Comme une surpopulation Ă  Sikasso

Le procès de Sikasso a fait converger de nombreuses personnes sur la ville de Sikasso, la seconde en densité de population.

4
Comme une surpopulation Ă  Sikasso

Le procès de Sikasso a fait converger de nombreuses personnes sur la ville de Sikasso, la seconde en densité de population. Au nombre de ces populations de passage dans cette ville, des thuriféraires, grands curieux de la justice et des procès, déterminés à suivre les procès importants partout où ils se déroulent sur le territoire national.

Ils ont Ă©tĂ© pour quelques-uns lĂ  dĂ©jĂ , quand il s’est agi de faire passer Ă  la barre la bande des quatre, mise en cause en mille neuf cent soixante dix-huit pour atteinte Ă  la sĂ»retĂ© de l’Etat, passĂ©e en cour d’assises et tous condamnĂ©s et dĂ©portĂ©s dans le grand nord.

Ils ont Ă©tĂ© plus nombreux dĂ©jĂ  et encore prĂ©sents aujourd’hui dans cette ville de Sikasso et hier encore au palais de la culture et au centre international de confĂ©rence de Bamako, pour prendre part au procès d’assises ayant jugĂ© le GĂ©nĂ©ral Moussa TraorĂ© et les membres de son gouvernement et du parti unique. Ces occasions de procès sont aussi des moments de grande tension et de vigilance pour assurer un calme et une sĂ©rĂ©nitĂ©, nĂ©cessaires Ă  la bonne tenue de ces assises.

Au regard du dispositif sĂ©curitaire dĂ©ployĂ© dans la ville de Sikasso, autour et dans la salle d’audience, il y a lieu de s’inquiĂ©ter en tant que profane. En premier, la prĂ©sence de porteurs d’uniforme en nombre anormal, dans la salle d’audience et autour comme “simples spectateurs” alors qu’ils devraient ĂŞtre en service dans les camps, dĂ©sertĂ©s. Qui plus est, il s’agit de militaires qui manifestent leur sympathie Ă  l’endroit de certains accusĂ©s et de la façon la plus manifeste et la plus bruyante dans la salle.

Ensuite, la prĂ©sence des forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ© ne se fait pas du tout sentir dans la ville de Sikasso, Ă  l’entrĂ©e comme Ă  la sortie, comme si un Ă©vĂ©nement important ne s’y dĂ©roulerait pas. Or, trois gĂ©nĂ©raux et des officiers et sous-officiers y sont accusĂ©s et en jugement.

Habituellement, la ville devrait ĂŞtre quadrillĂ©e par des blindĂ©s ne serait-ce que pour dissuader toutes vellĂ©itĂ©s. La grande affluence de gens venant de tous horizons Ă  Sikasso, avec l’alibi qu’un procès s’y dĂ©roule, est une source de grande vigilance pour les forces de dĂ©fense et de SĂ©curitĂ© de la ville, de la rĂ©gion mais aussi du pays.

En dĂ©finitive, ce procès est un dĂ©fi pour la justice malienne, mais Ă©galement pour la sĂ©curitĂ© et les capacitĂ©s d’adaptation et de riposte Ă©ventuelle de nos policiers, gendarmes, de nos gardes et mĂŞme de nos soldats.

K.T Envoyé spécial

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here