Mali – Report de la marche blanche pour la paix et la réconciliation

5 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Initialement prévue pour fin décembre, la marche blanche pour la paix et la réconciliation, initiée par le Bloc d’intervention populaire et pacifique pour la réunification entière du Mali (BIPREM), a été reportée à janvier prochain, indique un communiqué du bureau exécutif du BIPREM, déposé vendredi à Xinhua.


Le bureau exécutif du BIPREM FASOKO se dit « agréablement surpris et très satisfait de l’engouement et l’adhésion populaires suscités par son initiative citoyenne dénommée l’Opération FASOKO (pour la cause de la nation), depuis son lancement officiel le 15 décembre dernier ».
Ainsi, précise son président Lacine Diawara, le BIPREM FASOKO « informe l’opinion nationale et internationale que pour une expression large et optimale, la marche blanche, prévue pour fin décembre, se tiendra désormais en janvier 2013.
Pour l’organisation de la marche, les initiateurs « entendent mobiliser plus de cent mille personnes sur les régions de Gao, Kidal et Tombouctou (qui sont sous occupation des groupes armés islamistes depuis des mois, Ndlr) ».
Comptant sur « l’esprit patriotique » de toutes et de tous, le bureau exécutif « informe par conséquent les points focaux qu’une mission du bureau du BIPREM sillonnera les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti et Gao du 2 au 16 janvier 2013 pour une meilleure coordination de cet évènement historique ».

Xinhua  / 29 Décembre 2012 – 13:54

5 Réactions à Mali – Report de la marche blanche pour la paix et la réconciliation

  1. malindivisble

    Comme l’attaque par l’armée malienne est imminente, on veut pas exposer des populations civiles qui pourront etre prises au piège. L’armée malienne va lancer l’assaut dans les 72 heures.

  2. jesus

    ok mais je prefere une marche militaire

  3. gami

    Il faut manifester pour le départ de sanogo. Ça facilitera le retour à un État meilleur de la démocratie malienne et ça renforcera le gouvernement actuel.

  4. blanche neige

    il n’y a pas assez de monde ou bien ils ont la trouilles ?? :mrgreen: :mrgreen: enfin qu’ils ne s’inquiétent pas ,ils peuvent reporter encore plusieeurs fois la marche blanche ,les barbus sont là pour encore longtemps :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

  5. Kassin

    Entretien politique 2012 entre africains

    L’année 2011 s’était dissimulée dans les quintes de toux d’un petit enfant d’Abobo à Abidjan.

    L’année 2012 qui s’annonçait à l’horizon de la pointe des Almaldies à Dakar, pouvait-elle être celle de plus de joie pour les petits talibés de Djenné ou de Tombouctou au Mali?

    Alors quelques jeunes africains se rencontrent en début 2012 quelque part pour discuter politique.
    Suivez plutôt.

    Le malien: Eh Gorgui qu’est-ce que vous faites chez vous avec toutes ces manifestations violentes contre le président Wade?

    Après tout quand les lions de la Teranga se font battre à la CAN 2012 par la Zambie, cela n’est pas le faute de Wade.

    Le Sénégalais: Il tente une dévolution monarchique inacceptable du pouvoir dans notre Sénégal démocratique depuis toujours avec son fiston super ministre.

    L’ivoirien: Gorgui sur ce point vous avez raison, parce que le pouvoir est une drogue en Afrique, cela faisait cinq ans que Laurent Gbagbo nous roulait dans la farine sans jamais organiser d’élections présidentielles à l’issue de son premier mandat.

    Le Sénégalais: Justement en parlant de mandat présidentiel, Wade n’a constitutionnellement même pas le droit de se représenter aux élections présidentielles de 2012, mais il s’entête contre vents et marées pour modifier encore notre constitution.

    Le malien: Nous on a pas ce problème de tripatouillage de la constitution, mais ATT tient fermement à une réforme constitutionnelle par référendum qui nous inquiète quand même.

    Bon comme il ne se représente pas en 2012, parce que la constitution ne le permet pas, notre problème, c’est sa gestion laxiste et le clientélisme de son régime avec son lot de corruptions et de largesses coupables avec les rebelles du nord qui nous humilient chaque jour.

    Le congolais de Brazza: Ah le malien, comme t’as la chance de choisir le 29/04/2012 un nouveau président, ce que Sassou N’guessou, ne nous donnera jamais aussi facilement, tâche de choisir c’est fois-ci quelqu’un de meilleur qu’ATT et que la corruption et problèmes du nord soit cette fois-ci résolus pour de bon.

    L’ivoirien: T’as raison mon frère congolais, la chance de choisir n’est pas donner à tout le monde.

    Quand on nous a donné cela à Abidjan, on est sorti massivement pour élire Alassane Dramane Ouatara.

    Mais Yao Dré, le président de la cour constitutionnelle, nommé par Gbagbo, a déclaré ce dernier élu, ça été le début d’une crise post-électorale très meurtrière.

    Dieu merci l’Onu et la communauté internationale nous ont aidés à installé ADO.

    Ça été un moment très dure pour le pays.

    Le sénégalais: en tout cas nous au Sénégal, on ne troquera notre démocratie contre rien au monde, même si Wade fait du forcing et que les sages de la cour constitutionnelle valident sa candidature, nous sortiront massivement comme les ivoiriens pour élire un autre président différent de Wade, parce que lui et sa famille, gèrent tout au Sénégal, alors que la vie devient de plus en plus difficile, alors la jeunesse « Ya n’en marre ».

    Le malien: Non nous on attend pas les élections du 29/04/2012 et on ne fait plus confiance à la démocratie, de toute façon toute la classe politique est pourrie, il n’y a pas de fichier électoral fiable et la guerre qui a éclaté au nord par le laxiste d’ATT a fait déplacé plus de 200000 maliens.

    Alors on ne vote pas, on ne veut même plus de démocratie parce qu’il ya eu un massacre de nos soldats à Aguelhoc.

    L’ivoirien: T’es sérieux là vieux père ou tu veux faire palabre pour rien?
    Toi t’es un véritable « Malo monna »!

    Quand vous étiez en dictature sous le votre général Moussa Traoré là, il n’y avait qu’un seul pont à Bamako et à chaque 10 mètres ça faisait « Godjo Godjo Godjo », maintenant vous avez même troisième pont avant Abidjan, des milliers de nouveaux kilomètres de routes bitumées, des aménagements de terres agricoles un peu partout, des logements sociaux, des chantiers et des projets ouverts partout grace à la confiance des investisseurs et des partenaires financiers et avec millelium challenge votre Aéroport Bamako Sénou, en chantier, risque même de dépasser de loin Port Bouet.

    Le Sénégalais: En tout cas mon frère malien, quand je suis parti à Bamako en février 2011, pour l’Afro basket féminin, 10 ans après la fin de la CAN 2002, j’ai eu du mal a reconnaître Bamako, tellement que votre capitale s’est modernisée entre temps.

    Vous n’avez même pas de délestages, alors que nous à Dakar, on n’en peut plus avec les incessantes coupures du courant électrique malgré le plan « Takal » de Karim Wade qui engloutit milliards après milliards.

    Il vous faut juste maintenir le cap du développement et élire un président beaucoup plus engagé dans la lutte contre la corruption et qui va renforcer et consolider vos institutions y compris votre armée.

    Le malien: je vous dis qu’on n’a pas besoin d’élections, on a un capitaine porteur de bâton magique à Kati.
    Il viendra le 22/03/2012, il lui suffit d’un coup de bâton et on récupéra le nord de notre pays, l’armée malienne sera aussi forte que celle de l’Algérie et on dépassera Abidjan et Dakar.

    Au deuxième coup de bâton, vous nous verrez au niveau de l’Afrique du Sud en terme de développement.
    L’ivoirien: Vieux père malien, toi tu es pire que Blé Coudé.

    L’Afrique n’a plus besoin de paroles encore ni de théoricien.

    Le sénégalais: En tout cas si vous choisissez cette voie non démocratique au Mali, pour changer de président, ne venez plus faire du « Wax Wasset », comme notre Wade National.

    Mes chers amis, ceci est une parodie de conversation, mais aussi imaginaire soit-elle, elle reflète malheureusement et fidèlement l’image déplorable que nous avons donné à nos frères et voisins africains depuis le début de cette année 2012 qui s’achève dans la douleur nous comme elle a commencé.

    J’espère très sincèrement que 2013 sera une année d’une autre image plus reluisante du Mali et que Dieu veille sur nous surtout contre nous mêmes.