Le ministre de la planification visite les chantiers du PURD-RN de Douentza – Cheickna Seydi Ahamadi Diawara s’enquiert des difficultés rencontrées – Les entreprises et le maitre d’œuvre s’engagent à plus de vigilance

1
cheick-seydina
Le ministre de la Planification (D) visitant les travaux de construction et de réhabilitation des bâtiments administratifs de Douentza

Dans le souci de parvenir à une meilleure programmation et un suivi adéquat des travaux de réhabilitation des infrastructures du programme d’urgence pour la relance du développement des régions du nord ( PURD/RN) le ministre de la planification, de l’aménagement du territoire et de la population, Cheickna Seydi Ahamadi Diawara, à la tête d’une forte délégation, composée notamment du directeur national de la planification du développement, Mahamadou Zibo Maïga, a effectué le 9 août dernier une mission de suivi des chantiers à Douentza, dans la région de Mopti. Après la visite, le ministre Diawara a déclaré que cette 1ère phase de visite lui a permis d’avoir un inventaire complet des difficultés de mise en œuvre du programme.

 

En vue du retour de l’Administration dans les régions affectées par la crise , le gouvernement du Mali, à la suite d’un processus d’évaluation des besoins prioritaires en matière de réhabilitation et équipements de l’Administration générale et des services techniques de l’Etat, a élaboré un programme dénommé ” programme d’urgence pour la relance du développement des régions du nord “. Il s’inscrit dans la stratégie de la mise en œuvre des politiques nationales de développement du Mali sur la période 2013-2014. Ce programme est doté d’un budget de 35 milliards de Fcfa. La région de Mopti représente 1 milliard 615 millions de FCFA dont 16% consacrés à Douentza.

 

 

Le programme a pour objectif général le retour de l’Administration à travers la réhabilitation et l’équipement des infrastructures publiques affectées par la crise, de faciliter le retour des populations et des entreprises locales et la relance de l’économie dans les régions concernées. C’est dans ce cadre que le ministre de la planification s’est rendu sur les chantiers de Douentza pour voir de visu les travaux exécutés et ceux en cours d’exécution. Les travaux à exécuter étaient de deux types. Le type 1, consistait à des réparations très légères des portes et des fenêtres défoncées, des couches de peinture, le colmatage des fissures. Les travaux ont été exécutés dans un délai de 40 jours. Ensuite des travaux de type 2 où la structure des bâtiments nécessitait, soit une reconstruction ou une réhabilitation, ont été exécuté dans un délai variant entre 3 et 5 mois.

 

 

A cet effet, Le ministre a visité successivement la préfecture et la résidence du préfet, le service local d’assainissement, le logement du sous-préfet central, le service de l’hydraulique, le Centre des impôts, le chantier de la construction des bureaux et logements de l’Agriculture, le service vétérinaire, le service locale de la production industrielle et animale, la Douane, les bureaux et logements du cantonnement des Eaux et Forêts, les bureaux et logements de l’urbanisme.

 

 

Le DG de l”AGETIER s’engage à la vigilance

Après s’être imprégné des conditions des réalisations physiques, le ministre de la planification n’a pas du tout été tendre avec les structures impliquées dans l’exécution des travaux par rapport aux insuffisances constatées. Il a souligné que cette visite a permis de déceler les difficultés d’avoir des entreprises de qualité pour les évaluations, le suivi de la réalisation des travaux. Elle a aussi permis de connaître les difficultés de l’Administration à se prendre en charge au niveau local et du cercle. Il a instruit à l’AGETIER d’apporter des solutions idoines par rapport à la qualité de certains travaux effectués notamment dans la cour du service d’assainissement, qui, faut-il le noter, ne représentait pas l’image de l’Etat, car elle était inondée par des flaques d’eau jusqu’à ce que les passages étaient barré. Il a également insisté sur le fait qu’il ne faut pas tout attendre du gouvernement.

 

 

Ainsi, il appartient aux bénéficiaires de s’impliquer depuis la conception des infrastructures et de faire en sorte que les cours soient assainis et du coup faire un bon usage des lieux de telle manière reflètent l’image d’un Etat sérieux. Il a aussi instruit au gouverneur de veiller à ce que l’argent dépensé soit utilisé à bon escient et de veiller au bon fonctionnement des travaux. Il a également instruit aux services techniques d’assurer leur rôle en montrant leur technicité par des réalisations physiques concrètes et non par des discours.

 

 

Cheickna Seydi Ahamadi Diawara a souligné que tous les acteurs doivent s’impliquer pour que ce programme à dimension nationale soit conduit à satisfaction afin qu’il ne s’arrête pas à mi-parcours. Il a conclu que la visite a néanmoins permis d’avoir un inventaire complet des difficultés de mise en œuvre du programme.Le directeur général de l’AGETIER qui assure la maîtrise d’ouvrage, Tiècoura Coulibaly s’est s’engagé à être plus vigilant pour faire face aux quelques insuffisances constatées. Il promet de prendre des dispositions pour donner à l’Etat des infrastructures dignes de ce nom.

 

 

Falé COULIBALY ,Envoyé spécial à Douentza

PARTAGER

1 commentaire

  1. URGENT – URGENT – URGENT
    A quand la reconstruction de l'Académie et du lycée de Douentza? De mon point de vu ces infrastructures constituent la priorité des priorités;

Comments are closed.