LA PANAFRICAINE DES FEMMES: Après 44 ans de combat, la lutte continue, aux côtés des hommes, mais pas contre eux

0
Le lundi 31 juillet prochain, à l’instar de leurs soeurs d’Afrique, les femmes du Mali fêteront le 44ème anniversaire de l’Organisation Panafricaine de la Femme (OPF).
L’OPF, faut-il le rappeler, a hérité de la CFA (Conférence des Femmes Africaines, créée en 1962 à Dar-Es-Salam en Tanzanie. Un mouvement créé pendant que l’Afrique se réveillerait difficilement des débris de la colonisation. L’objectif était d’oeuvrer à la participation responsable et effective des femmes d’Afrique au développement socio-économique et culturel de leur continent. L’idée de regrouper des femmes africaines est partie du congrès de la Fédération Démocratique Internationale des Femmes (FDIF) tenu en Autriche en mai 1958. C’était la seule façon pour elles de se faire entendre dans les rencontres internationales afin de pouvoir défendre les causes du continent ainsi que les leurs propres.
Ainsi, ce mouvement a permis aux femmes de prendre conscience de leurs droits à tous les niveaux, dont entre autres les prises de décisions politique, économie et socio-culturel au plan national et international.
Il a pour objectif également de permettre aux femmes aussi bien au plan national qu’international, de suivre et d’appuyer toutes les actions en faveur de l’élimination des violations des droits de l’homme.
L’OPF à Bamako : L’Etat malien assure le fonctionnement :
En bonnes soldates de la lutte pour l’unité africaine, nos braves mères ont toujours fait sienne, la lutte pour l’instauration de la paix, la promotion de l’amitié et de la coopération entre Etats, le soutien des pays des mouvements qui luttent pour la libération totale de leur pays pour une véritable intégration africaine.
Le Mali a pris les commandes du Secrétariat sous-régionale pour l’Afrique de l’Ouest suite aux assises de Hararé en juillet 1997 (8ème Congrès de l’OPF). Cette organisation sous-régionale, dirigée par Mme Alwatta Inchata Sahi, l’une des actrices de la lutte pour l’avènement de la démocratie au Mali regroupe 16 pays à savoir : le Bénin, le Burkina Faso, le Cap Vert, le Ghana, la Guinée Conakry, la Guinée Bissau, La RCI, la Mauritanie, la Gambie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, le Libéria, le Togo, la Sierra Léone et le Mali. Cette place du Mali au sein de l’Organisation n’est pas fortuite. En effet, le Mali est l’un des membres fondateurs de l’OPF. Notre pays est d’ailleurs celui qui a abrité le premier siège de l’Organisation de 1962 à 1968, dirigé par Jeanne Martin Cissé de la Guinée (Secrétaire générale) et Virginie Diallo Camara du Sénégal (trésorière). L’émissaire désignée à l’époque par les femmes pour sensibiliser les chefs d’Etats d’Afrique afin qu’ils adhèrent à la création de l’Organisation fut notre compatriote Awa Keïta, première femme député du Mali; une pionnière de la lutte pour l’émancipation de la femme africaine. La session préparatoire s’est tenue à Bamako en juin 1962 où le lieu du premier congrès a été fixé en Tanzanie, ex Tanganyika.
Rappelons que c’est en 1974 que, sur proposition des femmes du Mali, que l’Organisation a pris le nom de l’OPF.
Elle fonctionne présentement avec les cotisations des pays membres, fixées à 1500 dollars US, les dons et legs, les recettes des activités de l’OPF.
Dans le cadre de son engagement pour la promotion de la Femme en général et celle du Mali en particulier, le Gouvernement Malien a signé en septembre 1999 un accord avec le Secrétariat portant sur le fonctionnement du siège et autres avantages que la République du Mali accorde à l’OPF. En plus, l’Etat malien prend en charge le fonctionnement du Secrétariat.
 
Comment est dirigé l’OPF ?
L’OPF fonctionnent à travers différents organes qui sont le Congrès, le Conseil, le Secrétariat permanent et les Secrétariats régionaux.
Le Congrès, constitué des représentants des pays membres, est l’organe suprême qui se réunit tous les cinq ans. Quant au Conseil, instance entre deux congrès, il se compose de deux représentants par pays, de la secrétaire générale, d’une déléguée par pays. Il veille à l’exécution des décisions prises par le congrès et examine les rapports d’activités et financiers.
Le Secrétariat permanent, dirigé actuellement par le Sénégal, a pour siège celui de l’Organisation (Luanda, Angola). Elle est animée par une Secrétaire générale et son adjointe, 5 Secrétaires régionales qui ont pour rôle, entre autres, l’exécution des décisions et recommandations du Congrès, la collecte et la diffusion des informations sur les activités de l’Organisation.
Il y a cinq (5) Secrétariats régionaux (Afrique du Nord dont le siège est en Egypte ; Afrique centrale dont le siège est au Cameroun ; Afrique australe dont le siège est en Afrique du Sud ; Afrique orientale dont le siège est en Tanzanie et Afrique occidentale dont le siège est à Bamako/Mali. Chacun est dirigé par une Secrétaire

Maïmouna Danioko

Commentaires via Facebook :

PARTAGER