti pour la participation des victimes

Pour le retour de la paix et du vivre ensemble harmonieux dans la région de Mopti, l’Association pour la promotion de la femme et de l’enfant (Assoprofen), en partenariat avec l’ONG Osiwa, va lancer un projet dénommé : participation des victimes et rôle des organisations à la base communautaires (OCB) dans le processus de justice transitionnelle dans la région de Mopti. Les autorités et les OCB de la région ont pris connaissance du projet.

 

La dynamique de la réconciliation gagne du terrain depuis la signature de l’accord de paix issues de processus d’Alger. Nous assistons à chaque instant des actes des différents partenaires pour aller à la paix.

Or, les outils dont dispose actuellement la justice classique ne permettent pas de donner que des réponses insusceptibles d’appréhender la totalité du problème. Devant l’insuffisance de cette dernière, l’exploration de la nouvelle piste de la justice transitionnelle s’impose.

C’est dans ce cadre que l’Assoprofen en partenariat avec l’ONG Osiwa veut lancer dans la région de Mopti, un projet dénommé : participation des victimes et rôle des organisation à la base communautaires dans le processus de justice transitionnelle dans la région de Mopti”. Selon le coordonnateur de l’Association, Noumoussa Saganoko, ce projet a pour objectif général de contribuer au retour de la paix et au vivre ensemble harmonieux dans les cercles de la région de Mopti.

“Spécifiquement, il ambitionne de renforcer la capacité des femmes et jeunes membre des associations à base communautaire sur le processus de justice transitionnelle, de renforcer la capacité des leaders religieux et communautaires des localités de Konna, Douentza, Hombori, Ténenkou et Youwarou sur le processus de justice transitionnelle et de tenir cinq forums intercommunautaires sur la justice transitionnelle avec la participation des personnes membres des associations de femmes, des jeunes, des leaders religieux, et des leaders communautaires des localités de Konna et Douentza”.

En prélude des activités du projet, l’Assoprofen est allée à la rencontre des autorités de la région, du cercle, les membres des associations à base communautaire, les élus communaux, les services techniques, les chefs de quartiers les leaders religieux, et communautaires pour les informer sur le projet.

Cette activité, selon Noumoussa Saganoko, avait pour objectif de mettre au même niveau d’informations le groupe cible, les bénéficiaires, les autorités locales, les chefs de quartiers sur le projet, ces objectifs, les activités, les résultats attendus, les groupes cibles, les bénéficiaires, etc.

“Elles permettent une adhésion des autorités locales et de toute la population aux projets”, a affirmé le coordonnateur de l’Assoprofen.

Maliki Diallo 

 

PARTAGER