Marche blanche : Les réserves des ‘’Bamakois’’

6 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Comment les Bamakois apprécient-ils la marche blanche annoncée par le Bloc d’intervention populaire et pacifique pour la réunification entière du Mali (BIPREM) pour libérer les régions du nord occupées par les groupes armés ?  Les responsables du BIPREM pensent pouvoir organiser une ‘’marche blanche’’ de plus de  100 mille personnes sur les régions de Gao, Tombouctou, Kidal et le cercle de Douentza (Mopti) pour exiger leur libération. Nous avons promené notre micro à travers Bamako.

* Oumou Touré, secrétaire exécutive de la CAFO : « Les femmes ne peuvent pas être en marge et cela, elles sont des vraies artisanes de la paix »

En ce qui concerne cette marche pacifique, les femmes ne peuvent pas être en marge et cela dans la mesure où elles sont des vraies artisanes de la paix. En tout cas, nous à la CAFO, toute action citoyenne qui amènera la paix, la stabilité dans ce pays sera bien accueillie par les femmes membres de la coordination. Nous allons nous mobiliser sur tout le territoire national pour soutenir cette initiative. Les femmes de la coordination invitent le peuple malien à se mobiliser, à se réconcilier, à se ressouder, à se réarmer moralement pour faire barrage aux ennemis de la nation et de la paix. Enfin, pour terminer je dirais que nous prions pour que cette action puisse être celle qui va sauver ces milliers de femmes et filles, du déshonneur et de l’humiliation .Confiantes en la justice imminente de Dieu et convaincues que dans sa miséricorde infinie, lui seul agrée les demandes , fait plier le cœur  des violents en leur infusant la sagesse, nous prions pour que l’action des militants et militantes patriotes pour la paix et l’unité nationale soit confortée. Ensemble, main dans la main, toutes les forces du Mali doivent rechercher la paix, car ce pays a besoin d’une véritable force de réconciliation nationale qui apportera une solution pérenne aux malaises sociaux et politiques, dont les premières victimes demeurent les femmes.
* Yacouba Dicko, Chauffeur : «Nous sommes derrière l’armée et le premier ministre»
«A mon avis, on ne doit pas créer cette situation. Prendre les gens pour aller faire une marche dans nos régions surtout au niveau de Mopti jusqu’à Douentza ça provoque une autre situation. Tout le monde sait qu’on est dans une telle situation telle qu’il faut laisser les autorités qui ont déjà pris des initiatives, régler la question. On leur fait confiance. Il y a déjà des propositions que nous attendons. Donc, on doit laisser l’initiative au gouvernement et à l’armée. Nous sommes derrière l’armée et le premier ministre…»
Un officier des Forces armées et de sécurité (anonymat) : « Cette marche n’aura pas lieu » 
Cette marche n’aura pas lieu. Ils ne pourront pas mobiliser autant de personnes pour aller. Et puis, il faut qu’ils se renseignent sur le terrain, ils n’ont pas les informations du terrain. S’ils tirent sur les gens, ce sont eux les organisateurs qui vont répondre. Et puis qui va les nourrir pendant ce temps, à Douentza et à Gao. Ce sont certainement des gens qui veulent mobiliser des fonds pour se faire des sous. Comme le cas des groupes d’autodéfense. Ne vous limitez pas à Bamako, mais demandez aussi aux groupes armés ce qu’ils en pensent.
* Mariam Mahamane, infirmière obstétricienne  : « C’est une bonne chose »
« Nous, on veut la libération du Nord. C’est une bonne chose et je suis prête à partir…»
* M. Coulibaly, comptable : «Il faut que le nord soit libéré»
« Rien ne vaut la liberté. Concernant la marche, si ça peut vraiment nous aider il le faut. Et il faut même plus que ça. Si on avait la possibilité, le nord ne sera même pas entre les mains de ces rebelles. À l’instant même où je m’exprime, c’est que les moyens nous manquent. Mais quand même, est-ce qu’on aurait pu penser que le Mali pourrait être dans les mains de ces gens ? Ça, personne n’a pensé à cela.   Mais que faire ? Si j’ai les moyens de les accompagner, je le ferai. Je suis un Malien, on ne meurt pas deux fois.  Après la mort, il n’y a rien. Il faut que le nord soit libéré…»

* Sékou Keita, chauffeur : « Cette option n’est pas du tout possible si non on n’en serait pas là »
 « Vraiment si on parvient à libérer le nord, ça nous fera énormément plaisir. Par ce que nous sommes vraiment gênés à cause de cette situation. En tout cas, le gouvernement doit tout faire. Concernant la marche blanche, on ne peut pas libérer le nord sans pour autant faire de combats. Cette option n’est pas du tout possible si non, on n’en serait pas là. En tout cas, notre souhait est que ces personnes soient combattues à jamais…»
* Maimouna Traoré, agent au domaine : « C’est une perte de temps, ces gens doivent être délogés par les armes…»
 « Je pense que la tenue de cette marche n’a pas une grande importance. Parce que ces personnes ne sont pas du tout compréhensibles. On a tout fait pour qu’ils puissent libérer le nord pacifiquement. Je pense que c’est une perte de temps. Ces gens doivent être délogés par les armes…»

*Un homme de rang (Garde Nationale) : «La crise doit être gérée par tous les Maliens»
« C’est une question du Mali, donc nous sommes tous les mêmes. A cet effet, la crise doit être gérée par tous les Maliens. C’est tous ce que je peux dire…».

* Fatim Diarra, Etudiante en Management : « Si c’est pour libérer le nord et que c’est le seul but, je pense que c’est une bonne initiative»
« C’est une belle initiative. Mais il ne faut pas non plus abuser de la situation en faisant des manifestations qui ne vont finalement servir à rien. Il faut manifester dans le sens où il y a un but précis et dès qu’on atteint ce but, on peut dire que manifester, c’est bien. Mais manifester juste pour faire du désordre dans un pays qui n’est pas du tout stable. Si c’est pour libérer le nord et que c’est le seul but, je pense que c’est une bonne initiative…»
Propos recueillis par Abdoulaye Ouattara,  Ousmane Baba Dramé
 
SOURCE:  du   19 déc 2012.    

6 Réactions à Marche blanche : Les réserves des ‘’Bamakois’’

  1. MOHAMED KEBIR

    ils peuvent marcher sur kati pour obliger vos soldats fuyards à monter au front…..!

  2. Kassin

    La crise malienne, vraiment il faut qu’on en parle.

    Au moment où la communauté internationale, la Cedeao et la majorité de la classe politique insistaient sur la nécessité de mettre à l’écart les membres de la junte militaire dans l’exercice du pouvoir transitoire c’est CMD lui même qui a tout fait pour maintenir leur emprise sur le pouvoir (octroie de la majorité des ministères régaliens:défense, sécurité, administration territoriale, justice; loi de protection et légalisation en amnistie et en comité de suivi, silence coupable sur les arrestations extrajudiciaires..)

    Personne n’est contre l’armée malienne, personne n’est contre la garnison de Kati, mais le rôle d’un militaire c’est défendre un pays et non s’immiscer dans l’exercice d’un pouvoir constitutionnel.

    En s’associer avec les aventuriers de Kati contre vents et marées CMD a signé sa propre mort clinique et politique.

    Il n’a rien fait pour permettre un retour rapide à l’ordre constitutionnel normal.

    D’ailleurs il méprisait la constitution du Mali, à la quelle il préférait l’accord-cadre qui lui a permis d’être nommé premier ministre.

    Une association d’hors-la-loi finit toujours par la trahison et l’histoire est suffisamment remplie d’exemples que CMD ne pouvait ignorer l’issue de son alliance avec les putschistes de Kati et contre la volonté et les efforts de la communauté internationale.

    Voici quelques exemples de l’histoire:
    ( Mali: Moussa-Tiekoro-Kissima;
    Burkina Faso: Blaise-Sankara-Lingani-Kaboré;
    Côte d’ivoire:Guëi-Gbagbo;
    Guinée Conakry:Dadis-Toumba-Konaté, etc.)

    Le jour où l’association Sanogo-Konaré-Seyba-Youssouf va voler en éclat, que personne ne soit surpris et surtout n’allez pas nous parler de morale du genre « on ne traine pas un homme déjà à terre » puisque quand on décide d’être hors-la-loi on décide que tout est permis et on vend son âme au Diable, on rentre dans un jeu, et on se doit de le gagner loin de la morale et de la retenue.

    C’est pour éviter ces dérives qu’on insiste et, on ne se lassera jamais de le dire aux maliens, de respecter et de faire respecter les règles que nous avons nous mêmes établies dans notre société.

    Respectons notre constitution, puisque les autres nous ne respecteront jamais si jamais nous ne respectons pas nos propres règles.

    Comprenons les autres s’ils exigent de nous le respect de notre constitution.

    Écoutons les américains s’ils nous exigent un président légitime issu des urnes pour conduire notre pays dans le respect de nos textes.

    Puisque les islamistes au nord ne veulent ni partition ni indépendance, pourquoi ne pas les proposer comme préalable au dialogue (auquel ils sont disposés) qu’ils laissent les populations du nord voter pour leur président?

    Iyad Aghali s’est toujours réclamé du Mali malgré ses dérives, donc cessons les spéculations stériles et organisons une élection sur toute l’étendue du territoire au nord comme au sud puisque les islamistes qui contrôlent le nord n’ont jamais parlé d’indépendance ni autodétermination.

    Leur problème c’est la Charia et ils peuvent le discuter avec le nouveau président élu car Dioncounda n’a ni la légitimité (mais il est légal car la constitution qui lui confère la place de président par intérim) ni le courage de régler définitivement cette crise.

    Le régime d’exception qu’est la transition n’est pas bien indiqué pour régler la crise malienne car il faut beaucoup d’argent pour remettre le pays sur le droit chemin et avec la transition le Mali n’a pas la plénitude de la coopération internationale sans laquelle on ne peut rien faire.

    Ce n’est pas un budget annuel de 1000 milliards de FCFA qui va faire une guerre et organiser des élections générales, tout en continuant de payer les fonctionnaires et d’assurer une année scolaire et universitaire normale, d’assurer des services publics de santé, de fourniture d’eau et d’électricité, d’entretien routier, et de fonctionnement régulier des administrations et des services déconcentrés de l’état même si on annulait tous les programmes d’investissement public.

    Ce n’est pas possible.

    Si le très expérimenté Diango Cissoko, n’est pas d’accord avec ce que je dis alors qu’il le dénonce publiquement.

    Trop de temps perdu à tourner en rond et pour zéro.

    Trop de souffrances inutiles de nos populations du nord et même du sud.

    Trop d’images négatives du Mali qui marqueront à jamais des générations entières de maliens.

    Et souvenons nous, ce pays ne sera grand que si les maliens sont grands.
    Et pour que les maliens soient grands il faut qu’ils libèrent leurs esprits des futilités et des tares inutiles, il faut que nous éduquons nos enfants pour que nous tous prendrons le droit chemin, enfin, il faut que nous acquérions le savoir, où qu’il se trouve.

    Mais à regarder de près, nous avons très peu d’hommes capables de vision et d’actions d’envergure pour sortir le pays de l’ornière.

    CMD était dans ce registre d’hommes incapables mais il n’est pas le seul.

    Et ça sautait à l’œil avec ses agitations inutiles et ses émotions d’enfant emballées dans une carapace de scientifique émérite.

    Sanogo et Dioncounda sont aussi incapables, car leur vision pour le Mali et les actes qu’ils posent ne sont pas les médicaments qu’il faut pour le malade Mali.

    On n’emploie pas un dentiste dans un bloc opératoire pour cardiaque sans aucune formation de chirurgie cardiaque.

    Bonne journée aux CHU de Gabriel Touré et du Point G!

    • le scientifique

      Mr Kassin , ce fut un vrai plaisir pour moi de lire votre poste .
      en effet je ne cesse de le répéter tous les jours ici sur maliweb , nos autorités n’eglige l’education . Or il suffit seulement de regarder autour de soi que dans les pays emergents , il y’a 95% de la population qui est instruit et la grande majorité sont des femmes .
      il faut vraiment éduquer nos femmes et nos enfants , et surtout il ne faut pas releguer la culture à la seconde zone .
      bien que je pense qu’il faut que nos abandonnions certaine pratique dans notre civile qui est la première source de nos maux , je parle du charlatanisme et du maraboutisme .
      la science doit être le fondement duu nouveau mali , disons non à l’obscurantisme .
      vivement la creation du nouveau mali , vive la science , vive la culture de la raison .

      • MONSIEUR LE SCIENTIFIQUE TU N’AS PAS VU CE QUI EST ARRIVÉ À L’AUTRE SCIENTIFIQUE DE LA NASA.

        Tu vois, tu te contredis en disant : « il faut vraiment éduquer nos femmes et nos enfants , et surtout il ne faut pas releguer la culture à la seconde zone »

        Tu prétends ne pas reléguer la culture à la seconde zone et pourtant tu affirmes immédiatement : « bien que je pense qu’il faut que nos abandonnions certaine pratique dans notre civile qui est la première source de nos maux , je parle du charlatanisme et du maraboutisme »

        Tu ignores que le charlatanisme et le maraboutisme font désormais partis de nos cultures. Personne n’oblige les maliens à aller consulter ses individus.

        Et puis, j’allais oublier, tu dis encore: « la science doit être le fondement du nouveau Mali »

        MERDE ! LES ENFANTS VIENNENT JOUER DANS MA COURS

    • fitina

      Vous etes vraiment l’un de ceux qui ont un vrai raisonement sur ce forum. Je suis tout a fait d accord avec votre analyse. Si les islamistes ne sont pas contre les elections alors pourquoi vouloir une faire une geurre a la va vite? autant vraiment organiser les elections et laisser l’occasion au nouveau president de faire cette geurre qui nous a ete imposee et pendant ce temps l’armee se reequipe dignement et moralement.

      • cette armee ne fera rien,meme si on leur donne aujourd’hui toues les équipements de l’armee americaine et russe il ne feront rien,ce sont pas les armes qui font la guerre mais les hommes pretent à mourir pour sauver l’honneur de son pays,l’exemple est là,les vietnamien contre les americains tout connais cette histoire…..donc nous avons pas de l’armee un poit un trait