Mariage d’hier à aujourd’hui : Les inconvénients du divorce

0
116





Jadis, le nouvel époux ainsi que la nouvelle épouse étaient conseillés et guidés par les aînés, mais aujourd’hui ce n’est plus le cas. L’on disait du mariage qu’il était un lien sacré. Et quand on se mariait, c’était pour toute la vie. Mais aujourd’hui, on remarque que le mariage est de plus en plus pris à la légère.

Aujourd’hui le mariage est devenu une chemise dont il incombe à l’époux qui la trouve de s’en débarrasser.  Mais, les risque et inconvénients de cet acte sur les enfants sont immenses. Autrefois, le mariage gagnait sa qualité sacrée par le biais du respect et de la considération. Avant le mariage, la responsabilité incombait aux deux parents d’éduquer leurs enfants et de les préparer, avant leur nouvelle vie. Les filles étaient éduquées par les mamans qui leur inculquaient le respect et la soumission à leurs époux. Ce qui d’ailleurs est toujours d’usage. Les garçons aussi étaient conseillés par leurs pères qui leur inculquaient le respect de soi et le respect de leurs épouses .Ce qui n’est hélas plus d’usage. Jadis, jamais un homme par respect pour lui et par respect pour ses parents, n’aurait commis de forfait. L’honneur et la dignité étaient de rigueur et aussi  parce qu’en ce temps le respect avait une place de choix.

Ainsi, de façon flagrante, hommes et femmes se trompent mutuellement. L’adultère est devenu le quotidien des Maliens. Aucun des époux ne veut pardonner les écarts  de l’autre. C’est devenu «œil pour œil, dent pour dent».   Personnes n’accepte qu’on lui manque de respect, puisque personne ne veut tolérer les mauvais comportements de l’autre. Conséquence : le divorce. Cet acte joue sur les enfants en général de façon négative. L’équilibre des enfants est compromis, ainsi que leur éducation. Car une fois les parents divorcés, qu’on le veuille ou pas, les enfants seront partagés entre deux mondes dont celui du père et celui de la mère. Donc, deux éducations : ce qui est vivement déconseillé. Pour l’équilibre moral de l’enfant,  on demande à ce qu’il soit éduqué avec les mêmes principes, en tout cas, pas avec deux principes contradictoires.

Fatoumata Labassou TOURE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.