Mali : L’avenir de la jeunesse hypothéquée, La refondation de la société

0

S’il est vrai que l’avenir et le futur d’un pays passent nécessairement par sa jeunesse, force est de constater qu’au Mali cette jeunesse se trouve abandonnée et méprisée; pourtant, elle reste et demeure l’espoir pour le pays.
En effet, dans un pays si chacun se fixe une mission en toute honnêteté pour l’intérêt général, cette nation gagnerait tout simplement. La chaîne des priorités existe hélas, mais des choses sont bien possibles.

La jeunesse malienne… bien qu’elle ne soit pas totalement absente du champ politique, regorge d’énormes leaders de partis et de jeunes talents compétents dans leurs domaines de formation.
Cette masse critique de jeunes méritent d’être utilisés à bon escient. Le changement de mentalités concerne tous, il s’agit plutôt d’une refondation de la société malienne et cela passe nécessairement par une éducation de qualité.

Quand les élites sont égoïstes, il n’y a que la mobilisation citoyenne qui prévaut pour changer les choses. Pourtant, l’autonomie idéologique ne coûte pas cher, elle relève d’une conviction, c’est pourquoi, il faut discuter avec la jeunesse fer de lance du développement d’un pays.

La société civile est un contre-poids au pouvoir politique et non un tremplin pour accéder aux postes politiques. Au delà de cette priorité majeure, la société civile doit appuyer et protéger la jeunesse ; afin que celle-ci échappe aux prédateurs politiques.

En somme, sans sécurité, la construction et le développement d’un pays s’avèrent difficiles voire impossibles. Pour ce faire, il urge de mettre la jeunesse à l’abri de la tentation par la création d’entreprises pourvoyeuses d’emplois.

La gestion d’un État est globale et les stratégies qui sous-tendent cette gestion doivent fonctionner de façon harmonieuse. La culture et le changement de comportement (mentalité) doivent être les soucis majeurs des autorités soucieuses du développement et du bien-être des populations.
Comme dira l’autre, le Mali a besoin d’une nouvelle vision politique pour son bonheur et non pour le bonheur de quelques-uns. C’est un exercice fastidieux, que de parler de son pays, de son bien-être et des changements positifs qu’on lui souhaite pour qu’il soit le meilleur sur l’échiquier mondial.

Lorsque les égos de ceux qui nous gouvernent sont surdimensionnés ;

Lorsqu’on considère que le pouvoir politique et administratif est comme un gâteau familial ;

Lorsque la corruption affecte toutes les couches de l’administration ;

Lorsque dans un pays, on ne vote pas pour un programme, mais plutôt par intérêts partisans ;

Lorsque plus de 50% de la population vit sous le seuil de la pauvreté avec moins de 2 dollars par jour; nous ne pouvons que déplorer l’échec cuisant de toutes les politiques depuis les années d’indépendance.

Ainsi pour conclure, disons tout simplement que le peuple malien ne peut que s’indigner; indignation d’un peuple qui ne demande que des choses banales : vivre dignement sans mendier et qui ne demande tout juste que la justice sociale.

Cependant, la jeunesse malienne est forte, unie dans sa diversité, décidée et prête à affronter vaillamment tous les obstacles dressés sur son chemin.

Mama H Touré

 

PARTAGER