Marche des partisans du Non au projet de révision constitutionnelle : Et de trois, pour la Plateforme «An Tè, A Banna, Touche pas à ma constitution »

43
Marche des partisans du Non au projet de révision constitutionnelle : Et de deux, pour la Plateforme «An Tè, A Banna, Touche pas à ma constitution »

Comme elle l’avait annoncé, la Plateforme des partis politiques, associations et organisations de la société civile, opposée au projet de révision constitutionnelle, a mis en exécution sa menace d’organiser une marche toute aussi grandiose que celle du 17 juin dernier, qui a charrié une marrée humaine dans les rues de Bamako, pour dire haut et fort Non à la modification de la constitution du 25 février 1992.

-Maliweb.net – Pour la troisième fois, les partisans du Non ont relevé le défi de la mobilisation. Malgré un temps couvert et une pluie qui menacait de s’abattre sur Bamako, une foule assez importante, a répondu à l’appel des organisateurs de la marche de ce samedi ; Difficile à ce stade d’évaluer le nombre des manifestants qui atteignent plusieurs milliers, Malgré les menaces entendues coté du gouvernement qui a promis de faire «affirmer l’autorité de l’Etat », la marche a plutôt mobilisé. Au devant de la manif, les présidents de certains partis politiques de l’opposition. Entre autres : Modibo Sidibé (Fare Anka Wuli),Soumaila Cissé (URD), Tiébilé Dramé (PARENA), Amadou Thiam (ADP Maliba), Soumana Sako (CNAS Faso Hérè), Daba Diawara (PIDS)…. Plusieurs organisations de la société civile (associations de jeunes, les transporteurs urbains, le collectif des marchés de Bamako et des centrales syndicales…) ont également mobilisé leurs militants pour renforcer les rangs de la plateforme, lors de cette marche où le mot d’ordre est resté inchangé : «On ne touche pas à la constitution». Sur le long du trajet menant de la place de la liberté à la Bourse du travail, d’autres slogans, notamment « IBK, carton rouge!», sont repris en cœur par certains marcheurs. Contrairement à la manifestation du 17 juin dernier, la marche de ce matin devrait normalement être suivie dans plusieurs villes intérieures du pays où des missions de sensibilisation avaient été dépêchées pour les besoins de la cause.

Papa Sow/Maliweb.net

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Déclaration de la plateforme  AN TÈ, A BANNA-touche pas ma constitution ( À l’issue de la marche du 15 juillet 2017)

Chers camarades défenseurs de la constitution démocratique de 1992,

Je salue les sentinelles de la dignité malienne que vous êtes !

Salut à toutes celles et à tous ceux qui résistent aux tentatives d’asservissement de notre peuple!

Salut mes sœurs, salut mes frères, hourra compagnons, honneur à vous, vous êtes la fierté de notre peuple!

Ce samedi 15 juillet est un autre jour historique dans la longue lutte du peuple malien pour la dignité, la justice sociale et la démocratie.

La marée humaine de ce jour est le témoignage éloquent de la détermination des forces vives du Mali à combattre le mépris, l’arrogance, l’autisme et les tentatives d’instaurer dans notre pays un pouvoir personnel rétrograde.

La mobilisation de ce jour est un autre signal fort, très fort, un carton rouge au président de la République, au gouvernement et au Ministre de la Réforme de l’État qui sont allés chercher à l’étranger une constitution qu’ils voudraient substituer à celle adoptée par le peuple souverain du Mali au lendemain de la conférence nationale de toutes les forces vives du pays!

Leur constitution, la constitution d’IBK et de Tapo n’est la nôtre.

Notre constitution a été écrite avec le sang du peuple. Leur constitution a été écrite avec l’encre de l’argent du peuple par…..des juristes étrangers. Ils ont osé, oui, ils ont osé!

Dans le mépris de la dignité du Mali!

Soundiata Keïta, Soni Ali Ber, Sékou Ahmadou Barry, Biton et Damonzon, El Hadj Omar, Samory Touré, Mamadou Lamine, Tiéba et Babemba, Firhoun Ag Alinsar, Kaocen, Komi Diossé, Banzani Théra, Cheikhna Hamallah, Alla Ag Albachar, Mamadou Konaté, Modibo Keïta, réveillez-vous, la dignité malienne est piétinée!

IBK, son parti, son gouvernement et son Ministre veulent imposer leur constitution à notre peuple.

L’accepteriez-vous? NON, NON ET NON! Nous ne l’accepterons pas!

Je sais que vous ne l’accepterez pas!

Pour parvenir à leurs fins, pour parvenir à leurs fins, ils ont osé déclarer que « l’insécurité était résiduelle » et que l’autorité de l’État malien s’exerçait partout de Kidal à Kayes en passant par Douentza, Mopti, Ténenkou, Macina et Ségou.

Ils déforment les faits et chaque jour, la réalité les rattrape.

La guerre d’Anéfis, l’embuscade meurtrière contre nos chers FAMAS à Ménaka, les attaques contre les postes de gendarmerie dans tout le centre, les 100 coups de fouet infligés aux agents municipaux à Korienzé, les tribunaux islamiques, les humiliations subies par les chefs de villages et les notables dans les cercles de Ténenkou et de Youwarou, le drapeau national descendu, plié et rangé à Kouakourou ( Djenné), c’est bien entendu de « l’insécurité résiduelle »!!!

Les 600 morts de janvier à juillet, c’est de « l’insécurité résiduelle »!!!

Les 500 écoles fermées, les centaines d’enseignants abandonnant leurs postes, c’est de « l’insécurité résiduelle »!!!

Les dizaines de sous-préfets fuyant leurs postes, c’est de « l’insécurité résiduelle »!!!

Le message envoyé au président de la République de la mi-juin à la mi-juillet au Mali et dans notre vaillante et digne diaspora est clair, très clair:

« Monsieur le président, votre constitution n’est pas la constitution du peuple, retirez votre projet, renoncez à cette révision constitutionnelle »!

Respectez les droits démocratiques du peuple malien: respectez la liberté de réunion, respectez le droit de manifestation, respectez la liberté d’expression et le droit à l’information.

Cessez de harceler et de museler les radios et télévisions libres qui sont soumises à des sanctions administratives et financières qui n’honorent pas la démocratie.

Cessez les attaques contre Facebook et les autres réseaux sociaux !

Libérez l’information !

Monsieur le président, libérez l’ORTM et mettez fin à l’information à sens unique!

Camarades,

Continuons le combat, continuons ce combat démocratique, continuons cette mobilisation jusqu’à la victoire finale.

La victoire finale, c’est le retrait pur et simple du projet IBK-TAPO-CECCALDI!

Vive la constitution de 1992!

Vive la démocratie!

 

Vive le Mali!

Abas le pouvoir personnel!

Abas la dictature!

PARTAGER

43 COMMENTAIRES

  1. IBK démission. Le Peuple dans la rue jusqu'à sa fuite et l'armée doit contrôler l'aéroport.

    IBK n’est pas intelligent et son entourage alimentaire l’induit davantage en erreur.
    Tous les maliens dans la rue jusqu’à sa tentative de fuite du Pays.
    Bloquez l’aéroport et toutes les voies éventuelles pour empêcher sa fuite avec nos sous.

    C’est ce qui reste sinon il va imposer son contrat avec les signataires de l’accord et l’accord est un cauchemar pour les populations majoritaires, c’est très clair.

  2. Docteur Anaser

    L’application de l’accord commence d’abord par le cantonnement, le désarmement et la réinsertion des combattants. Pourquoi tu ne demande pas à la CMA d’accepter ces préalables d’abord, avant de défendre ce maudit referendum. Il faut un minimum de dignité, car les faits sont têtus et le tribunal de l’histoire est très dur.

    • Bonjour,
      Merci Bouk de votre contribution.

      N’oubliez pas qu’IBK est le constituant principal, il est à l’origine de cette révision de la constitution de 1992.

      Il n’a fait que démarrer, en exprimant les besoins et les contraintes, un processus complet de révision de cette constitution de 1992 du Mali.

      En se conférant au point 5.1 de cette lettre ouverte, vous verrez que, quoi qu’on dise, IBK ne peut pas s’éterniser au pouvoir. En plus, il ne pourra transférer son pouvoir à son fils car tout se fera démocratiquement.

      Quand au DDR, il fait partie des mesures de confiance entre les parties prenantes Maliennes et est intégré dans l’accord de paix. Il pouvait se dérouler avant la révision de la constitution ou après MAIS avec le sénat qui doit être constitutionnalisé, les groupes armés, surtout la CMA, l’ont retardé et il ne se déroulera qu’après le vote du OUI au référendum.

      Dans le point 2 de cette lettre ouverte, vous trouverez que le processus de révision de la constitution est optimal et qu’il a fait intervenir des représentants de toutes les forces vives Maliennes depuis le comité des experts, à travers le gouvernement, jusqu’à l’assemblée nationale qui a réalisé plus de quatre cent écoutes incluant dans les régions et au sein de la diaspora.

      Même les travaux de la commission DABA ont été utilisés par les députés, surtout ceux de la commission LOIS, en étudiant l’état de l’existant : qu’est-ce qui a été fait avant et comment s’en servir ?
      UNE CONFERENCE SOUVERAINE N’A PAS ETE UTILISÉE MAIS LE RÉSULTAT SERAIT ÉQUIVALENT DU POINT DE VUE DE L’OPTIMALITÉ EN SE BASANT SUR L’ANALYSE SCIENTIFIQUE SUIVANTE.

      L’analyse scientifique de ce processus a montré qu’il a abouti à une solution optimale à travers une politique optimale de révision de la constitution de 1992 : voir ci-dessous.

      Conséquence : LA CONSTITUTION RÉVISÉE, DONT ON DISPOSE ACTUELLEMENT, EST VRAIMENT OPTIMALE ETANT ISSUE D’UNE POLITIQUE OPTIMALE DE RÉVISION DE LA CONSTITUTION de 1992 ET CORRESPONDANT A UN CONSENSUS DE FAIT ENTRE LES ACTEURS MALIENS, EN PARTICULIER ENTRE LA MAJORITÉ ET L’OPPOSITION (Cf. L’ANALYSE SCIENTIFIQUE VUE AU POINT 1 de la lettre ouverte).

      On n’a, donc, pas besoin d’attendre un autre Président pour aller au référendum.

      Voir le détail du Point 2 dans la lettre ouverte : Est-il nécessaire d’avoir une relecture complète de la constitution révisée ?

      Devant la demande du camp du NON, même si, par hasard, le Président de la République recule pour une raison ou une autre, ça ne serait pas, à mon avis, pour retirer définitivement la constitution révisée mais il pourrait être tenté, pour aller dans le sens de la demande du camp du NON, par une seconde lecture complète de la révision de la constitution précédée d’une concertation inclusive entre toutes les forces vives Maliennes, avec des propositions de nouveaux amendements, avant la soumission de la loi révisée aux députés.

      Mais, une deuxième lecture complète de la constitution révisée, est-elle nécessaire ?

      Compte-tenu du consensus de fait établi entre la majorité et l’opposition ET des consultations qui avaient été faites par le comité d’experts, par le Ministre Tapo et par la commissions LOIS de l’assemblée nationale (plus de quatre cent écoutes intégrant celles dans les régions et de la diaspora), je trouve qu’on recommencera un processus qu’on a déjà déroulé.

      Dommage, quelle sera la perte de temps et d’argent ?

      VOUS SAVEZ, DANS LE DOMAINE SCIENTIFIQUE, EN PROGRAMMATION DYNAMIQUE, ON DIT QU’UN SYSTÈME QUELCONQUE (cas de l’État Malien qui souhaite la révision de la constitution de 1992) DEVANT OPTIMISER UNE FONCTION COUT QUELCONQUE (cas de la conception de notre constitution révisée répondant aux besoins des Maliens), SOUMIS A PLUSIEURS SOLLICITATIONS ÉMANANT DES ACTEURS MALIENS (citoyens, institutions et organisations Maliens aux niveau local et/ou régional et/ou national et/ou international), éventuellement épaulés par des PARTENAIRES (à travers de la consultance), ET COMPORTANT PLUSIEURS VARIABLES (chaque acteur pouvant émettre des amendements à volonté), SE METTRA EN ÉQUILIBRE QUELQUE SOIT L’ÉTAT DE DÉPART (cas de la proposition, faite par le gouvernement, à partir de celle des experts ou de toute autre proposition, à l’assemblée nationale d’un projet de constitution révisée) DE CE SYSTÈME.

      Cet équilibre correspondra aux souhaits et besoins de ses acteurs.

      Les différents états du système correspondent chacun à une proposition de révision de la constitution par des acteurs Maliens, éventuellement aidés par des partenaires, à une étape donnée du processus de révision de la constitution.

      Il y a plusieurs étapes du processus de révision de la constitution : l’étape du constituant principal (le Président exprimant les besoins et des contraintes), l’étape du gouvernement pour compléter les besoins, l’étape des experts nationaux (pour le projet de révision après écoute des acteurs) épaulés éventuellement par des experts internationaux, l’étape de la cour suprême pour validation la proposition des experts avant de l’envoyer au gouvernement, l’étape du gouvernement pour réceptionner le projet de révision de la part de la cour suprême et des experts, l’étape du Président pour voir si ses besoins sont pris en compte par les experts et le gouvernement, l’étape du gouvernement pour amendements avant envoi à l’assemblée nationale pour amendements, écoutes des acteurs et vote de la constitution révisée, étape de la cour constitutionnelle pour étude de la constitutionnalité, retour au gouvernement, étape du constituant principal pour éventuelle promulgation, étape de la saisine éventuelle de la cour constitutionnelle, étapes éventuelles de la relecture si nécessaire (pouvant reprendre toutes ou certaines des étapes précédentes), étape du référendum sur la constitution révisée (à soumettre au peuple pour validation ou invalidation).

      Un graphe peut être utilisé pour symboliser l’interconnexion entre les états du système aux différentes étapes.

      Finalement, quand l’équilibre sera atteint, la constitution révisée, qui sera retenue, serait passée par plusieurs états optimaux (versions optimales de la révision de la constitution à des étapes données) dans lesquels les acteurs ont émis des amendements et/ou exprimé des besoins qui ont été retenus aux étapes correspondantes.

      A l’équilibre, la connexion entre les états optimaux (versions optimales de la révision de la constitution à des étapes données) constitue une politique optimale. Cette dernière a pour finalité la constitution révisée optimale répondant aux besoins de toute la nation à travers ses acteurs épaulés éventuellement par ses partenaires.

      Cette politique optimale est formée de sous-politiques optimales (reliant les états optimaux entre eux à travers les étapes), c’est le principe d’optimalité en programmation dynamique. L’Américain Dr BELLMAN a introduit un tel principe et la programmation dynamique (dynamic programming).

      La programmation dynamique est utilisée, aujourd’hui, entre autres, dans les systèmes complexes de gouvernance, d’aide à la décision, de sécurité et dans des systèmes informatiques et TIC (Technologies d’Information et Communication) multiutilisateurs complexes pour optimiser leurs qualités, leurs sécurités et leurs performances.

      Conséquence : LA CONSTITUTION RÉVISÉE, DONT ON DISPOSE ACTUELLEMENT, EST VRAIMENT OPTIMALE ETANT ISSUE D’UNE POLITIQUE OPTIMALE DE REVISION DE LA CONSTITUTION de 1992 ET CORRESPONDANT A UN CONSENSUS DE FAIT ENTRE LES ACTEURS MALIENS, EN PARTICULIER ENTRE LA MAJORITE ET L’OPPOSITION (Cf. L’ANALYSE SCIENTIFIQUE VUE AU POINT 1 DE LA LETTRE OUVERTE).

      Reprendre le processus de relecture complète de la constitution révisée, cette dernière étant déjà consensuelle de fait entre la majorité et l’opposition, serait une perte de temps et d’argent.

      Le seul intérêt serait l’aspect cohésion sociale et vivre ensemble.

      Mais, ces aspects sont pris en compte dans la concertation inclusive des acteurs, indépendamment des bords politiques, que je propose afin d’aplanir les divergences et les faire converger vers la nécessité du référendum.

      J’ESPÈRE, QU’APRÈS CES ANALYSES SCIENTIFIQUES, QUE LE CAMP DU NON SERA CONVAINCU DE LA NÉCESSITÉ DU RÉFÉRENDUM APRÈS LA SIMPLE RELECTURE QU’IMPOSE LES CORRECTIONS APRÈS LA SAISINE DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE PAR L’OPPOSITION.

      En plus, la carte NINA et la biométrie apporteront au vote référendaire la fiabilité pour une élection transparente. Les acteurs et les observateurs étrangers pourront aussi suivre l’élection pour améliorer la fiabilité.

      Engageons-nous tous/toutes pour ce référendum, indépendamment des bords politiques, et contrôlons son déroulement pour garantir des résultats fiables.

      Chacun(e) est interpellé(e).

      Bien cordialement
      Dr ANASSSER AG RHISSA
      Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
      TEL 95 58 48 97

  3. Bonjour,
    EN METTANT L’INTERET DES MALIENS ET LE MALI EN AVANT, SEULE LE DIALOGUE ET LA COMPREHENSION ENTRE MALIENS PERMETTRONT D’APLANIR LES DIVERGENCES.

    L’analyse scientifique, voir ci-dessous, de la participation de la majorité et de l’opposition, à travers les amendements proposés, lors des débats à l’assemblée nationale Malienne et à travers la saisine de l’opposition à la cour constitutionnelle pour inconstitutionnalité de la constitution révisée, indique qu’un consensus de fait a été établi entre la majorité et l’opposition pour aller démocratiquement au référendum sur la constitution révisée.

    J’ai eu la chance de suivre les débats sur cette nouvelle constitution à l’assemblée nationale Malienne de bout-en-bout, c’était un réel événement démocratique et historique où les différentes tendances, opposition et majorité, se sont exprimées et ont engagé un débat démocratique à travers les amendements du texte de la constitution proposé par le gouvernement.

    La majorité a présenté soixante quinze (75) amendements dont soixante six (66) ont été validés.

    L’opposition a présenté quarante trois (43) amendements dont trente sept (37) ont été validés.

    En définitif, Cent onze (111) députés ont voté POUR cette nouvelle constitution révisée, trente cinq (35) CONTRE et zéro (0) abstention.

    Il est important de noter que l’assemblée nationale Malienne compte trente cinq (35) députés de l’opposition.

    Lors des débats sur la révision de la constitution à l’assemblée nationale du Mali, dans la nuit du 02 au 03 juin 2017, au vu du pourcentage d’amendements validés, 88 (quatre vingt huit) pourcent pour la majorité contre 86 (quatre vingt six) pourcent pour l’opposition, on peut dire qu’elles étaient pratiquement à « armes » égales.

    Dans l’arrêté de la cour constitutionnelle, rendu public le 04 juillet 2017, en réponse à la saisine par l’opposition pour inconstitutionnalité de la constitution révisée issue de la constitution de 1992, ELLE A DEBOUTÉ L’OPPOSITION mais onze amendements supplémentaires ont été faits par l’opposition à travers cette saisine.

    Incluant les amendements présentés par l’opposition en plénière à l’assemblée nationale lors de la révision de la constitution de 1992, au total cinquante quatre (54) amendements de l’opposition ont été comptabilisés dont quarante sept (47) ont été acceptés (trente sept (37) par l’assemblée nationale et dix (10) par la cour constitutionnelle en demandant que les corrections soient apportées aux articles concernés.

    Ce qui fait pour l’opposition, quarante sept (47) amendements retenus sur cinquante quatre (54), soit un peu plus de quatre vingt sept (87) pourcent. La majorité a validé quatre vingt huit (88) pourcent de ses amendements.

    Il y a moins d’un pourcent d’écart, EN POURCENTAGE D’AMENDEMENTS RETENUS, entre la majorité et l’opposition.

    En définitif, on peut dire que la majorité et l’opposition ont pratiquement contribué à égalité à la révision de cette constitution de 1992.

    Mais, si on tient compte du nombre de députés de l’opposition qui constitue moins de vingt cinq pourcent du nombre total de députés Maliens, il apparait clairement que l’opposition a plus contribué à la révision constitutionnelle que la majorité.

    SEUL CET ASPECT, POURCENTAGE D’AMENDEMENTS VALIDÉS, DEVRAIT AMENER A UN CONSENSUS DE FAIT, ENTRE L’OPPOSITION ET LA MAJORITÉ, POUR ALLER DÉMOCRATIQUEMENT, EN TOUTE COHÉSION, AU RÉFÉRENDUM.

    Cette révision de la constitution ET le référendum associé concernent tous les Maliens.

    IL FAUT UNE SENSIBILISATION IDOINE DE TOUS/TOUTES POUR ALLER, UNIS DÉMOCRATIQUEMENT, AU REFERENDUM DONT DÉPEND LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DE NOTRE PAYS.

    Unissons-nous, INDÉPENDAMMENT DES BORDS POLITIQUES, autour de ce référendum pour la paix, la quiétude et le bonheur des Maliens.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    E-mail : Anasser.Ag-Rhissa@orange.fr
    TEL (00223) 95 58 48 97

    • Bonjour Docteur.

      On peut se demander qu’est-ce qui fait de la dissipation des divergences une priorité quand il y a urgence. Qu’est-ce qui fait de la réforme de l’État une priorité quand plus de 500 écoles sont fermées et autant de villages désertés par le même État pour raison d’insécurité ? Une insécurité qui n’a rien à voir avec la crise que nous traversons !

      • Bonjour,
        Merci Yugubané de vos questions.

        L’insécurité, quoique grandissante, ne doit pas nous empêcher d’organiser le référendum car la sécurité sera renforcée partout au Mali avec une collaboration étroite avec les citoyens et entre les forces de défense et sécurité du Mali, Barkhane, la Minusma, et plus tard, la force conjointe du G5 Sahel.

        Pour minimiser, voire éradiquer, cette insécurité, nous devons nous appuyer sur le renseignement et la coopération étroite entre toutes ces forces, voir, ma lettre ouverte intitulée à l’adresse suivante :

        http://www.maliweb.net/contributions/organiser-plus-tot-possible-referendum-mali-seule-replique-valable-durable-terrorisme-a-linsecurite-a-division-de-pays-2349632.html/

        Si on reporte les élections à cause de cette insécurité, cela veut dire qu’on fuit nos responsabilités et on néglige les priorités dont vous parlez (éducation, villages désertés, …) et qu’on appelle, implicitement, les terroristes à venir nous tuer tous et/ou à nous prendre en otage et/ou à occuper notre pays en étant passifs en face d’eux.

        Prenons nos responsabilités pour assurer une sécurité optimale en liaison avec nos partenaires AFIN d’organiser le plus tôt possible notre référendum.

        Plus on tardera plus tout ce que vous signalez s’empirera.

        La seule réplique valable et durable, c’est d’organiser notre référendum en l’entourant d’une sécurité optimale, le plus tôt possible, en impliquant toutes les forces vives Maliennes, indépendamment des bords politiques, pour permettre la poursuite de la mise en œuvre, stricte et sans complaisance, de notre accord de paix afin de garantir la paix, la sécurité et le développement durable résilient pour tous.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
        E-mail : Anasser.Ag-Rhissa@orange.fr
        TEL (00223) 95 58 48 97

  4. Et pourtant juste après la marche à 16h29 la gouverneure en personne a réceptionné les bulletins de vote .
    Ces bulletins doivent être dispatches au niveau des communes au moment opportun

  5. Le gros nul de Sebenicoro compte sur quoi même pour tenter de résister à son peuple ?
    De toute façon, nous avons conseillé des anciens comme Antoumane,Compaoré …

  6. Qui a lu les changements dans la constitution? ont ils quelque chose à voir avec les soldats tombés ou bien soundiata et soumangourou. Svp éclairez moi.

  7. Non a revision constitutionnelle maintenant Oui car avec les problemes actuels. Il faudra une Meilleure Stabilite avant. Sinon le Mali a besoin d’une vraie constitution qui pourra etre plus Meilleure que l’actuelle.
    Par contre l’hypocrisie de tous ces hypocrites politichiens requins crocodiles et vampires de antè a bana me fait rire a grand eclat. OU ils etaient ces conards cameleons chacals coyotes et loups depuis plus de 25 ans quand tout a commencer a basculer pour le Maliba?
    Bref ces le Maliba tous ces assoifés du pouvoir comme IBK et ses predecesseurs lolollook….
    Qu’il, ladji bourama woloni kabakoh IBK, continue a se foutre du Peuple et voler et faconner tous avec sa gang de requins crocodiles et vampires. Ils finiront mal et surtout tout comme le predecessuer le president bèbi babolo alias ATT.
    Tous politichiens Tant du pouvoir que de l’opposition me degoutte. Du pareil au même.
    On verra bien.

  8. Les hommes politiques, pour ne pas dire certains leaders de l’opposition, sont déterminés à saboter les efforts du président IBK. À croire qu’ils ont un agenda caché dont la finalité est la déstabilisation du président IBK. Animés par la mauvaise foi, ils s’abritent derrière des jeunes en les poussant à se mobiliser contre la révision constitutionnelle. Alors que leur vraie ambition n’est pas le Mali. En se réclamant acteurs du mouvement démocratique, ils admettent volontiers leur pleine et entière participation à la destruction du pays pendant ces 20 dernières années. Ils sont tous responsables du chaos dans lequel se meut notre pays depuis l’avènement de l’ère démocratique.

    • C’est bien de saboter les efforts d’un malfrats, un corrompu, un menteur, un népotiste, un voleur sans scrupules et flemmard. Cette fois-ci les saboteurs sont à saluer. 💡💡

  9. comrades how is it IBK led government manage to do so much that so many of citizens of Mali are against? If what IBK government do is in people best interest IBK government have a major inadequacy in its ability to make positiveness of its actions understood. At this point that is best case scenario however, scenarios beneath best case scenario are well known being they have been maintained for centuries with elements of nepotism, corruption, incompetence, “puppet government” plus “government kissing ass of Europeans who deceive it”, plus leadership being made of people not worthy to lead. But they are convincing liars at critical moments. I AM STILL WAITING FOR BRAZILIAN MADE HELICOPTER GUNSHIPS, TROOP TRANSPORT HELICOPTERS PLUS WAR PLANES IBK promised to have ordered. He even pass funds they were to be purchased with. Likely he passes funds on to his family plus henchmen foreign bank accounts. Very much sincere, Henry Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan.

  10. “…du gouvernement qui a promis de faire «affirmer l’autorité de l’Etat »

    Ah bon???
    Sans blague???
    Il y aurait donc une “AUTORITE DE L’ETAT” au Mali???

    Et dire qu’on était même pas informés! LOL

  11. Je ne cesse de le dire et de le redire:
    Bien qu’Ibk nous en ait fait “avaler” beaucoup depuis son accession dramatique pour le pays au pouvoir, cette “pilule” d’une constitution taillée SUR MESURE sera pour lui la pilule…..DE TROP!

    Mais borné et limité comme il est d’une part, et vaniteux et prétentieux comme il est d’autre part, il n’est pas impossible qu’il persiste!

    Comme nous l’avons “très mal habitué” en ne révoltant pas pour ses innombrables scandales et ses innombrables magouilles, ce vieux m’as-tu-vu borné doit se dire “pas grave, ça se tassera”!

    Or, ce coup-ci, même un enfant de 10 ans comprendrait à sa place que s’il persiste, IL EST BON POUR DESCENDRE LA COLLINE A DOS D’HOMME COMME D’AUTRES AVANT LUI!!!!

    • 😀😀😀😀 Mon frère, tu sembles n’avoir rien compris à cette histoire. LADJI n’est pas aussi dupe qu’on le croit. Il ne va pas pousser la bouffonnerie jusqu’à organiser ce référendum qu’il sait suicidaire. Le vrai objectif de son entêtement n’est pas d’arriver au référendum et au bourrage des urnes, l’objectif est de détourner les regards de son désastreux bilan.

      Imagines un peu, bien que tout le Mali savait que IBK est comptable de la gestion des deux dernières décennies, bien que tout le monde savait qu’il est l’un des plus grands voleurs et des plus pourris de tous les temps, ce clown est parvenu à se faire élire avec des formules telles “seule la fermeté permettra de résoudre ce problème !” , ” Désormais, nul se s’enrichira impunément..” ” Mali d’abord”. Maintenant on est à l’heure du bilan et il a réussi à faire parler de tout sauf le bilan.

      C’est pourquoi je dis que la seule manière de sonner la fin de cette recréation est de marcher désormais pour exiger son largage pur et simple. C’est nous qui le croyions con, lui se croit le plus rusé des Maliens mais INCH ALLAH on ne le ratera pas ! 💡💡

      • “lui se croit le plus rusé des Maliens mais INCH ALLAH on ne le ratera pas !”

        Yeaaaaaah! LOL

        Je pense effectivement que cette fois, s’il fait mine de s’entêter à faire la sourde oreille et à jouer au plus malin, IL VA (enfin!) SE FAIRE DEGAGER PROPREMENT!!!

        Au point qu’il déclarera sans doute ensuite: “J’EUSSE MILLE FOIS PREFERE N’AVOIR JAMAIS ETE PRESIDENT!” lol lol lol

        Et si jamais la population marche sur Koulouba, il ne pourra même plus se faire “protéger” par les milices de sécurité de frère mafieux Tomi!

        • “NON a l’imposture”

          “Au point qu’il déclarera sans doute ensuite: “J’EUSSE MILLE FOIS PREFERE N’AVOIR JAMAIS ETE PRESIDENT!” lol lol lol”

          Rire…..rire…rire…!

          • 😀😀😀😀 Ce serait un exploit qu’il puisse dire quoi que ce soit car tel que je le connais, le jour qu’on l’aura, c’edt l’arrêt cardiaque et ….. A banna péou !!😀😀😀😀😀

    • Merci les copains nfp et yugubané,
      Qu’il, ladji bourama woloni kabakoh IBK, continue a se foutre du Peuple et voler et faconner tous avec sa gang de requins crocodiles et vampires. Ils finiront mal et surtout tout comme le predecessuer le president bèbi babolo alias ATT.
      On verra bien.

  12. Les MARCHES PACIFIQUES ne servent à rien. Le VAURIEN TOTO VOLEUR VENTRU IVROGNE est comme un ane. Seule la FORCE DE LA VIOLENCE règlera cette situation une bonne fois pour toute.
    Après avoir VOLER toute les RESSOURCES FINANCIÈRES en moins de 3 ans, maintenant c’est la LIBERTÉ DU PEUPLE qu’il veut s’accaparer.
    La seule solution est de lui DECHIRER LE DERRIÈRE. Le dialogue ne sert à rien.

    *********************************
    Gloire perpétuelle à KLELA BABA. Que soit benit son nom, sa vie, sa source et sa lumière.
    Vive le GANJISME, vive la science universelle !

    • 🗡🗡🗡🗡🗡 Oui, on doit l’égorger comme un mouton de TABASKI puis brûler son corps comme on le fait en Chine !! 🔪🔪🔪🔪🔪

      ÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷

      Paix et salut éternel sur HAOUROU BABA aussi

  13. On n’a plus le Site ” ORTM.ML “…
    Avant quand on ratait le journal télévisé de l’ORTM, le soir, le lendemain on pouvait le voir en différé sur le SITE ORTM.ML… Mais depuis Vendredi dernier ce n’est plus possible. Heureusement qu’il y a ” YouTube “…
    C’est pas bien de censurer…

  14. Nous disons NON a une Constitution fabriquee pour le Nord, nous disons NON a une Constitution concue pour la Monarchie, nous disons NON a une Constitution qui nous divise, UN PEUPLE, UN BUT ET UNE FOI c’est notre devise et nous allons mourrir en la defendant. Nous disons NON au Jihadisme, nous disons NON a la Charia et a la barbarie islamiste. Nous sommes un peup0le Malien et pas un peuple Arabe ou Arabisant.

  15. Nous disons et rappelons la vérité fait mal aux malhonnêtes et les met hors d’eux mais apaise et rend heureux les honnêtes

    1)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes jeunes vieux vieilles vivants dans les villes et les campagnes ILS SONT ADMIRABLES DIGNES FORMIDABLES MAGNIFIQUES RESPONSABLES tel indiqué dans votre hymne nationale

    *QUAND LES ENNEMIS ONT DÉCOUVERT LEURS FRONTS AU DEDANS EN DÉCHIRANT PIÉTINANT BAZARDANT BRADANT DÈNATURANT FALSIFIANT TRIPATOUILLANT LA CONSTITUTION LOI SUPRÊME

    *VOTRE MALI VOUS A ALORS APPELÉ ET POUR SA DIGNITÉ ET SA PROSPÊRITÉ VOUS ÊTE TOUS SORTIS UNIS DEBOUT SUR LES REMPARTS RESOLUS DE MOURRIR

    2)Nous disons et rappelons tel indiqué dans votre hymne nationale

    *POUR VOTRE MALI VOTRE COMBAT DOIT ÊTRE UNITÉ POUR LA DIGNITÉ RETROUVÉE

    *VOUS DEVEZ RESTER DEBOUT VIGILENTS DANS LES VILLES ET CAMPAGNES POUR LA PATRIE EN MARCHE VERS UN AVENIR RADIEUX POUR TOUT LE MONDE

    *VOUS DEVEZ BIEN RENFORCER VOS RANGS POUR LE SALUT PUBLIC ET FORGER LE BIEN COMMUN

    *ENSEMBLE AU COUDE Á COUDE FAITES LE SENTIER DU BONHEUR

    *LA VOIE EST TRÈS DURE TRÈS DURE QUI MÈNE AU BONHEUR COMMUN COURAGE DÉVOUEMENT ET VIGILENCE Á TOUT MOMENT

    *LA VÉRITÉ DE TOUS LES JOURS LE BONHEUR PAR LE LABEUR FERONT LE MALI DE DEMAIN

  16. Bonjour,
    Merci à ceux très nombreux sur les réseaux sociaux, par téléphone ou messagerie qui m’ont contacté pour me féliciter pour ma lettre ouverte portant sur :

    Référendum sur la révision de la constitution de 1992 du Mali : Consensus de fait entre la majorité et l’opposition

    Compte-tenu de ce consensus de fait ET des marches et actions du camp anti-référendum, la seule réponse FIABLE et DURABLE, c’est d’aller au référendum, le plus tôt possible.

    UNE CONCERTATION ENTRE TOUS LES ACTEURS, INDÉPENDAMMENT DES BORDS POLITIQUES, ET DES CAMPS, DOIT ETRE ORGANISÉE POUR DISSIPER LES MALENTENDUS ET CONVERGER VERS LA NÉCESSITÉ DE CE RÉFÉRENDUM.

    Nous devons savoir, qu’entre autres, la paix, la sécurité et la quiétude dépendent de la mise en œuvre de l’accord de paix.

    Une fois la constitution révisée adoptée par le peuple, à travers le référendum, on mettra en œuvre intégralement l’accord de paix, ce qui permettra, entre autres, d’apporter les réponses idoines aux questions institutionnelles, sécuritaires/défense, de paix, économiques, de justice, d’inclusivité et de représentativité à travers le sénat.

    A travers le MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination) et les autorités intérimaires, déjà démarrés, et plus tard le DDR (Démobilisation, Désarmement et Réinsertion) et les forces de défense et sécurité reconstituées, épaulées par les forces partenaires, on établira l’administration et la paix partout au Mali.

    LA PAIX DÉPEND DE L’EXÉCUTION DE L’ACCORD DE PAIX, ET, DONC, DU SUCCÈS DU OUI AU REFERENDUM.

    En effet, après la validation de la constitution révisée, via le référendum, la paix ne sera définitive qu’en appliquant intégralement l’accord de paix : (1) en prenant en compte la charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale, (2) en faisant disparaître les injustices à travers l’inclusivité et le fonctionnement du sénat (intégrant des représentants des collectivités territoriales et des Maliens de l’extérieur) sans oublier (3) la mise en œuvre du quartet : sécurité, justice, développement et paix.

    VOUS VOYEZ, DONC, QUE DU CHANGEMENT DE LA CONSTITUTION DÉPEND LA PAIX.

    La bonne gouvernance est transversale et doit être de mise dans tous nos gestes et pour gérer nos institutions à tous les niveaux.

    Cette révision de la constitution concerne tous les Maliens.

    IL FAUT UNE SENSIBILISATION IDOINE DE TOUS/TOUTES POUR ALLER, UNIS DÉMOCRATIQUEMENT, AU REFERENDUM DONT DÉPENDENT LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DE NOTRE PAYS.

    Tous les Maliens/Maliennes, en particulier, les députés doivent aider à cela.

    Unissons-nous, INDÉPENDAMMENT DES BORDS POLITIQUES, autour de ce référendum pour la paix, la quiétude et le bonheur des Maliens.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et sécurité
    TEL (00223) 95 58 48 97

    • Salut Docteur !

      “Unissons-nous, indépendamment des bords politiques, autour de ce référendum pour la paix, la quiétude et le bonheur des Maliens.”

      UNITÉ … PAIX …..BONHEUR … il serait curieux que un de ces points ait un rapport quelconque avec ce référendum. UNISSON derrière un projet de référendum pendant qu’une moitié du territoire national est désertée par l’état ressemble plus à une TRAHISON…..

      PAIX en passant par un référendum qui risque de donner à un seul homme le contrôle de tous les leviers du pouvoir alors que nous savons bien que les régions qui ne pourront pas y participer sont ceux-là mêmes qui réclament une décentralisation poussée serait une paix avant le déluge.

      BONHEUR qui passe par une réforme constitutionnelle imposée par quelques dizaines d’hommes armés qui veulent concentrer tous les pouvoirs dans les mains d’un homme qui leur obéit à l’œil reviendrait à vassaliser tout un peuple pour le bonheur de quelques malfrats…..

      💡💡💡💡💡 SI VRAIMENT UNE RÉFORME CONSTITUTIONNELLE EST LA PRIORITÉ PENDANT QUE DES CENTAINES D’ÉCOLES, DES CENTAINES DE DISPENSAIRES ET AUTRES LAZARETS SONT FERMÉS. SI LE TRIPATOUILLAGE CONSTITUTIONNEL EST UNE NÉCESSITÉ PENDANT QUE DES CENTAINES DE MILLIERS DE NOS MÈRES, PÈRES, SŒURS, ENFANTS , ….BREF, TOUS CEUX QUI NE SAVENT PAS FAIRE LA GUERRE GALÈRENT DEPUIS 5 ANS DANS DES CAMPS EN PLEIN DÉSERT, je ne dis pas que j’épouse la cause des Indépendantistes mais franchement je la comprends. 💡💡💡💡💡

      • Bonjour,
        Merci Yugubané de votre contribution.

        La méthodologie utilisée pour concevoir l’accord de paix s’est basée sur les pourparlers inclusifs inter-maliens, la conférence d’entente nationale pour l’inclusivité et la charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale et le référendum pour la validation de la constitution révisée issue de la constitution de 1992 du Mali.

        Ma détermination pour aller au référendum afin de poursuivre le processus et de mettre en œuvre l’accord de paix est liée au grand espoir que suscite cet accord chez les Maliens et au fait que je suis la vérité.

        CHAQUE PAYS GÈRE SA CRISE A TRAVERS UN CONSENSUS ENTRE LES ACTEURS, C’EST LE CAS DU MALI A TRAVERS DES MESURES DE CONFIANCE ENTRE PARTIES PRENANTES MALIENNES VIA L’ACCORD DE PAIX ENTRE LES PARTIES PRENANTES MALIENNES SOUS LA SUPERVISION DE LA MÉDIATION INTERNATIONALE.

        Cet accord a été conçu et signé depuis plus de deux ans et que nous sommes sur sa mise en œuvre, en particulier à travers le référendum CONSTITUTIONNEL qui permettra, si le OUI est validé, de mettre en œuvre toutes les dispositions de cet accord.

        OUI, L’ACCORD DE PAIX, CONSENSUEL ENTRE MALIENS/MALIENNES, EXIGE QUE CERTAINES DE SES DISPOSITIONS SOIENT PRISES EN COMPTE DANS LA CONSTITUTION.

        C’EST UN CONSENSUS ENTRE MALIENS/MALIENNES, ISSU DES POURPARLERS INCLUSIFS INTER-MALIENS, VALIDÉ PAR LES RECOMMANDATIONS DES FORCES VIVES MALIENNES ET PAR LA CONFÉRENCE D’ENTENTE NATIONALE AYANT ABOUTI A DES RECOMMANDATIONS (DONT LA MISE EN ŒUVRE INTÉGRALE DE L’ACCORD DE PAIX) ET A UNE CHARTE POUR LA PAIX, POUR L’UNITÉ ET LA RÉCONCILIATION NATIONALE.

        Un seul homme (Le Président de la République) ne gérera pas tous les leviers du pouvoir d’autant plus qu’avec la régionalisation, sur laquelle est basée l’accord de paix, les pouvoirs ET les responsabilités sont partagés.

        Chaque région aura son président ET un représentant de l’État (le gouverneur).

        Au stade où nous sommes, nous souhaitons le soutien de tous les Maliens/Maliennes pour aller au référendum afin de poursuivre la mise en œuvre de l’accord de paix.

        La mise en œuvre INTÉGRALE de l’accord de paix garantira la paix, le retour des réfugiés, l’unité, l’éducation, les soins pour tous, le développement, … et le bonheur des Maliens.

        ELLE NE SERA POSSIBLE QUE SI LE REFERENDUM DONNE COMME RÉSULTAT FINAL LE OUI.

        Prenons-nous la main dans la main pour aller à ce référendum qui est rendu obligatoire, entre autres, par le tiraillement entre les camps du OUI et du NON et par le consensus de fait entre la majorité et l’opposition sur la révision de la constitution, en effet, près de 90 % des amendements de l’opposition ont été validés et intégrés dans cette révision constitutionnelle, de même que pour la majorité.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        Expert TIC, Gouvernance et sécurité
        TEL 95 58 48 97

    • Désolé mon cher mais a mon avis Il faudra un minimum de stabilité et securité partout surtout au Nord en commancant de Mopti jusqu’à Kidal.

      • Bonsoir,
        Merci Frère 1FILSDUMALIBA de ton message.

        Tu as raison, il faut un Front uni contre le terrorisme, la criminalité transfrontalière et l’insécurité.

        Aidées par les lois d’orientation et programmation militaire et de sécurité, les réponses aux aspects sécuritaires/défense permettront d’avoir des forces de défense et sécurité Maliennes reconstituées, formées et professionnelles, à même de défendre le pays et les populations et de lutter, efficacement, contre le terrorisme, le trafic de toute sorte (trafic de drogue, trafic des humains, …), l’insécurité et la criminalité transfrontalière.

        Elles travailleront en étroite coopération avec les populations, les pays voisins, Barkhane, Minusma et les partenaires au niveau international pour une réponse efficace contre le terrorisme.

        Les forces conjointes, telle que celle en préparation du G5 Sahel, travailleront en symbiose et en étroite synchronisation avec les forces nationales.

        Ces dernières, cas des forces de défense et sécurité du Mali, s’occuperont de la défense et sécurité du pays, de ses collectivités territoriales, des personnes et des biens aux niveaux national, régional (sous-régional) et local.

        Quant aux forces conjointes, elles doivent principalement gérer les frontières respectives. Des contrats, avec partage des responsabilités et synchronisations idoines, doivent être définis pour ce faire afin d’éviter d’éventuels problèmes (contradictions entre membres, trahison, travail partiel ou inachevé, …).

        Le front uni formé par les défenseurs de la paix, les parties prenantes Maliennes, les partenaires de la médiation internationale et d’autres partenaires œuvrant pour la paix dont ceux participant aux forces conjointes, aidé par les populations, luttera efficacement, entre autres, contre le terrorisme, le trafic de drogue, la criminalité transfrontalière et l’insécurité, en s’aidant d’un système d’intelligence stratégique de renseignement national interconnecté avec les niveaux sous-régional, régional et international.

        AVEC UNE SÉCURITÉ OPTIMALE, ORGANISONS NOTRE RÉFÉRENDUM POUR LE BONHEUR DES MALIENS.

        La vérité triomphera qu’elle soit du côté du NON ou bien du OUI.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        Expert TIC, Gouvernance et sécurité
        TEL 95 58 48 97

  17. QUELLE DÉMONSTRATION DE FORCE !
    IBK POUR ALLER A CE REFERENDUM IL TE FAUDRA PASSER SUR NOS CORPS.
    NOUS SOMMES PRÊT AU SACRIFICE SUPRÊME POUR NOTRE PAYS , COMME NOS VAILLANTS MILITAIRES A CAUSE DE VOTRE INSÉCURITÉ RÉSIDUELLE.

  18. Je dis aux Maliens de defendre leur nation, le Mali est beau a cause de sa diversite car IBK et Tapo n’ont aucune consideration pour cette nation Malienne, nous disons qu’il faut tout faire pour la justice sociale, la fraternite, l’eguqlite, l’equite et la distribution equitable des biens du Mali, c’est une facon de donner a tous les Maliens une chance. Nous disons NON aux changements a la Constitution Malienne. Nous disons Non a la Monarchie et NON a la dictature presidentielle.

  19. Je reviens de la marche : nous étions au moins 100 000. Du jamais vu et vecu à Bamako. Bien plus nombreux que la 1ere, et 2eme fois. Une veritable Maree humaine. La lutte continue. Rejoignez-nous en participant aux réunions à la pyramide de souvenir

  20. Nous avons bel bien le droit de manifester cela est garantie par la constitution que nous défendons L’accord n’a plus rien a voir avec le projet de referendum que les laudateurs d’IBK nous jugule; des députés nomades comme Chaka Diarrassouba Sous AOK élu à Kolokani (A D E M A), MAssigui et maintenant à Dioila RPM des immigrés politiques méfiez vous de ses gens si non ils ferrons la mème chose qu ‘avec ATT (ATT en be sa i non fé ) ils changent comme des caméléon

  21. On attend la réponse de cette majorité moribonde qui au contraire ne mobilise que par l’argent volé dans les caisses de l’état.

    • Il n’ y a aucune majorite’! Il y a un regroupement de quelques personnes autour du president pour deefendre leurs interets pour certains et profiter du regime pour d’autres! AMBE’ DJON NEGUEN?
      Demandez au president Moussa combine d’opportunistes et de menteurs etaient membres de l’UDMP.
      Tonton ATT vous dira que le movement citoyen etait tout sauf citoyen!!!!
      PRESIDENT IBK, IL FAUT ECOUTER LA RUE ET CESSER D’ECOUTER LES CONSEILLERS QUI NE VOUS DISENT PAS LA VERITE!

      • 1- LE ROI BITON DE SEGOU, voilà ce que MOSSAD vous a promis comme nvlle,et vous en aurez d´autres les jours à venir…

        2- Il faut conseiller au président IBK de laisser cette histoire pdt qu´il est temps, parce qu´à la longue ce ne serait plus une question de constitution, mais de destitution on direction Sébénikoro…

        3- Il faut faire attention, le lait est sur le feu…

    • Nous, on marche avec conviction…… mais le camp du oui avec de l’argent. RPM paye 50.000 par tête à une personne pour faire sortir les gens. Si vous croyez à votre cause ne donner rien….Ordonnez seulement à votre camp du oui de sortir à 9h à la Bourse du travail…. On verra.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here