Libération des voies publiques: La fermeté jusqu’au bout

1

voix publique-Les marchants grincent les dents

-Les habitants de Bozola protestent

Pour rendre fluide la circulation à Bamako, les autorités maliennes ont pris certaines dispositions pour déguerpir les marchants au bord des différents artères pour ensuite les recasés. Reporter à mainte reprise, le déguerpissement a finalement eu lieu hier lundi 3 mars 2014. Les forces de l’ordre et les agents n’ont certes pas eu trop de problème pour déguerpir les occupants de ces lieux. Mais forces est de reconnaitre que les différentes parties ont du mal à accorder leurs violons. Pour preuve, les policiers étaient aux aguets durant toute la journée d’hier pour ramener les commerçants récalcitrants à la raison. Les habitants de Bozola, eux aussi, s’opposent au recasement des commerçants au motif qu’il y a un manque de place.

 

Suite à deux reports successifs de l’opération pour la libération des voies publiques  de la capitale, les 7 et 17 février dernier, la décision prise par le ministère de la sécurité intérieure en vue de fluidifier la circulation à Bamako vient de commencer. C’est enfin ce lundi 3 mars qu’a pris acte de façon concrète, l’opération de libération des voies publiques pour la fluidité de la circulation à Bamako.  Pour faciliter la coopération des intéressés, une campagne de sensibilisation avait alors été menée avec la mise en place de sous-commissions (anneau Sotrama, recensement et installation) placée sous la responsabilité du ministre du Commerce, Abdoul Karim Konaté dans l’optique de créer de meilleures conditions du « déguerpissement ». Et enfin ce lundi 3 mars, l’opération a démarré sous l’œil vigilant des forces de l’ordre. Les principales artères concernées sont : l’avenue Kassé Kéïta à la rue Karamoko Diaby ; la maison des Artisans de Bamako ; la DNCC (direction nationale de la concurrence), l’anneau des Sotrama c’est-à-dire de la zone Dabanani, la rue passant par Gabriel Touré jusqu’à la devanture des Halles de Bamako. Après ces axes, il est prévu de  dégager d’autres artères empêchant la fluidité des voies publiques de Bamako. Et pour ce faire, vendeurs ambulants, kiosques, boutiques anarchiques, mendiants et autres inégalement installés sont désormais obligés de libérer le trafic.  Rappelons que le ministre, Abdel Kader Konaté avait, pour le besoin, intensifié les campagnes d’échanges et de dialogues avec l’ensemble des  différents acteurs. Bien qu’il avait prôné le dialogue, il n’a manqué de montrer sa fermeté en ce qui concerne l’application de l’opération « coup de poing » de ce jour. Mais le hic est que les habitants de Bozola s’opposent farouchement à l’installation des kiosques des commerçants devant être recasés. Ils ont affirmé qu’il n’y’a pas de place dans leurs quartier. « Cette décision d’installer les kiosques des commerçants a été prise sans que nous soyons consulté. Nous n’étions pas au courant. Nous n’avons pas de place pour nos cérémonies funèbres. Nous avons même commencé à déguerpir ceux qui sont ici à plus forte raison ceux qui doivent venir. En cas d’incendie, la protection civile aura du mal à accéder car il n’y’a qu’une seule porte d’entrée et de sorti dans le quartier», a dit le président de la jeunesse de Bozola Lampanikoro, Ibrahim Kouyaté. En en croire Gaoussou Haïdara, notable du quartier, cette décision résulte d’un travail bâclé par les enquêteur. Pour lui, c’est suite à cette enquête mené en catimini qu’il a été rapporté aux autorités qu’il n’y’a plus de maison à usage d’habitation et qu’il n’y’a que des boutiques. « Cette information est fausse car ce quartier est bourrer de maison », a-t- il dit. Selon Mamadou Bagayoko, un habitant de Bozola, la seule solution est de recaser les commerçants concernés à N’Golonina et aux Halles de Bamako. Pourtant les commerçants souhaitent ou du moins exigent un lieu pour qu’ils puissent vendre. « Aujourd’hui je n’ai pas pu vendre faute de place. Les forces de l’ordre sont venues ramasser toutes les tables se trouvant sur la route. Je gagnais au moins 5000 FCFA par jour, mais aujourd’hui je n’ai rien eu parce que je n’ai pas vendu alors que je suis un chef de famille. Mais si l’Etat décide ainsi, on n’a pas le choix. Mais on souhaite que l’Etat nous trouve un lieu adéquat pour que nous puisons vendre nos articles », a dit un vendeur de moustiquaire. Dramane Traoré, commerçant d’habits a signalé qu’aucun lieu de recasement ne leur a été présenté. « Je peux vendre 100 000 F par jour, mais aujourd’hui je n’ai rien gagné », a-t- il dit. Au moment du passage de  notre équipe de reportage, la devanture des halles de Bamako était vide, idem pour la route menant au ‘’Rail da’’ même si quelque récalcitrants étaient perceptibles.

Aguibou Sogodogo, Youssouf Z Keïta & Khadydiatou Sanogo

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Bonjour a tous,

    La liberation des voies publiques sont dans notre interet et la presse doit informer large ment la population sur les advantages a savoir en cas d incendie ou d explosion pour que les pompiers et secours soient en mesure d acceder les Lieux de sinisttre et ce qui aura pour advantage de saucer des vies
    Dans certains pays les pertes en vies humaines et degats materiels etaient importants pour la seule raison qu il n y avait pas de passage pour les secours lors que l incendie etait declare et c est ce que nos autorites veulent eviter
    Mieux vaut prevenir que guerir
    La vie humaines est plus importance que le materiel reflechissons avant de polemiquer inutilement
    Que Dieu benisse le Mali

Comments are closed.