Mali: d’ex-travailleurs intoxiqués au plomb portent plainte devant l’UA

1
Fonte de l'or, Mali, 2013 (photo d'illustration) © Simon Dawson/Bloomberg/Getty

Au Mali, 135 ex-travailleurs intoxiqués au plomb lors de leurs années passées dans un laboratoire spécialisé dans l’étude des minerais portent plainte devant la Cour des droits de l’homme de l’Union africaine. Une plainte a été déposée par la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) contre l’Etat malien, accusé de n’avoir pas su protéger ses citoyens.

Ibrahima Bemba a travaillé huit ans au sein du laboratoire ALS. Le Malien n’en est pas sorti sans séquelle. « J’étais dans la salle des dosages, je faisais le ménage, raconte-t-il. Il y a des produits toxiques donc j’ai toujours des problèmes de vue et des migraines. Il a fallu même que le collectif des travailleurs revendique qu’il y ait des analyses sanguines qu’on appelle les tests de plomb. Normalement, c’est prévu deux ou trois fois par an. Mais ce n’était pas fait. Mais quand les analyses se faisaient, on n’avait pas accès aux résultats. Pour avoir accès aux résultats, il a fallu encore combattre la direction ».

Les taux de plomb étaient deux à trois supérieur au maximum autorisé, ce qui a eu des conséquences irréversibles pour certains travailleurs. Le laboratoire a été condamné dans de rares procédures individuelles à des dommages et intérêts.

Epuiser tous les recours

Mais selon l’association malienne de défense des droits de l’homme, les juridictions nationales n’ont pas fait leur travail. D’où la plainte contre l’Etat du Mali. « Ils ont porté plainte pour coups et blessures volontaires, explique Me Moctar Mariko. Les juridictions maliennes n’ont pas examiné du tout cette plainte pendant au moins trois ans. Ils ont saisi toutes les autorités juridiques du Mali, en passant par les procureurs et même au niveau du ministère de la Justice. Ils ont même saisi le ministre des Mines, l’INPS [Institut national de prévoyance sociale] et personne n’a daigné répondre à cette plainte. Voilà pourquoi quand ils sont venus à nous, nous avons choisi d’aller devant la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples ».

La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples est une juridiction supranationale. Le verdict rendu s’imposera donc à toutes les parties. Les plaignants réclament notamment le droit d’être indemnisés et de pouvoir bénéficier d’un suivi médical.

 Par RFI Publié le 22-07-2017
PARTAGER

1 commentaire

  1. comrades concerning a matter relevant to this condition we would like to know why ores mined in Mali are not processed in Mali at processing centers built by those who receive mining contracts from government of Mali? As we all know ‘untold wealth” that could alter living conditions for hundreds of thousands of citizens of Mali is being stolen by foreign mining companies failing to process ores they mine plus take only that which they are contracted to mine. Where is government of Mali? Where is great champion of people of Mali equal to president who is champion of people of Tanzania? Well I guess “puppet governments” do not have champion leaders but, search champion leader for people of Mali is not over. Very much sincere, Henry Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan. translationbuddy.com

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here