Le jeune imam D’Abobo Cheick Tidiane Diabaté : « Le prophète recommande la stabilité et non la charia que les terroristes voulaient imposer au Mali »

7

En visite au Mali pour une semaine sur invitation d’Africable pour des prêches à l’intention des musulmans,  l’imam de la grande mosquée d’Abobo à Abidjan, Cheick Tidiane Diabaté, a bien voulu nous accorder une interview dans laquelle, il nous parle de l’islam, de ses publications et de cette guerre imposée au Mali. Il estime que lorsqu’une femme est à moitié nue, automatiquement, on a une idée négative d’elle. Il déplore le fait qu’on n’arrive toujours pas à faire la différence entre une modernisation dans la pensée et une modernisation  dans la façon de vivre.

Imam Cheick Tidiane Diabate xL’indépendant : Qui est l’imam d’Abobo, qu’est ce qui se cache derrière vous pour que les gens vous courent après?
L‘indépendant Week-end : Qui est l’imam d’Abobo, qu’est ce qui se cache derrière vous pour que les gens vous courent après?
Imam Cheick Tidiane Diabaté: Alhamdoulilaye, je suis l’imam Cheick Tidiane Diabaté, imam et guide spirituel de la voix ésotérique de la Tidianiya, résidant en Côte d’Ivoire, précisément à Abidjan. J’ai commencé mes études avec mon père qui était lui aussi un imam, un guide spirituel. J’ai ensuite continué dans des écoles coraniques à Abidjan avant d’entamer d’autres formations étant très jeune au Mali et au Burkina avec mon grand père qui a été mon initiateur  dans la voix ésotérique de la Tidianiya. Cela ne m’a pas empêché de fréquenter l’école des blancs jusqu’au niveau bac.  Pour ensuite continuer avec  une initiation purement traditionnelle. J’ai 33 ans, marié, polygame, deux épouses  et père de trois garçons.
On constate que vous êtes beaucoup fréquent au Mali, peut-on connaitre les raisons de ces nombreuses visites?
Je dirai que j’ai toujours été fréquent au Mali, c’est un pays que j’aime bien, j’ y’ai mes origines aussi. Mais, c’est grâce à la chaine Africable télévision que mes visites au Mali, n’ont été pas discrètes. Je saisis l’occasion pour saluer mon frère et ami, Habib Kane et mon tuteur, Mohamed Cissé. Sinon, j’ai toujours été fréquent au Mali. Les raisons sont que je viens pour des invitations d’Africable, des conférences et des affaires personnelles.
Vous êtes originaire de quelle localité du Mali?
Mes parents  du côté maternel sont originaires de San dans la quatrième région. Aussi du côté paternel, avant 1960,  tout le monde connaissait ses origines. Avec la colonisation, les gens se sont dispersés et moi, mes aïeux se sont retrouvés en Côte d’Ivoire. On se dit ivoirien mais quand on compte les arrières grand parents, on se rend compte qu’on a des racines maliennes.
En tant que leader religieux, quelle est votre vision sur cette guerre imposée au Mali?
Ma vision est celle de toute personne normale, qui est une vision claire, qui comprend mieux les choses. Ça veut dire tout simplement que cette guerre n’avait pas sa raison d’être, parce qu’elle n’a aucun objectif positif à atteindre. Ce qui se cache sous l’image de l’islam, n’a aucun lien avec la religion. Elle n’a rien à voir avec l’enseignement qu’on a reçu de notre bien aimé  prophète Mohamed (paix et salut sur lui). Elle n’a encore rien à voir avec la Charia qui veut dire la voie à suivre. Pourtant, la voie que le prophète Mohamed et tous les autres envoyés de Dieu ont enseigné, c’est la voie de la stabilité, de la quiétude, de la paix et de la tranquillité. Une charia qui perturbe le repos des uns et des autres, n’a vraiment rien à voir avec la charia islamique. Nous devons revenir à ce qu’à dit Allah Soubahana.
Que direz-vous aux autorités et à la population malienne?
Je leur dirai simplement de faire un retour au Tout Puissant, parce que lorsqu’on s’éloigne de Dieu, on est exposé à pas mal de danger et parmi ces dangers, il y a la guerre, les maladies et toutes sortes de difficultés. La raison est que l’effet du péché nous pèse dessus. Nous devons comprendre qu’un jour viendra où nous devons rendre compte à Dieu et se dire que nous sommes des êtres éphémères et il y a un être suprême qui va nous demander des comptes le jour du jugement dernier. On prie pour le Mali. La Côte d’Ivoire est passée par là, les prières ont beaucoup apaisé la tension. A chaque prière de vendredi à Abidjan, les musulmans prient pour le retour à la normale au Mali, comme le Mali a eu à le faire pour sa République sœur quand elle en avait besoin.
Vous êtes auteur d’œuvres islamiques, de quoi parlez-vous dans ces liens?
Ma passion, c’est l’écriture, la littérature. Grâce à Dieu, j’ai fait un livre intitulé ” Ablution en islam ” et un deuxième qui est fin prêt qu’on appelle ” Ablution, l’azane les prières et leur signification “. Cela parce qu’on constate qu’en islam il y a des pratiques qu’on fait dont on ignore le sens. Le livre parle de ces choses. Un troisième également sortira au même moment que le second. Là, il explique le sens de la Tidianiya selon le Coran et la Sounna pour montrer que ce n’est pas une secte mais la voie d’une icône spirituelle qui permet à l’humain de parfaire sa morale.
Nous sommes dans un monde éveillé, les femmes confondent éveillé mentalement et éveillé physiquement, que pensez-vous de leurs accoutrements d’aujourd’hui?
La femme est considérée en islam comme un diamant, une pierre précieuse. Si on la voit éparpillée partout dans les rues, c’est qu’elle n’a pas couté 5 F. C’est parce que c’est difficile de l’obtenir, qu’elle devient encore plus précieuse. Ce qui fait que la femme en islam est considérée comme un diamant. Si une femme se couvre, qu’elle se donne de la valeur, qu’elle s’habille décemment, en la voyant déjà, elle nous inspire respect et considération. Mais lorsqu’elle est à moitié nue, automatiquement, on a une idée négative d’elle. C’est la tradition qui demande à la femme de se faire respecter et de suivre certaines règles. Mais aujourd’hui, on n’arrive pas vraiment à faire la différence entre modernisation dans la pensée et modernisation  dans la façon de vivre. Je veux dire que nous ne sommes pas obligés d’être des snobs, faire tout ce que les blancs font. On a notre culture qui nous empêche de faire certaines choses. Cette culture étant liée aux enseignements de Dieu, ça fait que l’homme devient une personne respectable, respectée,  une personne spirituellement accomplie.
Vous êtes un jeune imam, quel est votre secret, de pouvoir rester vous-mêmes avec toutes ces tentations qui nous entourent ?
Je peux dire tout simplement que le fait de devenir imam jeune, si j’ai un secret c’est la miséricorde de Dieu. C’est une grâce d’Allah qui ne veut pas dire que j’ai des connaissances que les autres n’ont pas. Simplement, Allah m’a fait une grâce et son choix s’est porté sur mon humble  personne, raison pour laquelle, j’exerce ce métier qui est une mission à accomplir  et qui n’est pas du tout facile pour un jeune de mon âge.
Vous êtes très sollicité par les femmes au Mali et en Côte d’Ivoire, peut-on savoir les raisons, est -ce pour des pouvoirs mystiques?
Être sollicité par les femmes, là, c’est vous qui le dites. Si c’est vrai, je dirais que c’est aussi une grâce mais en même temps, une lourde responsabilité, parce que ce n’est pas le jeune  Cheick Tidiane que les femmes  apprécient mais c’est son travail qu’elles apprécient. Ça veut dire tout simplement que ces femmes aiment Dieu à travers Cheick Tidiane. Si par exemple, je passe à la télé pour dire que je ne suis plus imam, mais que je veux être un footballeur, ou un chanteur ce n’est pas évident que ces mêmes personnes continuent d’aimer la personne de Cheick Tidiane. Donc, il faut savoir faire la part des choses. Là aussi, je comprend que cet amour d’Allah Soubanahatallah est fait pour  pour me soumettre à l’épreuve.  C’est-à-dire si j’utilise cet amour que ces femmes portent sur moi pour faire autre chose que ce que Dieu me recommande. Que Dieu nous en préserve.
En tant qu’imam, avez-vous des moments libres, si oui, que faites-vous de ces temps libres, prières, lecture ou zikr ?
Un temps libre, peut-être oui, mais pas trop. On  passe plus de temps avec les fidèles et des gens qui ont besoin de nous pour des problèmes personnels. Un imam, c’est celui qui écoute les autres et essaye de les aider avec des prières. Le temps libre qu’on peut avoir on le consacre aux prières et aux lectures coraniques. Le peu de temps qu’on peut avoir  est consacré à la famille, car un imam, c’est aussi, un bon père de famille.
Quel est votre plat préféré
(Rire) mon plat préféré c’est la vermicelle.
Entretien réalisé par   F. Mah Thiam KONE

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. la modestie de l’homme fait que certaine se permettent de dire des parole déplacées envers lui

  2. chers frère en islam, chercher à connaitre l’imam que vous critiquez avant de parler sur lui, s’il vous plait, allez y en cote d’ivoire pour le découvrir, c’est le guide spirituel de plus de 4000 disciples tidjanites , un théologien islamique, que vous traitez de bourgeois qui aime les vermicelles,…………. que Dieu vous pardonne.

  3. Imam vous avez dit? Ces gens-là font fonction d’idéologues de la bourgeoisie des mosquées. Bamako en comptent 700 et c’est dire que l’islam conservateur et rétrograde y a de l’avenir.
    Cet imam est un bourgeois qui aime les vermicelles (clin d’oeil et invitation à toutes les bamakoises à moitié découverte avant le tout) comme moi je suis un travailleur prolétaire animiste qui aime le Tô, le dolo, l’akèkè et le tiéboudjen! C’est une histoire de classe sociale.

Comments are closed.