Mali: des manifestants condamnés

5
Le président malien par intérim Dioncounda Traoré et le Premier ministre Cheick Midibo Diarra le 23 août 2012.

Six personnes accusées de troubles à l’ordre public le jour de l’agression du président malien par intérim Dioncounda Traoré en mai ont été condamnées mardi à 6 mois de prison avec sursis par un tribunal de Bamako.

Le chef d’inculpation de troubles graves à l’ordre public a été disqualifié pour les trois responsables de la COPAM, la coalition des organisations patriotiques du Mali, réputée favorable à l’ex-junte: le syndicaliste Amadoun Amion Guindo, l’ancien ministre Younouss Hameye Dicko et le professeur de médecine Rokia Sanogo.

Ils ont nié toute implication dans les troubles, alors qu’ils organisaient une convention nationale où 500 personnes étaient invitées.

Moussa Keita, avocat de deux des responsables de la COPAM, n’exclut pas l’éventualité d’un recours contre ce verdict.

Les trois leaders de l’association “yerewolo ton” (les fils dignes en langue Bambara), également proche de l’ex-junte ont été reconnus coupable sans disqualification des faites.

Un de leurs avocats a promis de faire appel. Les faits remontent au 21 mai, lorsqu’une manifestation avait dégénéré en prise d’assaut du palais présidentiel, entraînant un passage à tabac de Dioncouda Traoré, le président par intérim.

Concernant l’affaire proprement dite de l’agression du président, le premier ministre Cheik Modibo Diarra a récemment déclaré que deux personnes ayant reconnu avoir porté la main sur lui avaient été arrêtées et que deux suspects étaient recherchés.

 

bbc.co.uk/ 28 août, 2012 – 13:30 GMT

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. TIENS DONC…LA PEINE DE PRISON EST AU MOINS UN PEU PLUS LONGUE QUE LA CONVALESCENCE DU PRÉSIDENT SI ON NE COMPTE PAS LE SURSI…

    QUELLE FARCE!

    EN PLUS… VOUS AURIEZ PU Y AJOUTE QUELQUES UN DES MERCENAIRES MALIENS POUR UN PEU GONFLER LE NOMBRE…

    QUELLE MALÉDICTION…LE MÊME LAXISME … IMPUNITE…ET INEXISTECE D’ETAT DE LOI …QUI A ÉTÉ REPROCHÉ À ATT…POUR S’EMPARER DU POUVOIR…

    BON…IL FAUT ADMETTRE QUE LE VRAI COUPABLE EST LE CHEF SOLDAT RATÉ…QUI AVAIT PRIS LE PAYS EN OTAGE ET UTILISÉ DES PROPOS ET PROMESSES PROPAGANDISTES ET MENACENTE ENVERS LE PRÉSIDENT…JUSTE POUR DEVENIR EX-CHEF D’ÉTAT SANS JAMAIS ÊTRE CHEF D’ÉTAT…

    “DJONKOUDA FERA 40jOURS…PAS 1HEURE DE PLUS…”….BIEN POMPERLES BADAUDS ET LEUR CHEF OPPORTUNISTE DE DOC SANS DIPLÔME…

    BIEN SUR QUE LES BADEAUDS S’EN PRENDRONT À DJONKOUDA QUAND TU LES TRAHIS POUR TES INTÉRÊTS PERSONELS…

    TOI TU ES PROTÉGE PAR LES SOLDATS RATES…QUI TE PROTÈGENT PLUS FAROUCHEMENT QUE LA NATION ET LES POPULATIONS CIVILES…

    LE PM PROTECTEUR EST PROTÉGÉ ET A INTELLIGENMENT PROMIS DE PASSÉ LE MESSAGE DES BADAUDS À LA CDEAO ET AUX SOLDATS RATÉS…

    ALORS…QUI D’AUTRES A PART CELUI QUI N’ETAIT POINT PROTÉGE ET ÉTAIT LÉGITIME …

    C’EST COMME ÇA QUE LES BADAUDS FONCTIONNENT…

    Moussa Ag, qui PENSE QUE LE VRAI COUPABLE EST LE CHEF DES SOLDATS RATÉS ET SA BANDE D’OPPORTUNISTES

  2. Parlez-moi de Justice!
    Un procès politique, tout ficelé jusque dans son verdict.
    Nous avons tous entendu parler de ce procès qui soulève les passions, des anti-putchistes et des patriotes de la COPAM. La tenue d’une Convention le 21 Mai, convoquée par la COPAM a mis la ville sens dessus dessous… Le peuple est sorti : gens de bonne foi qui voyaient se profiler à l’horizon une sortie de crise sans le retour des fantômes du passé, voyous et jeunes désoeuvrés, excités et extrémistes de tout bord, soldats déçus par la tournure de leur coup de force, associations qui réclamaient le départ de Dioncounda et tout ce monde a crée embouteillages et retards parmi les citoyens qui se rendaient ce jour-là à leur boulot.
    Pendant ce temps au CICB, la COPAM a décidé, avant de s’atteler aux travaux du jour, de porter un message au PM, à la Primature pour lui transmettre le vœu des membres de ce regroupement : la tenue de cette concertation et le respect de la constitution, sur le thème des 40 jours accordés au Président intérimaire, Pr. Dioncounda Traoré.
    Ainsi, la délégation de la Copam, a quitté le CICB et a pu s’entretenir avec le PM. Une fois leur mission accomplie, ils sont retournés au CICB afin de continuer leurs travaux.
    Entretemps, des milliers de jeunes ont afflué vers Koulouba et, chose inouïe, ils ont pu avoir accès au bureau du Président, ont pu l’agresser violemment, devant des gardes, incapables de réagir et de le protéger, à l’exception d’un d’entre eux, qui a eu la bonne idée de se dépouiller de son casque et de le lui faire porter pour éviter le pire.
    Des zones d’ombre, jamais éclaircies.
    L’indignation que soulève cet acte de barbarie a fait pleurer notre PM qui n’a pas pu annoncer cette atrocité avec les mots qu’il fallait au journal de 20H. Il promet que les acteurs de cette sauvagerie, qu’on a déjà transformée en tentative d’assassinat, seront punis. Et voilà que la justice se met en branle pour trouver des victimes expiatoires.
    A l’époque, le FDR cherchait la tête des patriotes de la COPAM, des articles pleuvaient pour prêter toute sorte de sentiments criminels et opportunistes aux leaders et aux têtes pensantes de ce mouvement.
    Et voilà que l’on convoque, à tour de bras, chez Sombé Théra – le procureur qui a réglé leur compte aux journalistes de l’article de la maîtresse du Président du temps de ATT – les jeunes du Yéleworoton et les vieux de la COPAM … Visite à la Gendarmerie, au Procureur et le chef d’accusation tombe pour nos politiciens : Troubles graves de l’ordre public… On n’a rien trouvé de consistant et les dossiers sont vides de preuves, mais ces gens de la COPAM sont des bêtes à abattre qui pointent du doigt ce qui cloche dans cette transition, les entorses et les malfaçons que l’on fait subir à l’accord cadre et aux espoirs du peuple. Ils n’ont pas de poils sur la langue et clament haut et fort ce qui ne va pas. Ils ne sont pas achetables, des durs à cuire, comme ce Professeur Younouss Hamèye Dicko qui donne du fil à retordre par son sens critique et son franc parler…Rokia Sanogo, la Pasionaria du MP22. On les diabolise ces trois responsables, le Président de la Copam, Guindo, la dame de fer du MP22 et le Prof de l’ADR… Bien sûr, le Soufi Diallo présent au CICB comme les autres et l’avocat du diable, Gakou, et l’Honorable Mariko, passent entre les mailles du filet et ne connaissent pas le même sort bien qu’ayant été présents au CICB, ce 21 Mai.

    A SUIVRE …

    • partie 2: Parlez-moi de Justice!
      Le déroulement des procès ou les faiblesses de notre justice

      Le procès des trois membres de la COPAM, débute le 7 Août, avec une heure de retard, à trois semaines d’intervalle au cours du mois d’Août. Convoqués à 8 heures du matin, il débute à 9 h passés dans l’irrespect le plus total des avocats de la défense et des accusés. Ceux-ci endurent 4 heures d’interrogatoire sans avoir droit même à cette chaise qui a donné lieu à l’expression courante, « se trouver sur la sellette », « le banc des accusés ». On n’ose pas prononcer le verdict car les dossiers sont vides… On reporte encore d’une semaine. Jamais dans notre capitale, un chef d’accusation de ce genre – trouble à l’ordre public – inventé, imaginé et forgé de toutes pièces, a été puni avec autant d’acharnement… Les avocats démontrent avec panache l’inconsistance de cette accusation non fondée avec exemples à l’appui. Les autorités religieuses, Haidara du HCI a-t-il été poursuivi lorsque, à la suite de son prêche et de son meeting au stade M.K, il y a eu de nombreux morts ? A-t-on sévi sur les autorités de la Femafoot et la Sécurité lorsque, à la suite du Match, Mali Togo, les supporters se sont dispersés dans la ville et commis des actes violents et répréhensibles, dont d’iniques viols sur des femmes chinoises et détruit tout sur leur passage ? A-t-on jamais coffré les fous des cortèges de mariage qui obstruent les rues et causent des accidents parfois mortels ? Et je pourrais donner mille exemples de cet incivisme et cette sauvagerie qui caractérise les masses en furie et que personne ne programme, ne peut contrôler ni maîtriser… ni les autorités religieuses, ni la sécurité, ni les forces de police, encore moins ces gars de la COPAM, depuis leurs ateliers de travail au CICB.
      S’il faut chercher un coupable… commençons par le commencement et remontons aux forces de sécurité et au Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité nationale qui, à la suite de cette action barbare commise sur notre Président aurait dû démissionner; mais au Mali, l’honneur et la dignité ne sont plus de mise.

      Ali Bilal

      • partie 3: Parlez-moi de Justice!

        Un calamiteux verdict tout prêt et qui dépasse les bornes de l’injustice
        Aujourd’hui, 21 jours après le premier procès, après une séance commune au Tribunal, où voleurs de grand chemin et hommes politiques sont mis sur le même banc, on vient de prononcer un verdict étonnant qui fait révolter les hommes et les femmes honnêtes de ce pays… La justice vient de crier haro sur ces trois personnes du CICB, qui auraient brûlé des pneus, en les condamnant à SIX MOIS DE PRISON avec sursis. Nous avions cru que Malick Coulibaly amènerait la probité au sein de la justice, vendue et corruptible… Nous sommes-nous trompés ?… un verdict élaboré à partir d’un dossier vide… parachuté d’où ???? Des tréfonds une âme sensible qui pleure devant les malheurs du Président mais qui n’est pas assez vaillante pour faire un mea culpa et dire combien la politique sécuritaire de ce pays a été défaillante…
        Aucun citoyen malien ne sera dupe. On connaît qui est qui dans ce pays et nous sommes conscients que les malfrats, les criminels et les voleurs se promènent gaîment partout. Vous avez désigné des coupables de troubles publics même si leurs dossiers sont vides et si on doit salir la réputation de ces personnes mais pourvu que la CEDEAO gobe cette histoire et que l’âme sensible en soit satisfaite. Quant aux jeunes du Yéléworoton, eux, c’est la prison ferme… et vous croyez que le peuple malien prend les lampions pour des lanternes ? A cette heure-ci les vrais coupables doivent bien se gausser de vous… tristes sires de la justice malienne. Vous n’apprendrez jamais … sacrifier des patriotes pour faire plaisir à des commanditaires, dans un mensonge outrancier ne passera pas… Même si, à l’appel, votre justice les reconnaîtrait mille et mille fois coupables, nous, le peuple et les patriotes du Mali, saurons les acquitter et leur rendre leur honneur sali.

        Ali Bilal

Comments are closed.