Manifestations disparates à Bamako

14 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le Président par intérim, Dioncounda Traoré

La capitale malienne est sous tensions. Des manifestations disparates ont été organisées ce mercredi 9 janvier au matin. Certains s’impatientent à Bamako, dans l’attente de journées de concertation. Des manifestants réclament aussi le départ du président Dioncounda Traoré. Le Conseil des ministres a été annulé ce mercredi matin.

Le calme semble revenu à Bamako, où les forces de sécurité sont bien présentes. Deux chars ont par exemple été positionnés aux abords du palais présidentiel, situé sur les hauteurs de la capitale, pour renforcer la sécurité des lieux. C’est d’ailleurs officellement pour « des raisons de sécurité » que le Conseil des ministres a été annulé.

A juste titre ? De nombreuses perturbations ont en effet eu lieu dans la matinée dans la capitale et ses alentours. La circulation a ainsi été bloquée ce mercredi matin à Bamako, sur deux des trois points qui relient les deux rives du fleuve Niger, en raison de quelques pneus brûlés.

A Kati (15 km de Bamako), des jeunes ont également érigé des barricades dans une partie de la ville, perturbant là encore, pendant un moment, la circulation. « Nous voulons le départ de Dioncounda Traoré, indiquait une femme du camp militaire de cette ville, nous voulons la libération du nord du Mali ».

Suite à la propagation de rumeurs, un moment de panique s’est enfin emparé de Bamako un temps donné, et des centaines de personnes se sont réfugiées dans des hôtels.

Toutes ces perturbations s’inscrivent dans un contexte politique particulier. Une coalition de partis et d’associations ont organisé ce mardi un sit in à Bamako, pour réclamer la tenue de journées de concertation nationale souveraine, afin de baliser la transition.

Par RFI

14 Réactions à Manifestations disparates à Bamako

  1. kabako12

    C’est honteux ce qui s’est passé à Bko ce jour.

  2. Sud

    vous les femmes de Kati, vous voulez la libération du Nord, et vous voulez dormir avec vos maris tous les jours! çà ne peut pas marcher choisissez un camp. maintenant, que Dionkiss soit à Koulouba ou ailleurs, il n’ira quand même pas libérer le Nord çà j’en suis sur. revenez sur terre Maliens regardons nous en face les yeux dans les yeux et disons à Sanogo s’il est aussi homme comme il le prétend, qu’il dirige un bataillon au Nord au Nord pendant 3 mois. il sera jugé à la tache. s’il veut être président, (comme il l’a dit si le peuple le demande d’autre fonction) il le seras après. mais pas avant de nous avoir donner la preuve sur le terrain. cesser de nous en bobiner et sauter au Nord

  3. c’est etonnant !tous les manifestant de ce moment critique de notre histoire,sont de malade manteaux si on les lessent contunier les BARBUS aurons raisons contre les vrais ptriotes ,notre vrais combats est au Nord,pas contre DIONCOUDA,NI DIANGO;SANOGO si ce le contraire; les enfants de WAGADOU doit penser autrement commnent YOUSOUF Tata Cisse on peut lesser le pays de Manwa diabé Cisse danscet cette situation!