Mali: IBK victime d’un «malaise vagal» à Marrakech

0
Le président malien IBK, avec les ministres français et allemand des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault à sa droite et Frank-Walter Steinmeier à sa gauche, lundi 2 mai 2016 à Bamako. © HABIBOU KOUYATE / AFP
Le président malien IBK, avec les ministres français et allemand des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault à sa droite et Frank-Walter Steinmeier à sa gauche, lundi 2 mai 2016 à Bamako. © HABIBOU KOUYATE / AFP

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, pourtant présent au Maroc pour la grande réunion de la COP22, n’apparaît pas sur la photo de famille de l’ouverture la rencontre. Alors que les rumeurs circulaient, un communiqué officiel diffusé mardi soir, par la présidence malienne, indiquait qu’IBK a été « victime d’un malaise vagal, suite à une accumulation de fatigue ».

Voulant faire preuve de transparence, un communiqué officiel a été rendu public. Il y est question de « malaise vagal », c’est à dire une forme de malaise couramment observé, dû à une accumulation de fatigue et généralement sans gravité. Le roi du Maroc, Mohammed VI a rendu visite au président IBK, qui séjourne actuellement à Marrakech dans le cadre du sommet de la COP22, et dès ce mercredi, précise le même communiqué officiel, le chef de l’Etat malien reprendra ses activités.

Face aux rumeurs, le RPM , parti présidentiel a pris les devants et rendu public un communiqué lui aussi dont mesage est : IBK n’est pas dans une clinique, ne cédez pas à la désinformation et à la panique.

En avril dernier, le président malien qui est âgé de 71 ans avait été opéré en France d’une tumeur bénigne selon le communiqué officiel de l’époque. Il avait plutôt rapidement récupéré, mais certains proches n’avaient pas hésité à lui dire qu’il devait se ménager et limiter ses nombreux déplacements. Avant son malaise Ibrahim Boubacar Keïta avait parcouru ce week-end des centaines de kilomètres par route pour une visite de terrain à l’intérieur du pays.

 Par RFI Publié le 16-11-2016
PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here