Le Mali renoue avec les dérives : Un ancien député écroué par abus de pouvoir

0
Sidi Diarra, ex député
Sidi Diarra, ex député

Son arrestation, selon une source proche du dossier, se fonde sur une montagne de faits dont aucun ne comporte la matérialité de la principale infraction retenue par le Tribunal de la Commune VI.

 

En effet, Sidi Ahmed Diarra a eu le tort, explique-t-on, d’avoir accueilli dans son pays des partenaires envers qui il avait pris l’engagement d’établir des liens avec les autorités maliennes compétentes, dans le cadre d’un investissement dans l’exploitation de marbre. Il s’agit d’un Omanais et de ses deux compagnons malaisiens que l’ancien député, selon ses proches, a connu lors d’un séjour à Dubaï, par le truchement d’un commun ami ivoirien. Alerté sur leur arrivée au Mali à la date du 23 Mars dernier, l’ancien député de Mopti, qui se trouvait à Dakar, a débarqué toutes affaires cessantes à Bamako pour accueillir ses hôtes. Les deux Malaisiens élisent ainsi domicile dans un hôtel de la place, tandis que l’Omanais a pris ses quartiers dans une maison flambant neuve de M. Diarra sise à Faladié. Mais à peine atterris que leurs ennuis devaient commencer par une présence intrigante et importune de barbouzes qui rodaient autour des étrangers, sans même dissimuler qu’ils étaient à leurs trousses. La meute finira par se démasquer lorsque Massoud Al Harty, l’Omanais, a reçu la visite inattendue d’agents en mission de le conduire manu-militari à la Direction Générale de la Sécurité d’Etat.

 

C’est là, nous a-t-on rapporté, qu’un agent répondant au nom de N’Diaye, en pleine conversation, s’est soudain écrié en frappant du poing sur la table : «Je ne suis pas d’accord, c’est une affaire d’argent!». C’était l’élément déclencheur d’une affaire digne d’un film-fiction.

 

Comme pour entretenir la confusion autour des présomptions, la mise à table très corsée d’Al Harty n’a été déclenchée que 24 heures après le départ de ses compagnons malaisiens, quoique les limiers de la DGSE leur attribuent des dénonciations accablantes afférentes à des billets de banque contre-façonnés. Son interpellation s’est en revanche déroulée en présence de l’hôte malien, Sidi Ahmed Diarra qui s’est démené comme un beau diable pour extraire son hôte de la toute-puissante Sécurité d’Etat malien. Faute de réussir l’élargissement du malheureux étranger, il a pu laborieusement obtenir qu’il soit gardé en dehors des cachots infrahumains où il avait passé une nuit très éprouvante.

 

A ce moment-là, l’ancien député ne se doutait un seul instant qu’il était aussi dans le colimateur des barbouzes. Il finit par se rendre à l’évidence dès le lendemain avec la descente musclée, à son domicile, d’agents chargés de le conduire par le même chemin de croix que son hôte Omanais. Pour une séquestration plus brève et beaucoup moins pénible que celle de son prédécesseur car Sidi Ahmed Diarra sera aussitôt transféré au Camp I de la gendarmerie où il a été signifié qu’il ne s’agit que d’une banale affaire. Promesse lui a été faite, par conséquent,  d’être rapidement élargi contre la signature d’un document pour les besoins de simples formalités liées à la procédure.

 

Ledit document – il est loisible de le comprendre – tenait lieu de procès-verbal d’audition auquel l’illustre détenu, de tracasseries las – et soucieux d’entretenir la discrétion autour de la gênante affaire -,  a apposé son approbation sans en appréhender la réelle teneur. Il se trouve, selon nos confidences, qu’il recèle des aveux si accablants que l’intéressé ne les aurait jamais approuvés s’il savait déchiffrer la langue française. Les enquêteurs de la gendarmerie du Camp I auraient-ils sacrifié à la sale besogne de profiter de l’analphabétisme d’un détenu pour lui faire signer son arrêt de potence et de disgrâce ? La peccadille aurait pu passer pour le talon d’Achille des avocats de M. Diarra s’il existait un autre indice matériel en soutien des présomptions contenues dans l’acte d’inculpation dressé contre le prévenu.

 

En l’absence de tout plaignant dans le dossier, l’accusation ne repose apparemment que sur les seules prétendues dénonciations de Malaisiens désormais hors du Mali et qu’on ne peut par conséquent confronter à l’accusé.

 

L’Omanais, quant à lui, a catégoriquement refusé, à en croire nos sources, de donner du crédit au chef d’accusation par la reconnaissance d’un quelconque préjudice subi de la part Sidi Diarra qu’il ne connait qu’à travers leur ami commun, l’Ivoirien Amara Keïta.

 

Malgré les intimidations et pressions, M. Masoud Al Harty est resté de marbre sur sa position et a préféré être cloué au sol malien que de verser dans les dénonciations calomnieuses contre l’ancien député. En acceptant de le libérer après une pénible brimade, la direction des renseignements spéciaux de la Sécurité d’Etat a pris soin de lui  retirer son passeport l’obligeant à prolonger son séjour sans la moindre charge contre sa personne.

 

Naguère envié comme repère des libertés et d’Etat de droit en Afrique, le Mali est ainsi dévisagé et dénaturé par une descente spectaculaire dans l’abysse d’une dérive autoritariste amorcée depuis le régime exceptionnel des putschistes et qui a visiblement du mal à freiner son envol et  le processus de son ancrage dans les habitudes. En témoignent la fréquence des procédures biaisées ou tirées par les cheveux, des arrestations aux motifs approximatifs ou sur fond de règlements de comptes, etc.

Yattara Ibrahim

 

PARTAGER