Le Mali Ă  la tribune du sommet mondial du travail.

0

Ouverts le lundi 5 juin dernier  dans la Salle des Assemblées du Palais des Nations Unies à Genève (Suisse), les travaux de la 106ème session de la Conférence Internationale du Travail (CIT) se poursuivent selon le programme. C’est ainsi que la journée de ce mercredi 7 juin à vue se succéder à la tribune, les autorités politiques ou administratives des Etats membres, des Employeurs et des représentants des Travailleurs. L’objectif d’un tel exercice est de mettre fondamentalement en exergue la culture sacro-sainte de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) relative notamment aux principes intangibles du tripartisme et du dialogue social. La voix du Mali a été porté à cette importante tribune par le Ministre du travail, de la fonction publique, chargé des relations avec les institutions, Mme Diarra Racky Talla. 

Dans son discours, Mme Diarra Racky Talla a surtout mis l’accent sur les avancées notoires accomplies ces dernières par le Mali dans les domaines de la promotion et la création d’emploi ; de la formation professionnelle et technique ; de la protection des droits des travailleurs et de la sécurité sociale ; de la défense et la protection des droits des migrants, entre autres.

Ainsi, se félicitant de l’élection du Président de la présence session de la CIT et des membres de son bureau, le Ministre Diarra Racky Talla a énuméré au titre de ces avancées, l’adoption d’une politique nationale de l’emploi en 2014 ; la relecture du Code du travail adopté par l’Assemblée nationale à l’unanimité des députés ; mais également l’adoption en 2014 d’une politique nationale migratoire.

Pour étayer davantage ses propos concernant les actions concrètes accomplies par notre pays dans ces différents domaines, le Ministre du travail, de la fonction publique chargé des relations avec les institutions, Mme Diarra Racky Talla, a poursuivi en disant que « Pour l’essentiel, nous partageons les constats et les conclusions du rapport et salue les efforts déployés par le Bureau, pour amener les Etats membres de l’OIT à mettre le travail décent au cœur de leurs politiques, programmes et projets de développement.

En ce qui concerne la mise en œuvre du Programme Pays de promotion du Travail Décent signé le 14 avril 2016, le Gouvernement a mis en place un Comité de pilotage composé de l’ensemble des acteurs et procédé à la relecture du code du Travail, adopté à l’unanimité à l’Assemblée Nationale.

Dans le domaine de la protection sociale, le Gouvernement du Mali a mis en place un Comité d’experts pour l’opérationnalisation à l’horizon 2018 de la couverture maladie universelle, ce qui constitue un défi important pour les autorités  dans l’atteinte de l’objectif 8 des ODD. Aussi, le rapport du Bureau sur « Migration de main d’œuvre : nouvelle donne et enjeux de gouvernance », discussion générale, a retenu toute l’attention de la délégation du Mali.

C’est pourquoi dira le Ministre qu’à ce sujet, « mon pays dispose depuis 2014 d’une politique nationale migratoire en lien avec les politiques nationales du travail de 2013 et de l’emploi de 2014, ayant pour objectifs entre autres d’assurer la protection et la sécurisation des migrants et les membres de leurs familles en veillant au respect de leurs droits et devoirs, en favorisant leur accès à un travail décent et à une bonne couverture sociale ; de mobiliser et de valoriser les apports des diasporas pour réduire la pauvreté et soutenir le développement national.

Quant à la politique nationale de l’emploi de 2014, elle a pour objectifs principaux le renforcement des liens avec les politiques nationales transversales et les politiques de développement, des actions de promotion de la création d’emplois, l’accroissement et l’amélioration de l’offre de formation professionnelle et technique du marché de l’Emploi ».

Aussi, précisera-t-elle que sa délégation apprécie à sa juste valeur le rapport intitulé « œuvrer ensemble pour promouvoir un milieu de travail sur et salubre », étude d’ensemble sur la santé et sécurité au travail.

En effet, à ce titre, selon Mme Diarra, le Gouvernement du Mali a fait voter une loi pour protéger les fonctionnaires civiles, les députés et les militaires contre les accidents de travail et les maladies professionnelles.

D’où, les félicitations renouvelées du Mali à l’endroit de l’OIT pour l’inscription à l’ordre du jour de la présente conférence « la Discussion récurrente sur les principes et droits fondamentaux au travail dans le cadre du suivi de la Déclaration de l’OIT sur la justice sociale pour une mondialisation équitable, 2008 ».

Pour le ministre Diarra Racky Talla, le rapport intitulé « principes et droits fondamentaux au travail : défis et perspectives » est l’opportunité unique qu’il faut saisir pour mener une discussion profonde sur la manière de faire progresser la justice sociale.

Quant à celui intitulé « travail et changement climatique », elle considère qu’il s’agit là d’une contribution de haute qualité au débat sur le lien entre travail décent et le changement climatique.

Le rapport intitulé « L’emploi et le travail décent au service de la paix et de la résilience », visant la révision de la recommandation n°71, la discussion de cette année (deuxième du genre après celle de l’année dernière lors de la 105ème CIT) Diarra Racky Talla estime que c’est l’occasion de vérifier l’efficacité des actions menées et de renforcer la résilience des populations aux catastrophes et aux crises et promouvoir un emploi décent dans les Etas membres. C’est pourquoi, dira-t-elle, que le Mali espère que cette deuxième discussion sur la recommandation n°71 soit l’occasion pour l’ensemble des parties présentes pour s’entendre effectivement sur les nombreuses divergences apparues lors de la première discussion de juin 2016.

Elle a réaffirmé à cet effet, l’engagement du Mali à contribuer et à soutenir toutes les actions du bureau de la conférence pour faire de cette session un succès sur la voie menant à un monde du travail plus juste et équitable pour tous.

Avant l’ouverture de cette série d’interventions à la tribune de la conférence, les différents Groupes régionaux et sociaux ont tenu leurs séances quotidiennes d’échanges, de partage et de concertations en vue d’harmoniser leur position respective relativement aux questions en débats tant lors de plénières que dans les 5 commissions thématiques à l’ordre du jour de cette 106ème CIT.

Faut-il rappeler qu’en plus des cadres de son département, le Ministre du travail, de la fonction publique chargé des relations avec les institutions, Mme Diarra Racky Talla, était entourée à cette occasion de plusieurs autres membres de la délégation nationale, notamment ceux du Conseil National du Patronat (CNPM) ; de l’UNTM ; du directeur général de l’ANPE, M. Ibrahim Ag Nock ainsi que la Directrice nationale de l’emploi (DNE), Mme Dicko Fatoumata Abdourahame, entre autres.

La journée de ce mercredi, 3ème jour de la 106e Conférence internationale du Travail, marque le début de la session plénière ainsi que des évènements spéciaux portant notamment sur le dialogue social et sur les principes et droits fondamentaux au travail.

La 106ème conférence internationale du travail (CIT) se poursuit jusqu’au 16 juin 2017 où elle va clore ses portes.

Source : Mission ANPE à Genève

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here