L’express de Bamako journée de la jeunesse de Sikasso Ibrahima Féfé Koné, parrain

0
L’express de Bamako journée de la jeunesse de Sikasso Ibrahima Féfé Koné, parrain
Ibrahima Féfé Koné

Dans le cadre de la célébration de la journée internationale des jeunes dont le Ministre de la jeunesse et de la construction citoyenne, Me Mamadou Gaoussou Diarra a lancé officiellement à Konna le 12 Août dernier, les jeunes de la région de Sikasso ont choisit le Mercredi 20 Août dernier pour lancer l’étape régionale. En effet, conscient de la grande responsabilité des jeunes dans le processus de développement de notre pays et le rôle important des jeunes dans la région de Sikasso, (deuxième plus grande ville après Bamako) le comité régional du conseil national des jeunes (CNJ) de Sikasso a décidé en parfaite collaboration avec les autorités régionales d’organiser l’étape de Sikasso dans l’emblématique ville de Koutiala. C’est l’un des fils adoptifs de la région, (ancien préfet de Koutiala et ancien gouverneur de Sikasso) qui a été retenu par les jeunes comme parrain de l’évènement, M. Ibrahima Fefe Koné. «

 
Le bien fait n’est jamais perdu », nous enseigne l’adage. Tel semble être le cas de l’ancien gouverneur de Bamako et de Sikasso, M. Ibrahima Fefe Koné. En effet, l’homme s’est donné corps et âme pour soutenir les actions des jeunes et les actions de développement des communautés en s’y impliquant personnellement au-delà de ses fonctions d’administrateur partout où il a servit depuis ses tous débuts à Tombouctou. Mais c’est dans la région de Sikasso, particulièrement à Koutiala que Fefe Koné, comme l’appellent ses sympathisants, a été adopté par les populations notamment les jeunes pendants ses années de services dans cette ville industrielle du Niankala. Et ce n’est pas son départ de Koutiala qui enlèvera quelque chose des sentiments les liant. C’est dans ce cadre que la jeunesse de Sikasso toute entière, malgré plusieurs grandes personnalités influentes et très riches de la région, a retenu M. Ibrahima

 
Fefe Koné pour parrainer cet évènement. C’était donc le 20 Août dernier à Koutiala dans la matinée. Sans réfléchir, le natif de San a donné son accord pour parrainer cette manifestation et s’est déplacé personnellement pour présider la cérémonie à Koutiala en plus d’une contribution financière. A son arrivée dans la ville, Fefe Koné, accompagné de d’une délégation a été accueilli par M. Mamoutou Sangaré, président du « club des amis de Ibrahima Fefe Koné »de Koutiala. Quelques heures seulement, le parrain et sa suite se sont rendus au stade municipal de la ville pour une visite de courtoisie aux différentes délégations venues de l’ensemble des cercles de la région de Sikasso. Là-bas, c’est le tout nouveau président du Conseil National des Jeunes, M. Mohamed Salia Touré qui l’a reçu avec certaines autres personnalités de la région. C’est le lendemain donc aux environs de 10 heures que les festivités ont commencé par les interventions des uns et des autres invités spécialement pour l’occasion. Présidée par la directrice régionale de la jeunesse, Mme Touré Aya Touré qui avait à ses cotés le conseillé juridique du gouverneur de Sikasso, M. Moussa Hameye Maiga, la cérémonie a vu la présence de beaucoup d’autres notabilités de Koutiala et de la région. Après les mots de bienvenue du 1er adjoint au maire de Koutiala, M. Nagasanga Barry, le président régional du CNJ Sikasso, M. Mohamed Bayoko a remercié le parrain pour sa disponibilité et a demandé aux jeunes de prendre l’exemple sur les actes concrets de Fefe Koné pour le développement durable de notre pays, le Mali. Il a aussi adressé un vibrant hommage au président du Conseil National des Jeunes, M. Mohamed Salia Touré pour son déplacement et son accompagnement à l’endroit de la jeunesse de Sikasso. Ce fut alors à la directrice régionale de la jeunesse de Sikasso de livrer son message avant que le conseillé juridique du gouvernorat de Sikasso, représentant le gouverneur de Sikasso, ne s’adresse à l’assistance : « Notre région, à l’instar de la communauté internationale, célèbre chaque année le 12 Août : journée internationale de la jeunesse. Les festivités de la 6e édition délocalisée sont couplées avec le lancement des vacances citoyennes du département de la jeunesse et de la construction citoyenne. L’édition 2014 a une particularité, car traitant du thème :’’ Contribution de la jeunesse à l’œuvre  de la reconstruction Nationale’’. Le choix de ce thème est interpellateur pour la jeunesse qui, après la crise politico-sécuritaire de 2012, se doit de se mobilier pour être présente sur tous les chantiers du développement socio-économique de notre pays dont le tissu social fut tant ébranlé », a précisé, M. Moussa Hameye Maiga. Pour le président du conseil National des jeunes, M. Mohamed Salia Touré, le discours fut tout autre. En effet, sans langue de bois ni des propos de complaisance, il a évoqué des situations qui sont souvent à la base des conflits dans nos villes. « Je suis très content d’être ici avec vous jeunes de Sikasso et je suis très satisfait. Le thème de cette année est très évocateur pour nous, parce qu’il est temps que nous prenons toutes nos responsabilités. N’écoutons plus les politiciens en panne d’idées et qui mettent en avant des discours haineux. N’écoutons plus les politiciens en panne de projets sérieux de sociétés et qui nous parlent des discours de régionalisme. Exigeons des situations claires et non des compromis avec des gens douteux », a-t-il précisé avant de livrer un poème d’une grande maitrise et d’un contenu enrichissant en langue Bambara aux jeunes de Sikasso. Ce fut l’un des bons moments d’écouter le « N’poye » du président Touré en Bambara. Le message était pourtant clair et limpide. « Paix, entente, solidarité et l’union » étaient entre autre des messages véhiculés dans ce joli poème que seul le président du CNJ, Mohamed Salia Touré a le secret.  Pour la dernière intervention, le parrain, M. Ibrahima Fefe Koné a été invité pour son discours. Dans un tailleur d’une grande élégance, Fefe Kone s’est adressé à ses amis, les jeunes, dans une sérénité sans pareil. « La célébration de la journée internationale de la jeunesse par le conseil régional de la jeunesse de Sikasso délocalisée à Koutiala me donne l’occasion d’adresser mes sincères salutations et de témoigner de toute ma satisfaction aux populations et aux autorités de la 3e région. Ma présence à cette rencontre annuelle de cette région suite à l’invitation sinon à la convocation de son conseil régional est la marque d’une certaine complicité empreinte d’estime réciproque entre ces jeunes et cet humble administrateur qui a servi comme préfet à Koutiala et gouverneur de la région de Sikasso. Au delà des fonctions administratives se sont développées entre cette jeunesse et moi des relations d’amitié plus profondes et plus pérennes depuis plus de 10 ans. En témoigne la création dans tous les cercles de la région et dans plusieurs localités du pays de clubs des amis d’Ibrahima Fefe Kone. Chers amis de la 3e région, on ne peut pas sauver le Mali dans la mollesse, dans l’attentisme, ou par des références intempestives à ceux qui se sont sacrifiés pour que le Mali d’aujourd’hui soit. Il ne s’agit pas seulement de se dire dignes héritiers de Bakaridjan, de Da Monzon, de Firhoun Ag Alinsar, de Babemba Traoré ou encore de Mamadou Konaté ou de Modibo Keita. Ceux-ci ont posé des actes méritoires qui les ont fait inscrire au panthéon de notre histoire. Vous devez partir de leurs exemples et ensemble pour travailler dur dans les exploitations agricoles afin d’assurer au Mali la souveraineté alimentaire ; vous battre courageusement pour préserver l’unité nationale et l’intégrité du territoire, d’exceller dans la création artistique et culturelle et dans le domaine du sport pour donner au mali une place de choix dans le concert des nations ; de travailler à restaurer les valeurs de compétence, de respect, de courage et de créativité qui sont celles du mali. En d’autres termes chers jeunes, je vous demande de travailler, de travailler encore de travailler toujours pour mériter votre temps et entrer dans l’histoire afin de permettre aux générations futures de prendre aussi l’exemple sur vous », a conseillé le parrain de l’évènement, M. Ibrahim Fefe Koné. Après cette intervention qui a été suivie d’un tonnerre d’applaudissement, les officiels ont procédé au reboisement d’une artère
principale de la ville de Koutiala sous le son des artistes et chanteur de « Nyogon » dont Koutiala seule a le secret.
Visites chez les notables de Koutiala.
Koutiala est une ville ou règne encore certaines pratiques ancestrales de grandes valeurs. En effet, c’est la ville ou le respect dû aux notables est encore d’actualité. Et pour s’acquitter de cette tradition, le parrain Fefe Koné et sa suite se sont rendus dans la famille de feu Sidiki Ouattara, le dernier chef de Canton après la colonisation qui  était en poste depuis 1936 et qui est décédé seulement en janvier 1997 à l’âge de 111 ans.
Après la visite à la famille fondatrice de Koutiala, Fefe Koné s’est rendu chez le grand imam de Koutiala avec lequel il a échangé des amabilités et évoqué de bons souvenirs dans une atmosphère très conviviale.
Visite à la préfecture de Koutiala
Avant de rejoindre le reste de la délégation pour le déjeuner au pied-à-terre de Koutiala, l’ancien préfet de Koutiala, M. Ibrahima Fefe Koné n’a pas pu s’empêcher de se rendre à la préfecture pour visiter les locaux et bavarder avec certains de ses anciens collègues. L’émotion était très vive quand certains travailleurs ont aperçu celui qui a été leur chef pendant de long moment, notamment le protocole de la préfecture qui a dit gardé de très bons souvenirs de ses années de collaboration avec l’homme.
Moussa Kondo, envoyé spécial à Koutiala

PARTAGER