Le Crem : « Pour une sortie de crise, nous ne sommes liés à aucun suffrage »

0

Susciter un nouvel élan patriotique au Mali, promouvoir des initiatives citoyennes, lutter contre la mauvaise gouvernance, anticiper les problèmes, tels sont entre autres la vision du Cercle de Réflexion d’échange Mali Den Kura (CREM). Les membres de cette  nouvelle association ont  procédé au lancement de leurs activités, le samedi 15 septembre 2012 à l’hôtel Salam.

C’est dans une salle archi comble devant  de nombreux invités d’amis et de parents –  le président de la société civile,  Bréhima Alaye Touré, le président des communicateurs traditionnels Ousmane Soumano –  que l’association CREM (cercle de Réflexion et d’échange, Mali Den Kura)  a lancé ses activités. Dans son discours d’ouverture, le président de l’association Issaka Tembely dira que leur association se veut désormais  un observateur averti devant les institutions du pays. Les membres de l’association sont intervenus tour à tour  pour expliquer   le contexte et le  pourquoi de la création du CREM. En effet, selon les différents intervenants, c’est suite aux  attaques du 17 janvier par les groupes armés du MNLA, d’Ançardine, du Mujao et d’Aqmi avec leurs corollaires de morts de blessés, l’occupation de toutes les localités du Nord, l’afflux massif de milliers de refugiés dans les pays voisins , la destruction des biens publics et privés, la passivité des autorités  à gérer la crise, le putsch intervenu dans la nuit du 22 mars, la désorganisation de l’armée et la  confusion qui régnait à la tête de l’Etat que les membres du CREM ont compris que le temps est venu pour une implication citoyenne, une contribution aux débats sur toutes les grandes questions nationales. Selon les dirigeants de l’association, la situation du Mali ne doit laisser personne indifférent. Le pays  est coupé en deux, les populations sont soumises aux atrocités des occupants et leurs exactions, la démocratie est menacée.

Devant cette situation inédite, aucun patriote ne peut  et ne doit rester les bras croisés. L’association se veut donc un regroupement d’hommes, de femmes et de jeunes de tous bords sans distinction de race ni de religion, soucieux du devenir du pays. L’objectif de ce cercle de réflexion étant  de mettre un cadre de concertation permanent en vue de faire des propositions pertinentes sur les grandes questions de la Nation. L’association  entend mettre en place des structures d’encadrement des forces vives en favorisant l’implication effective de la nouvelle génération dans les questions d’importance de la nation et préparer le passage générationnel du pouvoir, informer et sensibiliser les Maliens sur les meilleures pratiques de la démocratie et sur une autre façon de faire la politique. L’association se veut une force de propositions et d’actions et s’est engagée  à n’être liée à aucun suffrage pour une sortie de crise.

  Fakara FAINKE.

PARTAGER