Maisons de la Femme et de l’Enfant Des coquilles vides

0
1

Pour promouvoir,  davantage, la Femme et l’Enfant, le président ATT a initié des Maisons de la Femme et de l’Enfant. A Bamako et dans les régions. Mais, le hic qui fait tilt, c’est que ces maisons ne servent à rien. Le Président, selon un enseignant, aurait oublié que la promotion de la Femme et de l’Enfant passe d’abord par l’éducation. Selon lui, au lieu de réaliser ces infrastructures qui ne servent à rien, il devrait plutôt utiliser ces espaces pour construire des amphithéâtres pour que les étudiants ne soient plus obligés de prendre les cours dans des salles de spectacles, de sports etc…

 

Et  notre enseignant semble avoir raison. Car, il suffit de faire un tour dans ces maisons de la Femme et de l’Enfant à Sabalibougou ou à Tomikorobougou, pour s’en convaincre.

D’ailleurs, après la fin des travaux, ces maisons avaient  mis plus d’un an avant d’être inaugurées. Car, selon une source, après leur réalisation, leur équipement aurait posé problème.

Et après leur équipement, il fallait maintenant voir ce qui pouvait être fait dans ces maisons pour la promotion de la Femme et de l’Enfant.

Selon notre enseignant, la réalisation de ces maisons est inopportune. Car, il fallait plutôt utiliser ces espaces pour construire des amphithéâtres au profit des étudiants. Car, c’est par là que commence la promotion de la Femme et de l’Enfant.

Selon notre interlocuteur, ATT s’est trompé de cible en réalisant ces infrastructures à coups de milliards CFA. Car, non seulement, il y a de nombreux bureaux qui ne sont pas occupés. Mais aussi, ces maisons ne servent pas à grand-chose dans la promotion de la Femme et de l’Enfant, comme indiqué.

Car s’il y a un domaine dans lequel le régime ATT a échoué, c’est bien le domaine de l’éducation. Car, durant ses deux mandats, rien n’a marché dans ce secteur. La situation va plutôt de mal en pis. Et de jour en jour.

De nombreuses rencontres ont été organisées dans ce sens. Un forum a été organisé à cet  effet. Et s’est terminé en queue de carpe.

Mieux, les organisateurs de ce forum (le pr. Salikou Sanogo, alors Doyen de la FAST et Mme Siby Ginette Bellegarde, Recteur de l’université de Bamako) ont été promus respectivement, ministre de l’Education et ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique pour la mise en œuvre des recommandations du forum.  Mais, rien n’y fait.

Un comité inter ministériel a même été mis en place pour la mise en œuvre de ces recommandations. Mais, toujours rien. Car ces recommandations sont foulées au pied par ceux-la même qui sont chargés de leur mise en œuvre.

«  S’il s’agit de promouvoir la femme et l’enfant, il faut passer par l’éducation. Et nos autorités se trompent toujours de politique en mettant les charrues avant les bœufs », ajoute notre enseignant. Et conclure « comment comprendre que dans un pays comme le Mali, on construise sur de grands espaces, des infrastructures qui ne servent à rien alors que nos étudiants prennent leurs cours dans des salles de spectacle et de sport. Ces maisons n’ont pas leur raison d’être ».

Dieudonné Diama

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.