Lutte contre la prolifération des armes légères : Les capacités des journalistes et d’autres organisations de la société civile renforcées

0

Les rideaux sont tombés hier au grand hôtel  de Bamako sur l’atelier de sensibilisation et de renforcement des capacités ” sur la problématique de la prolifération des armes légères et de petits calibres “. Cet atelier de trois jours a permis de parfaire le  niveau des participants sur les questions relatives aux ALPC.

 

Général de brigade  Mme Coulibaly Kani Diabate
Général de brigade Mme Coulibaly Kani Diabate

Organisée par  la commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères en partenariat avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest, cette rencontre a regroupé plusieurs participants venant de divers horizons. Notamment des journalistes qui constituaient  le gros du lot, des fabricants d’armes, des représentants des services étatiques et des organisations intervenant dans la lutte contre  les ALPC. Durant les trois jours de formation, les participants ont eu droit à l’expertise des formateurs de la CEDEAO sur des notions comme la définition des ALPC, leur impact, les efforts dans la lutte contre la prolifération des armes légères dans l ‘espace sous régional. D’autres thèmes : médias, paix et sécurité en Afrique de l’ouest ont été développés. Cette rencontre a été aussi mise à profit par le président de la commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères, Général de Brigade Mme Coulibaly Kani Diabaté d’expliquer les missions, les objectifs et les défis auxquels sa structure fait face. ” Les régions du nord du Mali constituent dans le contexte actuel, les zones de concentration et de circulation des armes de guerre et de munitions de tout genre. La prolifération et la circulation des armes légères rendent encore plus urgentes les actions et démarches pouvant contribuer à prévenir les conflits, à consolider la paix et la sécurité, sans lesquelles aucune action de développement n’est viable ” a-t-elle déploré. Elle a aussi fondé beaucoup d’espoir sur les journalistes pour les épauler dans la lutte contre le phénomène. Il faut rappeler qu’à la cérémonie d’ouverture des travaux, le secrétaire général de la présidence tout comme le représentant spécial de la commission de la CEDEAO ont apprécié l’opportunité d’une telle formation.

 

L’ampleur du phénomène mondial de la dissémination des armes légères nous interpelle plus que jamais. Votre engagement doit être à la mesure du besoin de protection des populations menacées chaque jour dans leur existence par la folie  meurtrière de quelques assoiffés indifférents aux valeurs qui fondent le vivre ensemble ” a souligné le secrétaire général de la présidence Ousmane Sy.

Kassoum THERA

PARTAGER